« Et caetera.. »

Maux Délaissés.

Je ne me suis jamais doutée, pas même une seconde que tout changerait, que tu partirais, me laissant libre, libre de mes actes, de mes pensées. Et laissant mes sentiments vivre.
Je t'aimais, n'en doute jamais, mais je te haïssais, ne l'oublie pas.
Comme on dit, le cœur a ses raisons, que la raison ignore. Ma mémoire est marquée, comme le front d'une femme Indienne marqué par ce point de cendres, tu hanteras mon cœur et mon âme jusqu'à ce que le mot éternité n'existe plus, jusqu'à ce que les étoiles ne soient plus.
Je crois que j'avais besoin de répit, une pause, un instant. J'avais besoin d'attention tu sais, mais tu n'étais fait que d'intentions. J'avais besoin de toi, mais tu ne pensais qu'à elle. Et pourtant tu m'aimais, c'est ce que tu disais, mais tu es parti, et je t'en remercie.
Merci d'avoir délivré mon cœur de ce poison infernal, ma vie a découvert la définition du mot « avenir », et j'écris aujourd'hui, à l'encre de mon espoir, que viendra les beaux jours.. Et caetera..

Report this text