Hic et Nunc

Elsa Saint Hilaire

Hic et Nunc


La Toussaint et ses chrysanthèmes… Les raisons de ne pas se rendre au cimetière, il en avait des tonnes. Primo, il était athée, deuxio, les astéracées lui filaient le bourdon et des allergies respiratoires comme si ces fleurs de la mort prenaient un acompte sur son prochain trépas en gangrénant ses alvéoles. Des tonnes de raisons dans sa cervelle, de quoi marcher courbé, la tête au niveau des genoux pour le restant de son existence. Rien qu’à lire les épitaphes sur les marbres polis, il en grimaçait de dégoût.  « À mon cher époux », « À ma tendre femme », « À notre regretté père » … la nausée le guettait…

Ses parents mortibus, il n’en avait plus rien à secouer. Il n’en avait jamais rien eu à secouer, sauf quand ils s’en prenaient à lui et lui crachaient à la face leur haine. Des envieux, des aigris, des rabat-joies qui lui avaient pourri la vie. Alors là oui, il avait eu des envies de meurtre, de sévices bien tordus, de tortures à petit feu. D’ailleurs le feu, tout le monde le sait, c’est purificateur ; ça nettoie tout, des dépôts sous les ongles jusqu’aux idées malsaines.  

Quand leur minable pavillon de banlieue avait cramé avec ses minables meubles, ses minables papiers peints pisseux, son minable lino poisseux et leurs minables corps recroquevillés sur leur minable lit Conforama, il avait un court instant cru à l’existence de Dieu. Les flammes avaient tout dévoré et il aurait suffi de finir le boulot dans un crématorium puis de vider les urnes dans une décharge publique pour avoir l’esprit en paix. Mais sa conne de frangine avait tellement chialé qu’il l’avait laissée casser son cochon tirelire pour leur payer un bout de terre glaise dans le cimetière de Garces-les-Gonzesses.  Alors qu’est-ce qu’il foutait là, tenant des deux mains un ridicule pot entortillé dans du papier cristal, à errer dans les allées parmi les pierres tombales ?

Le ciel s’était brusquement assombri  de lourds nuages menaçants. Les cumulo-nimbus avançaient en une masse compacte vers le cimetière et un éclair déchira l’horizon. L’orage allait éclater. Des rafales soulevèrent les feuilles mortes, arrachèrent des pétales de chrysanthèmes qui tourbillonnèrent autour de lui et l’enveloppèrent d’un linceul  au parfum écœurant. Il allait étouffer… La pluie qui s’était mise à tomber drue glissait de ses cheveux à son  visage formant des rigoles le long de ses joues émaciées : on aurait pu croire qu’il pleurait. S’il venait à croiser sa sœur, elle lui tomberait dans les bras en piaillant : « Pleure pas mon pauvre Fredo, pleure pas… ».

Il repéra enfin l’ultime demeure parentale dont la stèle s’ornait d’une gravure débile, genre colombe s’élançant vers le ciel. Il n’y avait que sa frangine pour avoir des goûts aussi ringards… une colombe… pourquoi pas deux angelots enlacés pour honorer ces deux vieilles raclures ? Ne  regardant pas à la dépense, elle avait fait fabriquer par un vieux compagnon de guerre du paternel rôti, ancien fondeur de son métier,  un Christ en croix dans un acier de Longwy qui avait été fixé au sommet de la stèle par le marbrier de la commune.  Comme le gars des hauts fourneaux était un ouvrier consciencieux mais un piètre artiste, le corps martyrisé ressemblait à s’y méprendre à une grenouille vivisectée. Fredo adorait l’objet.

Il vira d’un coup de pied un vieux pot qui ne contenait plus qu’une tige desséchée et déposa le sien à sa place. Le vent menaçant de le renverser, il le reprit et décida de le caler au pied de la stèle. C’est en se relevant, après avoir pris soin de remettre en évidence l’étiquette de la grande surface où il avait acheté le chrysanthème, qu’il remarqua une anomalie à la base de la croix. Sur le socle où reposaient deux pieds de batracien dûment cloutés, une main inconnue avait maladroitement entaillé le métal pour y laisser trois mots à peine déchiffrables.

« Hic et Nunc »

Ses parents n’avaient eu à son égard qu’une seule et bonne décision dans son enfance : lui épargner des cours de latin. Il sortit de sa poche un petit Opinel et commença à gratter l’inscription qui n’avait pas de sens.

La foudre le frappa ici et maintenant.

  • Bonjour, si un jour vous retravaillez ce texte vous toucherez à la poésie j'en suis sûr
    trés cordialement Mel.

    · Ago about 8 years ·
    P re 500

    melboulanger

  • Merci Mel pour ces précisions. Retenu ce texte? Sans doute... on peut faire plus violent, plus dur. Il est plus froid que violent. Je laisse (et je m'en excuse d'avance pour mes lecteurs) sur WLW des textes qui sont parfois des brouillons d'un travail qui demande plus de temps. Si un jour je reprends cette nouvelle, il se peut qu'elle aille dans votre sens. Tout dépendra de mon humeur du moment.
    Encore merci de vos précisions. J'y vois plus clair :-) et bon week-end!

    · Ago about 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • Bonsoir, ce que je veux dire c'est pourquoi ne pas avoir était plus cru, être allez plus loin par exemples, les forces naturelles auraient put être plus virulente même très cabotine et le crucifix par qui la fin arrive, trop impersonnel, à un rôle clé. Il passe presque inaperçu malgré deux citations. C'est un texte qui doit être frapper, la violence est là mais il semble que vous la retenait.
    très cordialement Mel.

    · Ago about 8 years ·
    P re 500

    melboulanger

  • Pas tout compris Mel...mais prête à faire un effort

    · Ago about 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • j'aime votre langue mais il y a quelques choses qui cloches les cloches sonnent elles faux ?

    · Ago about 8 years ·
    P re 500

    melboulanger

  • Bon résumé Laurent!

    · Ago about 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • Ashes to trashes

    · Ago about 8 years ·
    Lo new york

    riatto

  • ARF, pliée de rire... la réponse du berger... OK, j'enlève la majuscule...

    · Ago about 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • CDC immédiat : tout comme j'aime... (De maniaque à maniaque : astéracée - ou plus simplement aster - étant tout ce qu'il y a de commun bien que peu employé pour désigner une saleté de merde de chrysanthème, ne nécessitait pas de majuscule. Et toc !...).

    · Ago about 8 years ·
    Photo du 57301621 05    15.55 orig

    le-fox

  • Merci Frédéric... j'aime bien de temps en temps ne pas faire dans la dentelle... Bonne Toussaint!

    · Ago about 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • Acta fabula est

    Très bon texte, Elsa, et glauque à souhait.

    · Ago about 8 years ·
    Un inconnu v%c3%aatu de noir qui me ressemblait comme un fr%c3%a8re

    Frédéric Clément

Report this text