Ils sont partis vivre ailleurs

carmen-p

Ils sont partis vivre ailleurs


Nous sommes tous gens de voyage sur cette terre.  Nous nous croisons, nous décroisons... créons, recréons un foyer, un lieu chaleureux où l'on aime se retrouver, pour se séparer, encore...

La liberté tisse son ouvrage sur notre planète, et entre ses mailles lâches, dans certains lieux, nous resserrons l'étreinte, réaffirmons la tendresse.

Les parents, les amis plus fragiles, qui ne comptent plus les décennies,  redoutent la séparation définitive. La conscience humaine perçoit, alors, la distance comme sœur de souffrance et la vie devient lit de douleur.

Elle ne peut dilater l'espace à d'autres dimensions. Même si le cœur affirme que les liens ne peuvent être rompus, le charme de l'amour se dissout dans l'espace

— un air vicié privé de confiance.


cousin de par ici

ami que tiraille

l’ailleurs — pas plus présent

maintenant que demain

plaie ouverte sur le corps

invisible de l’âme

en catimini entame-

-sève et coule à perte

de vie — les calices

vides alignés glissent

sur le plan incliné

d’un cœur époux-bancal


Carmen P.

  • Deux êtres que tu aimes et qui sont partis des deux cotés du globe, te laissant dans l'attente d'une lettre, un coup de fil, un sms ou autre. Que la séparation est dure, pour une maman..

    · Ago about 6 years ·
    Moi

    Yvette Dujardin

    • Il me faut toujours quelques jours pour m'habituer à la séparation. Merci pour ta visite.

      · Ago about 6 years ·
      015

      carmen-p

  • Nos chemins se croisent et nous emmènent vers d'autres rencontres, belles et tendres amitiés restent en nos coeurs !
    Merci Carmen pour ce texte.

    · Ago about 6 years ·
    Version 4

    nilo

    • Il en est ainsi pour l'amitié, la tendresse demeure, on sait que l'amitié se nouera encore. Pour la famille, c'est autre chose... la distance peut être comblée par les vols en avion... si le budget le permet. J'ai mêlé les deux, dans le poème, les liens du sang et les liens d'amitié... car nous sommes tous frères sur la planète, mais pour ma belle-mère qui a 92 ans les séparations sont terribles quand mes fils repartent. Je mesure sa douleur. Elle aime de loin, mais... Merci pour ta lecture, Nilo.

      · Ago about 6 years ·
      015

      carmen-p

  • Nous sommes tous de passage, éternels vagabonds en quête d'amour! Comme toujours superbe!

    · Ago about 6 years ·
     20160514 112546 (2)

    Colette Bonnet Seigue

    • Merci Colette. Quand la vie disperse les membres de la famille, cette sensation est vive.

      · Ago about 6 years ·
      015

      carmen-p

  • Même si le corps est une maison pour l'âme elle reste nomade....Bravo Carmen pour ce texte troublant de vérité.

    · Ago about 6 years ·
    Lisbonne 27 29 juillet 2010 028

    Frédéric Cogno

    • Tout est campement, le corps, le lieu où nous vivons... nous créons l'impression de chaleur et la sécurité avec ceux que nous aimons. Les distances, avec les ans, s'écartent, se rapprochent, au fil des retrouvailles. Merci de m'avoir lue, Frédéric.

      · Ago about 6 years ·
      015

      carmen-p

Report this text