La Nébuleuse du Kraken

Lézard Des Dunes

La Nébuleuse du Kraken

Langage, d'une déraison ;

Écho froid, venant ;

Des bas-fonds.

Et la nuit, où sonne

L'éclat ;

L'éclat des brumes,

Pas de ciel, au deçà ;

Mais bien l'océan ;

Brume.

A la fête, au fond

Fond des fosses,

Ou

Fond des vagues.

Le vague à l'âme,

Épris d'un soir,

Espoir ;

D'Un.

D'un autre lieu,

D'un autre sens,

Essence ;

Le chant s'abîme.

Enfer,

Qu'en faire ?

De ces bras par milliers ;

Si tu ne sais,

Laisse-moi, te montrer ;

J'aimerais que tu m'étreignes,

Entier.

A la caverne,

Où tu caches une perle ;

Où tu protèges ;

Résonance d'un pair,

Perméable à l'orage,

Laisse-moi me faire prendre ;

T'éprendre.

Que de briser les navires,

Épier les épaves,

Avoir la clé,

Et

Que de possibles ;

A embrasser.

Pourquoi la crainte ?

Le mythe.

Dernière amante du marin.

Où ses volutes,

Où ses souplesses,

Feintent ;

Où ses succinctes,

Font la lumière encre.

D'une Nébuleuse.

Signé Lézard des Dunes © 2011

Report this text