La vie des morts

Hervé Lénervé

Des fois, j’ai des images de personnes qui viennent et qui partent dans ma tête.

Tenez, j'en vois justement une qui commence à vouloir faire son apparition. Tiens, c'est le grand-père de Thierry ! Qu'est-ce qu'il vient faire là, celui-là ? Je l'ai très peu connu. Il me tend une enveloppe. « Pour Thierry » Ok, pépé, je le ferai. Mais il faut partir, maintenant, la route est longue. Oui, sans faute.

Ah oui, je ne vous ai pas dit. Thierry, c'est mon ami d'enfance et je vois les morts, aussi.

Généralement les miens, mais souvent, il y en a qui se trompent de famille. Il faut bien reconnaître que la grande majorité de la population des morts est vieille. Ils n'ont plus toujours leur tête. La dernière fois, il y avait un ancêtre qui me prenait pour sa femme ? L'âge peut-être, mais le sexe, quand même ?

Parfois, c'est rare, mais cela m'est arrivé, qu'une jeune et belle morte vienne vous visiter.  La mienne était un ange, il parait que c'est commun, chez eux. Nous avons eu une relation en sachant que notre histoire d'Amour était impossible. Ses parents ne voulaient pas.

Mais trêve de sensiblerie, la curiosité n'a pas de scrupule, regardons le courrier de Thierry. « Hervé, ton ami d'enfance a couché avec ta femme le jour de tes noces. Je sais, j'ai tout vu et jusqu'au bout. » La vue du voyeur ne s'est pas améliorée, il m'a pris pour son petit-fils. Ah, oui, même mort, on vieillit encore. C'est à vous dégoûter de vous suicider pour rester jeune.

Allez, poubelle la missive calomnieuse d'outre-tombe !

Ce qui est bien, quand on est Médium, comme moi, c'est qu'on n'est pas obligé de tout transmettre, non plus.

Report this text