Le Petit Point Bleu

enzogrimaldi7

http://www.arte.tv/fr/videos/059574-000-A/sonde-voyager-en-route-vers-l-infini
 
En 2017, les humains ont consommé en 7 mois ce que la Terre peut produire en un an.

 

  Une petite sonde spatiale partie voilà 40 ans est récemment sortie du système solaire après l'avoir exploré. Des clichés magistraux nous sont parvenus, confirmant ou infirmant les théories anciennes élaborées auprès de fiévreuses observations. Il s'agit ainsi pour l'instant de l'objet terrestre le plus loin jamais envoyé dans l'espace.


Auparavant, c'est avec un brio improbable que nos amis d'outre Atlantique étaient parvenus à rallier notre pâle satellite après avoir battu leurs homologues de l'est. En somme, les humains, via l'émulation Americano Russe, ont marché sur la lune. Et à moins que l'on découvre un quelconque drakkar sous une dune de l'astre de la nuit, le Star Spangled Banner est, ici, à l'honneur.


À travers Voyager donc, des tas de données cruciales ont été soit découvertes soit définitivement entérinées. Ainsi, des satellites dans les anneaux de Saturne, invisibles depuis la Terre furent repérés alors que nous n'en comptions que 9 jusqu'en 1980. En fait la 2ème plus grosse planète de notre système en contient une quinzaine, et l'on n'est pas sûr de tous les avoir trouvés.


Sur la belle Vénus, le jour est plus long que l'année. En effet, il faut 243 jours terrestres à l'Etoile du Berger pour tourner sur elle-même, alors qu'il ne lui en faut que 223 pour aller autour du soleil. Du coup si un vénusien te dit ''à demain!'', arme toi de patience. De fait l'expression ''en amour il faut savoir attendre'' prend tout son sens.


Mais au delà de ces considérations scientifiques que nous laisserons d'ailleurs aux spécialistes, ce qui nous intéresse surtout ici, c'est la dimension existentielle que permet cette investigation. En d'autres termes, les sondes spatiales nous ont ouvert d'autres perspectives permettant de reconsidérer profondément la condition humaine.


Lors de l'exploration de nos planètes, il y eut les innombrables photos de près réalisées depuis 1977 dont l'apport, nous l'avons dit, est déjà énorme en soi. Mais il y eut aussi et surtout comme une sorte de tournant qui intervint en 1990 quand il fut décidé de considérer des clichés de la Terre pris à des milliards de kilomètres de distance.


Pour la première fois le globe apparut comme un minuscule point bleu ayant la taille d'une fraction de pixel parmi d'autres points lumineux au milieu d'un rayon de soleil. À partir de ce jour tout devint dérisoire pour ceux qui comprirent la portée épistémologique de cet éclairage. Carl Sagan astronome et humaniste, nous fit prendre conscience, au travers d'un discours mémorable, de notre précieuse et unique promiscuité.


Dès lors, les frontières s'annihilent, les différences de couleur de peau, de religion, de philosophie s'estompent, les arrogances s'effondrent, les calculs de boutiquiers, les comptes d'apothicaires et les tractations de marchands de tapis deviennent grotesques, les guerres, les pollutions et les gaspillages, absurdes et les querelles, (notamment celles sur notre petit point rouge à nous...) indigentes. 


Il s'agit d'une révolution, en somme,  qui nous laisse une lueur d'espoir dans une époque à sens unique. Une mise au point cosmique, un zoom arrière intersidéral qui met peut-être à jour une valeur intrinsèque de l'humain capable de le sauver contre lui-même, et donner à ces mots de Nietzsche une dimension prophétique: ''l'homme est un animal dont les qualités ne sont pas encore fixées''.


                                                                                           2017



  • Sonnette d'alarme ... mais n'est- ce pas déjà trop tard ?

    · Il y a environ un mois ·
    B

    yseult

    • C'est mon avis pour tout vous dire. L'homme me semble t il a mis en branle une machine infernale qu'il ne contrôle plus et dont le moteur, le miroir aux alouettes du profit, est un redoutable stimulant qui l'alimente. Seul un cataclysme peut inverser une tendance dont nous ne verrons pas le bout. L'autre scénario est énoncé dans les paroles de Nietzsche: s'il survit à cet improbable marasme et qu'il évolue dans le bon sens, alors, avec l'assistance d'une technologie miraculeuse et l'aide d'une autre planète, tout reste possible...

      · Il y a environ un mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Heureusement que ses qualités, pour répondre à Nietsche, ne sont pas fixées : qu'adviendrait-il de l'homme par la suite ?

    · Il y a environ 2 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • On a quand meme l'impression d'un sens unique sans retour depuis au moins 3 siecles ce qui n'est pas rassurant. Mais comme dit Nietzche...

      · Il y a environ 2 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Pourquoi depuis au moins trois siècles ? Depuis toujours, à mon sens, l'homme suit sa voie. Je pense qu'il faut regarder l'homme dans la globalité de son évolution. Il apprend sans cesse, depuis la découverte du feu jusqu'à celle de l'atome, mais désapprend sans cesse, puisqu'il répète les mêmes erreurs, parfois même en amplifiant son rôle de prédateur et en créant des situations impossibles qui le menacent directement, lui et son espèce. Plus généralement, ce n'est pas de l'homme dont il est question, mais de l'humanité.

      · Il y a environ un mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

    • Je faisais référence à la révolution industrielle, tout s'est brusquement et dangereusement accéléré depuis.

      · Il y a environ un mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Et encore plus depuis la révolution numérique ...

      · Il y a environ un mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

    • Nous sommes bien d'accord, donc.

      · Il y a environ un mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Globalement, oui

      · Il y a environ un mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

  • Jolie réflexion ! L'homme, quel être exceptionnel dont les convictions partent tous azimuthes sans que jamais la modestie ne l'étouffe. Je n'ai pas de grandes références littéraires, mais étant féru de cinoche, j'aime bien cette phrase que l'on peut relever dans la trilogie "Matrix" des frères ou sœurs Wachowsky ... "L'homme se comporte comme un virus ! "

    · Il y a environ 2 mois ·
    Menu tete1

    daniel-m

    • Dans ce cas je vous conseille ''La Terre infestée d'Hommes'' de Marcel Moreau. Et encore merci d'être là.

      · Il y a environ 2 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

Signaler ce texte