Le petit Toulousain de poche

Gaetan Serra

[ou le contraire]

C'est l'histoire d'un jeune homme du nord qui voulait voir une ville rose.
Je m'étais dit que je serais un bon guide pour lui.

Le gaffet est arrivé bardé de toutes ses poches que ça m'a rempli la malle. Heureusement mon pauvre que je m'étais pris la voiture. "Adieu" que je lui dis ! Mais il n'avait guère envie de tcharrer. Le trajet avait dû être un tel taquet qu'il a ronqué de suite et delongue. A l'appartement, c'était toujours pas un cabourd de la tcharre mon brave, mais antchoubi espanté comme il a été plus actif à tchapper ! Boudu quand même, il s'est empégué toute une cassole et un estouffadou qu'il restait tchi à la fin ! Presque il se serait escané, le pitchou.
L'estomac bien, je me suis dit : on va pas faire les feignàs avec le nouveau collègue, je vais lui montrer un peu ma ville. Je crois qu'il a bien badé sous cette cagnasse. A bisto dé nàs, on a marché six sept heures et tout autant tchuqué. Oh con oui j'avais prévu : en cas qu'il en ait un sadoul, j'avais prévu de quoi qu'il roumègue pas. Par contre, dans le dernier bistrot de la journée, tranquilou, nous nous en remettions un (pastròp que j'arrêtais pas de lui dire le con). Et à côté, la cagagne, la castagne est partie, ça décanillait des bouffes de tous côtés. J'ai limite failli prendre un cachou et vu comme ils avaient la gnac, j'aurais pu partir à l'hosto comme un tavanard moi. Le calme revenu, la cagne aussi, il a commencé à me questionner sur les drôles de choses qu'il y avait ici. Je lui ai répondu qu'on avait du mal à saquer les couillonéts qui se faisaient toute une image de chez nous. Je lui ai prié de croire qu'il était difficile de bouléguer les idées ! Toutes ces choses ont macéré pendant des années et personne n'a pensé à touiller ! Un peu la care quoi.
Le lendemain, quelques chocolatines et aureillettes plus tard, la tête un peu pégante, il était déjà temps pour lui de rentrer.

C'était l'histoire d'un jeune homme du nord qui voulait voir une ville rose.
Il l'a vue.
Et bien qu'on put croire qu'il n'y revint plus, on le retrouva bien plus tard du côté de la Garonne. Et avec plaisir.

Report this text