L'église, le vieux et l’hystérie sensuelle

Rosanne Mathot

Un distingué professeur britannique, passionné par les accents agricoles de l'Anglais du XVe, campe sur le clocher d'une église.

Cher Adrian, 

Je t'écris après avoir assisté hier soir, dans la nef de Bookeen Hall, à la pénible lecture de ton essai sur les sensations olfactives que te procurent les églises médiévales.


Je ne te cache pas que cette expérience a élevé en moi une armée de questionnements tant la lecture qui m'a été faite révèle une absence choquante de goût et de décence stagnant au plus profond de ton être. 

Lors de ma sinistre soirée d'hier, l'unique membre de l'auditoire (hormis ta serviteuse) était un vieux bibliothécaire anglais solitaire, comme toi. (Je me suis d'ailleurs empressée de prendre ses coordonnées, ayant dans mon cercle d'amis, une demoiselle capable de se hisser dans les cimes de l'hystérie sensuelle, dès lors qu'un flegmatique Mister au sexe fléchissant et au crâne réfléchissant lui fait la lecture). 

Cher Adrian, si j'étais toi, j'annulerais immédiatement, et tant qu'il est encore temps, ta prochaine conférence. Je suis persuadée que les propriétaires de Bookeen Hall seront extrêmement soulagés par ta décision, surtout si le vieil Anglais solitaire assistant à l'épopée textuelle d'hier soir fait partie de ladite direction. (Je les soupçonne d'ailleurs d'avoir assisté, en sous-marin, pour examiner de plus près ta langue ecclésiastique). 

Si tu as de quelconques fantasmes sexuels, décris-les en détail avant de les coucher dans ton prochain essai. Je pense pouvoir être capable d'éclairer ton âme de la façon la plus fondamentale qui soit, ayant présentement des accointances puissantes avec le lobby du maraichage alimentaire, qui, tu n'es pas sans l'ignorer, est un outil redoutable dans l'analyse des déviances paraphiliques folkloriques. 

J'ignore si tu as réceptionné mon envoi de fraises tagada vertes livrées hier matin par un flamand rose électrique. 

Es-tu remonté sur le clocher de Bookeen Hall, sur lequel, à ma connaissance, tu campes depuis trois semaines ? 

Si c'est le cas, je me réjouis de te savoir occuper un poste d'observation aussi privilégié sur l'époque actuelle et son histoire sociale. Peut-être arriveras-tu à extorquer à ton cerveau défaillant un nouvel opus susceptible de rencontrer (enfin) un certain succès de librairie ? (à condition, évidemment, que tu t'efforces de ne pas patiner ta prose des accents agricoles de l'Anglais du XVe siècle que tu affectionnes tant. 

Je ne me formaliserai pas de l'utilisation que tu fais de la croix de l'église et des autres décorations ecclésiastiques annexes. La singularité et le magnétisme qui émanent de tout ton être me font passer outre tes fantaisies fétichistes. 

Pour être tout-à-fait honnête, Adrian, je pense même suivre ton exemple : cela fait bien trop longtemps que je reste confinée dans mon isolement presque végétal. Il serait peut-être temps que je renonce à mes puissantes méditations pour pénétrer dans la vraie société, telle que tu la décris. 

Je m'en vais de ce pas moi aussi capturer le parfum de l'église !

Jusqu'au revoir, 

Ton amie, 

Rosebud.

https://fr.airbnb.be/rooms/1141237?checkin=07%2F08%2F2014&checkout=08%2F08%2F2014

Report this text