L’écriture est morte, vive l’écriture

Le Bruit Et La Harpie

Voilà deux jours, je recevais une lettre de refus à une candidature où j’avais postulé. Bien plus désarçonnée par la réponse papier à ma demande électronique que par ce nouvel échec cuisant de recherche d’emploi-de-merde-ma-vie-est-terminée-je-ne-trouverai-jamais-de-boulot-taille-moi-les-veines-avec-une-feuille-de-papier, j’en aurais presque ri.

Du papier ? Du courrier dans ma boîte aux lettres autre qu’une pub pour le sushi du coin (eh ouais, les pizzas c’est fini, mettez-vous à la page) ou pour une agence immobilière ? Purement anachronique, j’irai presque jusqu’à dire totalement dingo, non ?

Je l’ai décacheté, tremblante, et un flash m’a soudainement frappé, presque à la manière de Bachir et sa valse, mais en moins dramatique. Vous savez bien, ce moment fatidique où l’on a l’impression que cette lettre pèse trois tonnes tant elle porte le poids de notre avenir ? Ben, c’était pas ça, pas vraiment. Ça aurait pu l’être, voilà sept ou huit ans, mais plus aujourd’hui.

L’écriture meurt, un peu plus chaque jour. Pas le concept figuré de l’écriture, mais bien l’acte de tenir un stylo entre notre pouce et notre index, bien appuyé contre la combinaison étudiée de nos trois autres doigts. Vous ne vous rappelez peut-être plus, mais au lycée, vous aviez une petite bosse sur le majeur, souvenir impérissable et disgracieux de ces heures passées à gratter frénétiquement le papier.

Exit les gommes sur nos HB, nous avons le Control+Z. Plus besoin de papier et de crayon pour noter un numéro de téléphone, nous avons le Bloc Notes dans les Accessoires, à côté de la Calculatrice (j’avoue ne pas spécialement me plaindre de ne plus « poser » mes divisions sur une feuille et de ne plus retenir quatre à ma multiplication). Nous avons désormais adopté un autre réflexe, d’une toute autre nature, qui a le vilain avantage de ne plus nous muscler la main, mais le bout des doigts, et franchement, ça sert à quoi d’avoir le bout des doigts musclés ? Vous me direz, les mains musclés, ce n’est pas spécialement glamour non plus.

Repensons avec nostalgie à l’époque où nous envoyions nos lettres de motivation et CV écrits à la main. Oh, ça va, je ne suis pas si vieille que ça. Ces heures perdues à écumer le tas de feuilles blanches à cause d’une faute d’orthographe, d’un stylo qui bave, d’une écriture en « crottes de mouche ». Et la photo, maladroitement collée dans l’angle droit à l’aide de notre UHU scolaire qui ne collait pas, et que l’on se résignait à méchamment agrafer par agacement.

Encore hier, mes amis organisaient gaiement le concours de celui qui écrirait le plus rapidement un SMS entre un Android et un iPhone. C’est vous dire si on est loin du foutu papyrus et de la plume trempée dans l’encre.

Baisser les bras devant la machine, affirmer que préférer le flambant neuf clavier au vieux papier peut nous jouer des tours. Comme ce foutu correcteur orthographique discriminatoire sur Word, qui souvent, ne veut pas m’accorder les participes passés au féminin. Comme ce langage SMS incompréhensible et à la limite du supportable.

Aidés du sentiment écologiste qui s’empare de notre société, nous refusons de plus en plus le papier, sous prétexte de gaspillage. Il y a du bon sens dans cette démarche, mais pousser le concept à son paroxysme serait ouvrir la porte à tous les iPad.

Un ami étudiant dans l’édition me racontait cette anecdote :

« Dans le métro, un mec est venu faire la manche. J’ai commencé à m’intéresser à ce qu’il disait quand il a raconté qu’il avait monté une maison d’éditions voilà dix ans, mais qu’à présent, il était à la rue. »

Puisque nous vivons certainement nos dernières années d’écriture, je souhaite mettre la main à  la pâte, à mon niveau. Ainsi, je vous saurai gré de me faire parvenir tous vos commentaires par courrier. Et j’espère bien que ma boîte aux lettres sera remplie à ras-bord.

  • ¨La petite bosse sur le majeur, elle existait déjà en primaire, tachée à l'encre violette !... elle a pas totalement disparu... juste un peu, moi j'écris toujours mes textes sur le papier avant de les taper, je préfère raturer qu'effacer, car finalement, parfois je reviens a ma première idée... ;-))

    · Ago almost 3 years ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

  • mince j'en vois plein d'autre juste après. Mille pardons !!

    · Ago over 3 years ·
    Moicrayon

    mr-scarecrow

  • tiens bah grosse faute direct " s'est" dès la deuxieme ligne. pardon

    · Ago over 3 years ·
    Moicrayon

    mr-scarecrow

  • hum en tant que musicien je pense que le bout des doigts musclés s'est une tres bonne chose. Mais sans celà on ne peux remplacer le carnet pour écrire si l'on est en mouvement, voyage ou juste passage dans le métro ou autres endroit peux pratique et/ou dépourvu de prise pour brancher l'ordinateur. Pour ce qui est du portable si tu n'es pas né avec dans les mains, ce qui me fait bien flipper pour les generations futures en passant, et bien je ne sais pas toi mais je deteste ecrire sur smartphone. ET les fautes d'orthographe... j'en fais tellement, même dans les textes que je pose ici et c'est l'idée de départ pour moi, ne pas se retourner sur ses fautes. Après reste à voir pourquoi l'on écrit, es ce que les fautes sont importantes, plus que ce que dois véhiculé le texte ?

    8 Cité de la Crois Ste Marie 45500 autry le chatel Julien Van Hoeymissen

    j'aime tout simplement l'idée de partage et tant que les fautes ne sont pas à se vomir sur les mains, que l'envie d'écrire ou le besoin est là.
    et si on m'offre une machine a ecrire mais j'arrete tout simplement l'écriture sur ordi, a part pour poster sur un blog et facebook ( bah ouais difficile de pas etre sur S'book, pas impossible hein!!)

    · Ago over 3 years ·
    Moicrayon

    mr-scarecrow

  • J'suis partante: ville code postal adresse demandée!

    · Ago about 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

  • Balance l'adresse!

    · Ago over 5 years ·
    Img 20150708 163338

    Jay M Tea

Report this text