Les roubiographies (1)

arthur-roubignolle

Les roubiographies (1)

(Des biographies 100% Roubignolle, 100% bio.)


Avertissement : biographies purement imaginaires n'ayant aucun rapport avec des personnages réels existants ou ayant existé.  Certes, mes personnages imaginaires portent le même nom que des personnes réelles, mais ce sont des choses qui arrivent parfois dans la vie...

Ps : (j'ai mis cet avertissement pour si des fois un de ces personnage réel n'ayant jamais existé ou étant mort se reconnaissait et voulait me faire des ennuis avec la justice... Faut être prudent on sait jamais... ).



Karl Lagerfeld 

Très influencé par le milieu dont il était issu, le jeune Karl démarra mal dans la vie. Il fut en effet enlevé par des Aliens qui le retinrent prisonnier pendant dix ans dans une soucoupe volante (sans air conditionné en plus!).

C'est là qu'il apprit la couture pour passer le temps. Il confectionna des robes pour les martiennes, et ce n'était pas simple pour les coupes car elles avaient douze tentacules et six palpeurs assez mal-placés... Finalement les Aliens le relâchèrent parce qu'il commençait à se prendre pour un créateur de génie et ses créations était devenues trop chères pour eux...

Après sa libération par les Aliens, Coco Chanel l'embaucha et lui confia la réalisation de robes pour boudins à l'aise (des boudins mondains qui sont dans le bottin mondain en somme...). Il travaillait 72 heures par jour dans un atelier clandestin de Coco Chanel, en compagnie de petites mains yougoslaves et roumaines comme lui.

Mais, comme il voulait absolument devenir célèbre, (c'est à dire ne pas mourir inconnu), il décida un jour de changer de look (coco!). (Faut toujours rajouter coco après le mot look...).

Il vola les lunettes de Ray Charles, les chaussures d'Yves Saint Laurent et la perruque d'Elton-John, mit un col blanc très haut et très serré autour du cou, une grosse chevalière et une veste noire un peu étriquée pour sa taille et dit : « Maintenant je suis Karl Lagerfeld, le meilleur créateur de robes pour boudins à l'aise du monde ! ».

On s'arracha ses créations et karl Lagerfeld se faisait prendre en photo avec les plus grandes stars les plus riches du monde. Mais, bien qu'il fasse  désormais partie du gotha le plus ultra-chic de la Jet-Set des nantis les plus privilégiés de la planète, il pensait néanmoins au fond de lui aux pauvres et à leur misère. Karl avait très bon cœur et n'était pas un ingrat, car étant jeune il avait été aidé un jour par un pauvre qui lui avait regonflés gratos les pneus de sa Ferrari...

Et c'est là qu'il décida de lancer le mouvement des Gilets Jaunes avant de mourir. Il revêtit un gilet jaune et se fit prendre en photo, la mode était lancée et n'était pas prête de s'arrêter de sitôt !

Et c'est depuis ce temps que les gilets jaunes font des défilés de mode chaque samedi, ce depuis 14 ans, grâce à Karl Lagerfeld, ce génie innovateur !

Karl Lagerfeld nous a hélas quitté le 19 février de cette année...



Stephen Hawking 

Stephen Hawking naquit en France en 1950 sous le nom de Marcel Bénichou, mais son père, Henri Bénichou, pour se venger d 'avoir payé trop d'impôts en France le fit naturaliser anglais et dit : «  La France ne mérite pas d'avoir le plus grand génie du monde après Einstein. Je le donne à la perfide Albion, na ! ». Et c'est pour ça que les anglais, (ces maudits buveurs de thé), nous ont piqués une fois de plus un inventeur de génie. Car Marcel Bénichou (alias Stephen Hawking) est un inventeur génial oui ! C'est lui qui inventa le redresseur de concombres, la culotte de cheval pour cheval incontinent, la cravate pour pendu, et bien sur, c'est lui qui inventa les fameux TROUS NOIRS. Mais qu'est-ce donc qu'un trou noir ? Eh bien un trou noir, c'est troublant, c'est un trou ou il n'y a rien dedans et où même la lumière elle même en personne disparaît. Ce qui fait que si t'as le malheur de perdre tes clefs dans un trou noir, inutile de les chercher avec une lampe de poche, tu verra rien !

Stephen Hawking, qui était quand même beaucoup plus doué en mathématiques que les frères Bogdanov commença à expliquer aux gens ce que c'était que l'Entropie, et plus particulièrement celle des Trous Noirs. Il affirma par exemple que les Trous Noirs avaient forcément du poil autour sinon ils ne pourraient pas capter les particules élémentaires. Particules que Michel Houellebec (autre physicien célèbre) s'efforçait de lancer dans l'espace avec l'accélérateur de particules qu'il avait bricolé dans son deux-pièces cuisine de la rue Lepic...)

Puis, vers l'âge de vingt ans, Stephen en eu marre de faire physicien de génie et devint clown. Il devint « Bozon le Clown » et fit rire tous les enfants en jonglant avec des atomes et des concepts hilarants tels que « la linéarité des ondes gravitationnelles dans le rayonnement de la courbure de l'espace-temps ».

Hélas, un jour, en sortant d'une boite de nuit de Cambridge ou il était parti faire la nouba avec d'autres physiciens, il se fit renverser par un camion. Là ce fut vraiment le trou noir, le vrai bon gros Trou Noir, et lorsqu'il se réveilla six mois plus tard il ne pouvait plus bouger, il était devenu tétra, et même quadraplégique (alors qu'il n'était même pas encore quadragénaire!). La carrière de Bozon le clown était finie.

Alors, courageusement, vaillamment, humblement, Stephen Hawking se remit à travailler sur les traces de son maître à penser, Albert Einstein... Et du fauteuil ou il était cloué immobile, il se mit à voyager loin, loin à travers l'Univers...

(Notons que personne n'a jamais rien compris a ses théories, mais comme il était handicapé, les gens ont fait semblant de les comprendre pour lui faire plaisir...)

Stephen Hawking nous a quitté le 14 mars 2018.

(Faits troublants: Stephen Hawking est né un 8 janvier, Galilée est mort un 8 janvier, et le 14 mars, c'est le jour de la naissance d'Einstein, et tenez-vous bien, c'est aussi la « journée de Pi » Journée qui célèbre la constante du chiffre Pi ...).

,

Alain Finkielkraut

Tout le monde croit que c' est un philosophe alors que c'est un rugbyman qui rataient tous ses essais et qui est devenu essayiste pour réussir enfin à les transformer (ses essais...).

Il fut en sa folle jeunesse maoïste. Voici ce que Mao disait de lui dans « Der Spiegel et Gala » : « « C'est un rat puant à la solde de l'impérialisme sioniste yankee qui n'a même pas fait sa Bar-Mitzva ! ».  (Ce qui était de la part de Mao un très beau compliment). Et d'ailleurs, pour remercier Mao, Alain Finkielkraut lui envoya les œuvres complètes de B.H.L (que Mao Ze Dong lut attentivement jusqu'à la page deux avant de sombrer définitivement dans le coma...).

Finkielkraut fut ensuite fabricant de moulins à vent, inventeur de brèves de comptoir, prescripteur d'opinions (sur rue), donneurs de leçons (c'est à dire prof), puis prédicateur. A la télé il expliquait aux gens que, tant qu'à être raciste il valait quand même mieux être raciste envers les noirs plutôt qu'envers les juifs qui sont quand même plus intelligents que les noirs (même s'ils ne savent pas aussi bien jouer du djembé qu'eux...).

Finkielkraut, c'est le penseur le plus invité du PAF mais qui réussit l'exploit d'avoir toujours l'air en colère comme si on ne l'invitait jamais sur les plateaux...

Un jour il décida de devenir aussi célèbre que Karl Lagerfeld et Stephen Hawking réunis, mais comme il ne savait pas coudre et qu'il était nul en maths il écrivit des romans à la place. Il inventa un personnage surnommé « Finkie » et narra toutes les aventures de ce héro.

Il y eut ainsi : 

Finkie et les cracheurs de glaviots à Nuit Debout....

Finkie contre Dieudonné

Finkie contre les soixante-huitards

Finkie contre la sociologie

Finkie contre la barbarie

Finkie contre les antisionistes

Finkie contre les antisémites

Finkie contre le boudin antillais

Finkie contre les antiracistes

Finkie contre la bouillabaisse trop salée

Finkie contre tout ceux qui ne sont pas d'accord avec lui...


Et c'est grâce à tous ces livres (illustrés avec de belles images) qu'Alain Finkielkraut rentra ENFIN à L'Académie Française, Académie dont il ne veut plus désormais sortir, car dès qu'il sort tout le monde lui crache dessus ou l'insulte...

Mais bon, jamais les deux en même temps, c'est déjà ça !


Alain Finkielkraut hélas nous a quitté le... (Oh mais qu'est-ce que j'raconte moi, pas encore!)






Report this text