L'infirmière

Patrick Gonzalez

je l'entends sans la voir, petits pieds en cadence,

elle est dans le couloir.  s'approche avec aisance,

maitresse d'un royaume, tout au fond des urgences,

la mort s'exaspère et va perdre patience.


Quand la crinière brune, se découpe à la porte,

mon infirmière est là.

Et c'est à ses grands yeux, c'est à la blouse blanche,

à ce corps parfumé, à ses hanches qui dansent,

qu'à la tombée du jour une autre nuit s'élance.


Elle à tout vérifié, voix douce et attirante,

mon pouls, mon cœur, mon âme,

Enfin m'a laissé seul au diable qui me tente,

à rêver dans le noir à ses courbes de femmes.

Report this text