Machin machine ou violence sur l'éphéméride

charlotte-laquiche

C’était, à nous demain sans façons mais tout contre.

C’est violent

De défaire ses habits lunaires

De s’en foutre éperdument

De saliver du néant

Et de lourder ses codes

Comme ça

Pour voir

Si ça nous plait

Et de craindre

Que tout s’enfonce

Salement

De grandir

Sans toucher ses talons

Ça démonte les envies

On écrit alors que

La rage est constante

.

.

.

Je mange la rage

.

.

.

De se faire du bien

Quand ça devient froid

Tous ces mystères

À l’abandon

De nous appartenir

Ça fout le désordre

Courir dans les hasards

S’accrocher à la traction

Se tenir en laisse

Mains dans le dos

Et feu devant

D’être docile

C’est violent

Parce qu’un jour

On aime ça

On aime vraiment.

Report this text