Mais où sont les neiges d'antan ?

Gabriel Meunier

A la porte de l'hiver... La neige de culture ? Summum de l'hypocrisie ! Celle tombée du ciel rend humbles et fait le bonheur des enfants
« Allô, chéri ? Ne m'attendez pas pour dîner ! »
« Allô, maman ? Je vais dormir chez Rémi ! ».
Voix assourdies, feutrées, lointaines. 
Rires d'enfants, gémissements, cris de rage...

Pouf ! Plus de trottoirs !
Pouf ! Plus de passages protégés !
Pouf-pouf ! Plus de carrefours giratoires !

Immense sauce blanche ?
Merveilleuse parure de fête ?

Au royaume des fées on chuchote
que d'orgueilleuses cités sont mortes
étouffées sous la neige... ou d'arrogance.

Peu à peu le silence, infinie parenthèse,
revient sur la ville ; elle ne le connaît plus.

Le combat a été long, dur, triste et gai, incertain. 
Mais sous les minuscules grains blancs
l'immense machinerie urbaine
finit par se gripper.

Halo orange des réverbères
Friselis imperceptible
torpeurs
rêves.

Demain cette mécanique sans âme,
repartira, cahin-caha.


Mais ici les oiseaux pourront voler !


Report this text