Même pas mort !

Jean Louis Michel

     De retour ? Enfin ! Le monde a tourné sans moi, pendant près de deux mois, à cause d’une saloperie de virus qui m’a vraiment fait devenir dingue.

     J’ai tout laissé tomber, écriture, projets, boulot, tout ! Même moi, je me suis laissé tomber comme une vieille chaussette, à bout de force, sans plus aucune volonté. J’ai vu ma famille s’inquiéter, mon chien venir renifler autour de temps à autre, l’air de dire « allez vient, on va faire un tour ! » Le pauvre, je n’avais même pas la force d’aller me balader. Mes sorties se limitaient au labo, pour des prises de sangs sans fin, au cabinet de médecine où celle qui s’occupe de moi est bien jolie et sympathique mais ne trouvait aucune explication à mon état.

     Alors je me disais que merde, je couvais une saloperie inconnue à ce jour,  je me tenais la tête entre les mains et je tentais d’oublier mon état, cette sensation de vide et d’étourdissement, l’extrême fatigue qui me prenait par vagues, des moments de mieux et des moments de pire. Pour me rassurer j’allais sur internet fouiller les sites médicaux dans l’espoir bien maigre de trouver une explication, des mots rassurants, mais rien… Charlatanerie que ces sites où les malades s’épanchent et dans lesquels n’importe qui se prétend expert à coups de « avec ma grande expérience de… », « Mon médecin m’a dit que… » ou alors « je suis sûr que ça vient de… ». Bande de cons hypocondriaques !

     J’ai trainé en caleçon, peignoir et chaussettes, j’ai squatté le canapé du salon, celui du bureau et mon lit ; j’ai laissé trainer mes miettes de repas un peu partout, et la vaisselle dans l’évier. Une vraie loque ! Mal rasé, mal peigné, mal torché. Je me suis fait des films de dingue aussi, je me suis vu penser à l’échéance de ma mort, et je me disais qu’il fallait bien y faire face un jour, qu’il n’y avait rien de pire que de partir après une longue maladie. Je me disais que j’aurais préféré un accident brutal, au moins on n’avait pas le temps de réaliser. J’ai pensé aux autres, ma femme, mon fils, mes parents. J’ai essayé de faire le bilan, peser les bonnes et les mauvaises actions, et pourtant je me disais que ça n’était pas possible, pas maintenant ! On crève de trouille mais on ne dit rien, pour ne pas en rajouter. Ambiance de merde aussi. Deux mois…

     Enfin le réveil, la douleur s’en va, je respire à nouveau, je me sens mieux de jour en jour. Guéri ? Pas encore tout à fait, mais au moins comme à la piscine, j’ai pied ! Je vois le ciel bleu après les nuages. Je me rends compte à présent, quelle chance on peut avoir quand on ne souffre de rien, combien la vie est belle quand on n’a pas de soucis, à quel point il faut savoir en profiter tant qu’on le peut, parce qu’il ne faut pas se faire d’illusion : c’est inscrit quelque part, il faut passer à la caisse à un moment donné, il y a un type là-bas qui ne nous oublie pas. Se faire à cette idée, c’est prendre conscience du temps qu’il reste et de la manière dont il faut en jouir. C’est choisir de laisser une trace de notre passage, ou pas, construire des relations, être utile ; avoir envie de s’emplir les poumons d’air frais et de sortir du « métro, boulot, dodo ». Je me suis rassuré sur au moins un point dans cette affaire : pas une seconde je n’ai eu envie de m’en remettre au moindre Dieu par lâcheté.

 

- Merde, j’oubliais : Je me suis aussi gravement lâché sur les glaces Häagen dazs (parfum macadamia nut brittle) sur Californication saison 5, Being Human saison 2, sur Halloween 1 & 2 versions Rob Zombie, Temple Run sur Androïd, et quelques pornos sur Internet. Du coup, avec un peu de recul, je me dis que peut-être je n’allais pas vraiment mourir…

- Merde, j’oubliais aussi : certains ici se sont demandé où j’avais bien pu passer, ils m’ont écrit, je n’ai pas répondu, à vrai dire je n’ai pas écrit UN mot pendant tout ce temps. A tous veuillez me pardonner, franchement, j’avais pas la tête à ça.

  • Chic... un Jean-Louis de retour !!

    Merci pour ton passage et tes commentaires, je comprends d'autant mieux celui que tu as laissé sur "E viva la vita" (l'autre com' m'a légèrement fait rougir ...!). La trouille de "l'échéance finale", quand on sent passer le vent du boulet, c'est terrible. Surtout quand on a bien le temps de cogiter et de se foutre la trouille.

    Bon retour parmi nous et les vivants d'une manière plus générale... prends soin de toi. Grosses bises aussi ... ;-)

    · Ago almost 9 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • Cher Jean-Louis, reprends des forces, prends d'abord soin de toi... pour toi et pour ceux et celles qui t'entourent, qui t'aiment, il y a un temps pour tout. Si l'écriture te manque, c'est bon signe... ;-) et heureusement que "tu n'es même pas mort!", m'enfin!!! Gros bisous et à très, très, bientôt ♥♥♥

    · Ago almost 9 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • @ Reverrance : Yes ! je croyais que personne ne ferait attention à ce lapsus !
    @ Mystéria : Merci, je vais prendre le temps de te lire, et grosses bises à toi aussi !

    · Ago almost 9 years ·
    Stamped 500

    Jean Louis Michel

  • oh j'ai cru halluciner quand j'ai vu "jean-louis Michel" dans les actualités du site!!!
    je n'y croyais plus!
    et puis j'ai lu et je me suis dit "merde".
    mon pauvre Jean-Louis, t'a morflé. j'ai l'impression que tu as eu une sacrée peur. je suis contente de te savoir en bonne voie de guérison et de savoir que ton moral revient avec ton goût de l'écriture (toujours aussi bonne celle-ci, d'ailleurs).
    soigne toi bien, ne cours aucun risque inutile et repose toi pour bien guérir.
    quant au fait de ne pas avoir répondu, c'est normal! manquerait plus qu'on soit fâchés!
    alors grosses bises et à tout vite!

    · Ago almost 9 years ·
    Img 0052 orig

    Karine Géhin

  • joli lapsus : Le monde a tourné sans mois
    (sans moi le monde devrait s'arrêter de tourner :) )
    j'aime bien la distanciation qui commence à émerger quand on reprend pied et le style de cet écrit

    · Ago almost 9 years ·
    Tyt

    reverrance

Report this text