Ma nuit torride avec Mona Lisa.

astrov

La Libido traverse les siècles ! J'ai une de ces chances, moi ! Bon, vous êtes au courant que "l'Homme de Vitruve", dessin de Léonard de Vinci, est maintenant exposé au Louvre. Voilà !

Neuf heure du soir... Elle m'a promis: "je serai chez toi à dix heures."  Pour nos rendez-vous coquins, elle est toujours ponctuelle.  Me voilà agité, délice de cette attente juste avant le bonheur. Ben oui, vous avez tous, toutes, connu ça, hein !

Téléphone qui sonne. On ose me déranger dans mon émoi pré-voluptueux ?  Je décroche sans trop de politesse:  "Ouais ?".

La voix qui me répond est masculine, très dynamique, léger accent italien:

"Bonsoir, vous êtes bien Edouard, si ?"

"C'est moi. Et vous ?" 

"Oh Edouard, je suis l'Homme de Vitruve,  crée par Léonard de Vinci".

Je pourrais me marrer, l'envoyer paître, mais j'accepte le challenge:

"Tiens donc !  Ces temps-ci vous avez la vedette. Tous les médias causent de vous ! Parait que vous êtes invité au Louvre"

"Si, Edouard, les italiens m'ont laissé partir, je viens d'arriver, bien installé, un cadre luxueux, belle hospitalité, les français. Et le plus merveilleux, ma salle est tout près de celle de Mona !"

 Il semble tout fou de joie, le gars. Je l'imagine agitant ses quatre bras, sautant sur ses quatre jambes.

"Mona... Lisa, vous voulez dire !"

"Ma évidemment, celle que vous appelez La Joconde, voyons. Pour moi, c'est Mona, MA Mona, ma princesse, ma maitresse !"

Alors là, cloué je suis ! Mona Lisa, un amant ? De son pays, d'accord, mais tout de même ! Et puis, ils ont tous les deux le même créateur,  ça fait un peu inceste, non ?

" Tou m'écoutes, Edouard ? Mona ! On va se revoir ! La coquine, elle va prendre grave !" Parle bien le français actuel, l'Homme de Vitruve.

"Mais... Vous lui faites l'amour ?"  Légère perplexité de ma part.

" Ma si, qu'est-ce que tu crois, t'as vu comme il m'a fait,  Léonard ! Avec tous mes bras, toutes mes jambes ! Ma Mona, je peux lui titiller le frifri d'une main, lui mignoter ses adorables tétons avec deux autres mains et il m'en reste une pour caresser le bas de son joli dos !"

Oui, bon,  il me rendrait jaloux, le gars. Je décide de le calmer un chouïa.

"Et, question zizi, zizounette, quoi... T'en as combien ?"

Un petit temps de silence mécontent, et il grogne: "Un seul. Le Léonard, il a multiplié mes membres, mais pas celui-là, la vache ! C'est pas grave, Ma Mona elle a un seul minou, hein ! Bon, Edouard, c'est maintenant que j'ai un service à te demander.  Ta petite amie, ta copine, elle vient ce soir."

Comment sait-il ça, le Vitruvien ? Pas le temps de lui demander, il continue:

"Pour nous revoir, Mona et moi,  pour faire l'amour, nous devons emprunter des corps, rassure-toi, c'est sans danger."

Oulah,  je sens venir le truc, le deal, la proposition bizarroïde. D'abord, c'est quoi, "emprunter" ? Je lui pose la question nettement.

"Si, Edouard, j'entrerai dans ton corps, ma Mona chérie entrera dans celui de ton amoureuse, elle s'appelle comment, elle ?"

"Lise."

Il exulte, le mec de Mona: "Lise, Lisa, ça c'est un signe, tu vois !  Et, avec vos corps, nous irons dans ton lit pour le plaisir amoureux. L'extase, ce sera !"

"Ah oui ? Et nous, Lise et moi, on tiendra la chandelle ?" Pas content, je suis.

"Ma non, au contraire, Edouard, vous éprouverez toutes les sensations, toutes les émotions de notre étreinte !"

"Lise éprouvera la caresse de quatre mains ?"

"Oh oui ! Et tu pourras goûter le corps divin de Mona. Comme nous dirigerons l'acte, elle et moi, il durera longtemps, crois-moi."

Eh bé ! C'est tentant. Mais, pour l'orgasme ? L'Homme de Vitruve rigole:  "LES orgasmes, mon gars, un bon nombre, et sublimes !"

Comme, en ce monde, tout a une fin, je lui demande comment se termineront  ces étonnantes galipettes.

" Quand le soleil se lèvera, nous quitterons vos corps et regagneront nos cadres. Les nuits suivantes, nous chercherons d'autres humains, aussi bienveillants que vous, pour nous accueillir. Si tu as des noms à me proposer..."

"Oh, que oui ! je te donnerai ça demain. Dis-moi, Homme de Vitruve, pourquoi es-tu venu me trouver en premier ?"

"Parce que tu as célébré ma Mona, ma Joconde, en écrivant des haïkus en son honneur, Edouard.  Cela m'a ému, merci !"  (1)

"De rien ! Donc, maintenant ?"

"Attends. Quand Lise sera là, nous viendrons. Amours partagés ! A tout-à-l'heure, dans quelques instants..."

Il a raccroché. Juste le temps pour moi de sortir le joli vin  que ma belle aime tant, deux verres et...

Elle sonne à la porte. Je vais ouvrir, pris de vertige, elle est là, ravie et, avec elle, entrent deux souffles doux,  tendres, presque violents, qui nous enveloppent. Lise vient tout contre moi, m'embrasse, et chuchote:  "Vieni, mio Signore !"

                                     
                                Edouard Huckendubler (amoureux sans frontières).


(1) Voyez dans la liste de mes dossiers celui intitulé "Haïkus de pinceau":  il y a La Joconde !






  • Délicieux ! Délicieux fantasme !!

    · Ago 3 months ·
    Louve blanche

    Louve

    • Tu imagines l'immensité des fantasmes et croyances autour de Mona Lisa ! Belle journée à toi aussi !

      · Ago 3 months ·
      Oiseau... 300

      astrov

  • Quelle nuit blanche cela à du être...

    · Ago 8 months ·
    Version 4

    nilo

  • euh Edouard... et si Mona était un homme... hi haaa
    https://www.lepoint.fr/culture/la-joconde-serait-un-homme-03-02-2011-1290876_3.php kissoussssss

    · Ago 10 months ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

    • Pas de problème, il faut savoir s'adapter, Vivi ! Y a bien des plantes et des animaux qui changent de sexe si nécessaire. Bises de Nice, après deux jours de déluge violent !

      · Ago 10 months ·
      Oiseau... 300

      astrov

    • hihi oui kissous

      · Ago 10 months ·
      One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

      vividecateri

Report this text