Négationnisme.

Hervé Lénervé

On pense déjà à la fin du confinement, à la mort du virus.

La liesse envahira les rues saines, les Parisiens se baigneront dans la Seine, les comédiens retourneront sur scène et partout, partout et même ailleurs, des cris de joie !

En fait, non. Il n'en sera rien. Car on s'habitue et on n'aime pas les changements.

Certains diront : « Ouah l'autre ! T'es un bouffon, toi ! »

D'autres : « N'importe quoi ! »

D'autres encore, mais moins nombreux : « Vous n'êtes pas sérieux, mon cher ! »

Mais qu'importe les expressions, elles signifieront toute la même chose. L'incrédulité, tant, dans nos têtes ce jour est déjà programmé pour être une victoire, une délivrance, une libération.

Pour leur antithèse, les plus documentés parleront, même, de ces vieux films en noir et blanc de la libération de Paris et  des scènes d'explosion d'allégresse. De ces jeunes filles embrassant les GI pour leur piquer leur chewing-gum, prononcé à la gauloise « chouimgomme ». De ces enfants juchés, à califourchon, sur les futs des canon des chars.

Ben non, Il n'en fut rien !

Naïf et crédules que vous êtes !

Tout cela n'était que de la propagande, ces vieilles scènes d'actualité n'ont jamais existées. Elles n'étaient que des fictions tournées avec des figurants payés occasionnels, mal payés certes, mais ils étaient d'occasion aussi. Et ceci dans le but de ne pas décevoir les espoirs que les confinés par couvre-feux s'étaient projeté en imagination.

Eh, oui, la psychologie humaine est ainsi, pour celle animale, je n'sais pas trop. On envisage toujours nos réactions, nos émotions, nos sentiments en les embellissant, en les magnifiant. Puis quand ils arrivent, après avoir été annoncés par moult médias… on s'en fout, on est déçu, d'ailleurs on le savait déjà, donc on reste tranquillement chez soi, peinard dans ses peinâtes.

De plus, on s'est bien habitué aux grasses matinées, aux dimanches successifs avec dispense d'aller se faire chier à la messe. Je vous le dis, ce jour ne sera que déception et résignation à continuer à vivre sans menace et on le sait : « à vivre sans danger, on périt sans envie. »

Report this text