Pourpre

Patrick Gonzalez

Peinture Malcom Liepke

Quand le silence vibre, l'écho lourd, haletant au passage du sang.

Souffle à souffle, bouches pulpeuses et corps luisants. Vertiges et  tourbillons à la peau frémissante. Désir turgescent au tendre de l'amante. Cambrure, ondulations, mains douces, exigeantes accrochées à tes hanches. Nuit pourpre, incandescente, nos âmes  inassouvies au flot tonitruant de nos songes infinis..

Report this text