Preuve d'amour (suite)

Choupette

Je fus accueillie par Serge qui sortit sur le palier. »Chère Marianne…en fait c’est moi qui vous ai envoyé le mail, Emilie ne sait pas que c’est vous qui venez…Moi aussi, j’aimerais lui offrir son fantasme…et vous êtes si …elle ne parle que de vous…et j’avoue…je ne devrais pas, elle le sait…j’ai aimé…et j’aimerais…la partager avec vous, ce soir… » Je souris. Comme ils s’aimaient ces deux là…J’étais prête, oui, à leur donner un peu de leur rêves…Serais je à la hauteur… ? Je me devais d’essayer. Ils étaient trop beaux.

Quand nous sommes entrés, Emilie fut surprise et les regards des deux amoureux en dirent longs sur cet amour partagé. «  Marianne…je…enfin, ravie de vous voir. »Nous nous sommes embrassées comme deux anciennes copines de fac…Emouvant, ce dîner, plein de sous entendus. Excitant aussi d’être là tous les trois sachant combien il nous tardait d’être plus…mais repoussant la fin du dîner…jusqu’au salon à déguster le dessert. Cela me fit sourire…Le dessert, c’était moi…non ? Cela me plaisait et je ressentais déjà mon ventre se serrer à cette idée…Emilie était fébrile et ce fut serge qui, me prenant la main, m’assit juste à côté de son épouse rougissante.

Je mis toute ma délicatesse dans mes mains, pour l’effeuiller lentement…ma bouche découvrant la peau tendre de son cou, de ses épaules, faisant glisser les bretelles de son charmant soutien gorge en satin rose... »Délicieuse Emilie… » Serge nous regardait, souriant, presque impassible, calé dans le fauteuil en face de nous. Je relevais sa jupe, écartant ses jambes, glissant ma main entre ses cuisses ouvertes montrant un joli dessous de rose satiné…légèrement humide. Mes doigts flirtèrent avec le tissu, l’écrasant en douceur contre sa fente mouillée. Serge posa sa main sur la bosse qui déformait son pantalon.

A genoux devant elle, je fis tomber sa culotte qui glissait doucement, crissant la soie de ses bas…elle s’était appuyée sur le dossier du canapé, sa respiration s’accélérant de plus en plus. Ma bouche se posa sur son sexe chaud, doux…Je décalottais son bouton d’amour de la pointe de ma langue. Elle gémit plus fort. Je m’immisçais plus profond jouant avec son bouton qui se tendait sous mes caresses. Deux doigts dans son vagin trempé de mouille, je me délectais de son plaisir. Je sentis deux mains dans mon dos qui me déshabillèrent rendant ma nudité plus excitante aux yeux d’Emilie et certainement à Serge qui caressait avec fermeté mes seins libres, tétons tendus et sensibles…

« Marianne…oui…c’est… »Je me relevais vers elle et vint sucer ses seins si menus mais si doux…Ma langue allait d’un téton à l’autre…elle râlait de plus en plus m’exhortant à continuer…D’une main restée dans son sexe, je caressais encore son bourgeon bien éclos. A présent à cheval sur elle, je sentais Serge collé à mon dos, sa queue frottant mes fesses…s’excitant, son pieu dur entre mes lèvres sans me pénétrer, il faisait monter mon plaisir. Je m’écartais, lui montrant sa femme dans le plus beau spectacle qu’il soit : offerte, gémissante et désirant être à lui…Je lui pris les mains les posais sur ses petits seins, lui faisant sentir combien elle était au bord de la rupture…

Alors que je m’asseyais sur le canapé, il la retourna face à moi, ses mains posés sur le dosseret de chaque côté de ma tête, et d’un coup sec  il investit son antre. Elle cria. Son visage à quelques centimètres du mien. Je l’embrassais goulument, mes mains posées sur sa taille fine. Les assauts de son mari la faisaient tressauter, et elle maintenait son équilibre comme elle pouvait avec mon aide. Voir cette femme contre moi, honorée par Serge m’excita  et je mis une main sur mon sexe, branlant mon clito à un cadence rapide. Leurs gémissements me firent jouir presque en même temps qu’eux…

Marianne fut la première a reprendre ses esprits, me caressant doucement alors que nous étions plus ou moins collés les uns contre les autres… »Serge…j’aimerais…te voir …j’aimerais que…nous…enfin, si Marianne le souhaite… » Elle hésita… »Marianne, resterais tu avec nous cette nuit… ? »

Nous sommes restés toute la nuit dans leur lit, tous les trois à jouer avec nos corps…Emilie semblait comblée…et j’avoue qu’ils me plaisaient tous les deux avec leur amour tellement fort, qu’ils arrivaient à le partager…

  • Ça titille ma mémoire. Un texte doux et fort à la fois. Merci.

    · Ago over 7 years ·
    Image

    Archange Flippé

  • Quand une belle plume raconte une belle histoire, on a droit à une merveilleuse " Preuve d'amour " =)
    [Double coup de <3 ]

    · Ago over 7 years ·
    Fb 20150729 00 33 24 saved picture

    pomm

  • attention, moi, j'ai trop d'amour, que je ne saurais la partager, le partager, 2 femmes dans mon lit, c'est un doux fantsame, mais que je ne pourrais jamais faire, ni réaliser...

    · Ago over 7 years ·
    Default user

    touslessenceeneveil

  • Émilie fait des choupettchoupes!

    · Ago over 7 years ·
    Image

    Philippe Larue

  • volupté quand tu nous tiens ... très chaud et pourtant si tendre !

    · Ago over 7 years ·
    Img 5684

    woody

Report this text