Quelque part dans les Alpes

line-cebee

Quelque-part dans les Alpes.

Je n'aime pas l'odeur fade qui se dégage du tapis. Elle est écoeurante.

Peut-être qu'il existe un mot plus exact pour décrire cette odeur, mais je ne suis pas assez grande pour le connaître. A l'école, j'ai pourtant appris plein de nouvelles choses avant l'été. Mais aucune ne peut m'aider à comprendre ce qui se passe.

Je ne suis pas sûre de vouloir comprendre d'ailleurs.

On a pas besoin d'aller beaucoup à l'école pour savoir quand les choses vont vraiment mal. Quand c'est le cas, les petits, et même les grands parfois, ne veulent pas apprendre tout de suite ce qui arrive. Parce-que quand ils le savent, au lieu d'être rassurés, et bien, ils sont encore plus appeurés. Ou tristes.

Alors moi, je préfère attendre. Quelqu'un est venu tout à l'heure. Mais lui aussi, il a fait du bruit, il a crié. J'ai eu peur. Après, je me suis concentrée sur le chant des oiseaux.

Les animaux n'ont pas de langue. Où qu'on soit sur la planète, ils s'expriment de la même façon. C'est pour ça que les pépillements des oiseaux m'ont aidée à être calme. On dirait qu'ils font tout ces petits bruits aigüs parce-qu'ils sont heureux. Alors, c'est possible d'être heureux. Ici. Quelques minutes après tout ça...

Qu'est-ce-qui fait chaud !

Papa, lui, est allé à l'école très longtemps. Plusieurs fois, il m'a montré combien, avec ses grands doigts en éventail, mais je ne suis pas sûre du nombre d'années. Pourtant, malgré ses très longues études, il n'a pas réussi à éviter les mauvaises choses cet après-midi.

Maman, elle, elle m'a dit : Mets toi là. Elle a une voix légère comme un vol de papillon, mais quand on est vraiment pas sage, elle se met à parler sur un ton très dur. Elle avait ce ton tout à l'heure.

Juste après il y a eut tout le bruit.

Ca fait longtemps qu'il s'est arrêté, mais je l'entends encore siffler dans mes oreilles.

Mes genoux sont mouillés. Je crois que c'est à cet endroit que l'odeur est la plus pénible. Combien de temps faut-il que je tienne ? Je ne sais pas, maman ne me l'a pas dit quand elle m'a demandé de me mettre là.

Papa avait dit que les Alpes étaient les plus belles montagnes du monde et qu'on ferait un super voyage avant la rentrée. Le lac d'Annecy était brillant comme un miroir.

Dans la voiture, je n'entends plus de respiration.

Report this text