Rien

violetta

A la place de toutes les pensées qui m'importunent, je mets à la place le mot « rien ».

Penser à rien, c'est quelque chose !

Prise de conscience du mot « rien ».

La prononciation n'est jamais neutre. Forcément ! Le « ri » est suivi sans transition d'un son nasal qui met fin au mot alors qu'il vient juste de commencer. Rien. C'est pour cela qu'on le prononce souvent avec une telle rage, avec le « ri » qui roule et racle : « Rien à cirer ! Rien à foutre ! Non rien de rien, non je ne regrette rien ».

Rien à voir avec des mots comme ribambelle, rhinocéros, ritournelle ou ricochet, où les syllabes qui suivent permettent d'aborder tranquillement le « ri » sans le rendre plus gros qu'il n'est.

Bref, penser à « rien », ce n'est pas rien…

Report this text