Sciences fictives fite vaites

agathe-mirage--2

heureux, pas mal, des rayons partout, dans les yeux, dans la tête
c'est marrant, il fait beau.
c'est pas comme si c'était tous les jours,
pas comme si, le gris s'était infiltré partout depuis quelques semaines
ça mérite d'être souligné
donc,
je lis des livres qui font écho à mes questions, à l'utopie, des livres qui extraient
la question du futur en relatant une réalité exacerbée.
Pas de compromis, pas de détours, que des lignes droites.
j'arrête pas d'oublier les voyelles et de revenir en arrière,
c'est long d'écrire ainsi.
la dystopie plutôt, c'est catastrophique, ça fait mal de lire ainsi,
et d'y voir une projection possible de notre actualité
comme ils ont raison, tous ces écrivains, comme c'est chiant,
c'est passionnant, prenant, assourdissant, on se sent fort et faible,
le cœur sursaute, et hop, je pense à ce soleil dehors, maintenant,
je rajoute des consonnes partout
c'est terrible d'écrire ainsi, en faisant des fautes,
de passer du coq à l'âne,
et puis les revoilà, ces similis vies, je te faxe un conte ?
Un truc, une bonne came qui ne fait penser ?
oh oui, ou alors une bédé à trois pattes, histoire de bien se poser.
Parfait. Mais où sont tes pluriels ?
Ne me raconte pas de cracs, je sais très bien que tu en as plein sous le manteau,
des histoires... c'est toujours pareil avec toi, il faut toujours que tu montes des mythos
et qu'ensuite, ça sente le bon papier imprimé et la rose fanée.
oh, et puis tu fais chier avec tes formes interrogatives.

Report this text