Sieste

Susanne Dereve


De la chaleur

de l'ombre    du vent

de si légers nuages sous l'aile de l'avion

                                                                                                                                                  

qui vrombit  (prend-il mon sommeil en otage)

réfléchit  la lumière     

passe et s'éloigne         chargé de vies

 

Sommeil           si doux sommeil

le froufrou de l'oiseau sur la branche

un pépiement joyeux

 

Pour l'oiseau   c'est toujours  

Dimanche

C'est toujours le soleil ou la pluie

ou  la mouche ou le ver

 

Le  ver    est-ce  pour lui

la terre ou bien le fruit ?

 

Le fruit   comme le  jour qui  flanche

finit par choir   

à terre

 

À moins que je ne le cueille pour y croquer

à pleines dents      avant

de dévorer la nuit qui fond sur nous

avec ses yeux d'enfant




Illustration : Claes Oldenburg ( trognon pomme) 

 

Report this text