Sucker Punch

daniel-m

Le film que l’on aime ou que l’on déteste.


Dans les années 50, une jeune fille, enfermée dans un asile psychiatrique par un beau-père tyrannique, s'évade de son quotidien cauchemardesque en s'inventant un monde extraordinaire.

… Jusque là et dit comme cela, rien de bien excitant. Toute la magie du film réside dans la manière peu courante et réellement originale qu'a adopté le réalisateur pour nous présenter son histoire.

 

Zack Snyder, qui signe ici son septième long métrage en tant que réalisateur, nous surprend, une fois de plus. Ce film qui n'a fait que 550 000 entrées en France, est une claque magistrale au cinéma conventionnel. Par son sens de l'image et de la suggestion, il revient à un certain cinéma d'expression d'avant guerre avec des techniques et des références culturelles contemporaines. Comme à son habitude, Z. Snyder soigne chaque image avec une attention hors normes. Tout est amplifié par les jeux d'ombres et d'éclairages. Les personnages stéréotypés à l'excès sont à la limite de la caricature parfois (le cuisinier, le docteur Gorsky …). L'héroïne ‘Babydoll' (Emilie Browning) est très ambigüe, du moins par l'image qu'elle donne, tantôt victime, tantôt guerrière invincible … et très sexy.

 

Tout dans ce film est suggéré, ce qui peut le rendre de prime abord très indigeste voir inaccessible, ou alors simplement intéressant. Une jeune femme victime de son beau père véreux est internée dans un sombre établissement psychiatrique où elle sera, malgré elle, lobotomisée dans les cinq jours. Rapidement l'hôpital dans l'imaginaire de la jeune femme devient une sorte de lupanar où des jeunes personnes doivent danser devant des gens peux scrupuleux. Babydoll pour se mettre en situation imagine des scènes de combats chorégraphiées dont elle est l'héroïne. Ces scènes de combats toujours très glauques, directement inspirés des univers de jeux vidéo, donnent lieux à des décors fantastiques et à des scènes d'actions remarquables. Créant dans le réel, une « équipe » avec quatre de ses camarades de galère, elles échafaudent un plan d'évasion. On est ainsi baladé d'un univers à l'autre et cela tout au long du film, ce qui est au début très déstabilisant, bien que l'on soit embarqué dans cette ‘aventure intérieure' dès les dix premières minutes.

 

On obtient au final, un film « gothique » dans tous les sens du terme, qui ne peut laisser indifférent.

 

Si l'on creuse un peu plus loin que l'image elle-même, on découvrira également une histoire dramatique et poignante sur le désespoir qui prend ici comme alibi l'univers de l'héroïque fantasy. Certes, le scénario simplement pimenté d'extravagances imaginaires, peut paraître au final simpliste, mais il laisse au spectateur une large place à l'imagination. Ce qui peut paraître paradoxal pour un film où les nombreux effets spéciaux atteignent une qualité proche de la perfection. Zack Snyder utilise toutes les ficelles du cinéma, et ce depuis que le cinéma existe. La musique et la bande son sont à la hauteur de l'œuvre. Ce film m'a coupé le souffle et c'est rare ! Esthétique, intelligent, artistique, poignant, dramatique, … tels sont les adjectifs qui me viennent juste après le visionnage.

 

Le bémol, car il y en a toujours un, est la fin qui peut surprendre, voir décevoir, mais c'est elle aussi qui donne tout le sens au film. L'édition director's cut ou le blu-ray incluent des scènes coupées et censurées qui devraient, selon le réalisateur, éclaircir certains points qui pourraient sembler confus pour le spectateur.

 

Bien sur, même si j'ai l'air d'avoir un peu raconté le film,  je n'ai en fait qu'effleuré le sujet et c'est ça qu'est bien. Je me répète, certains n'y verront rien, perso j'y ais vu tout un univers. Attention chef d'œuvre.


"Sucker Punch" en français "Coup bas"

 

A vous de voir maintenant !

  • Tes chroniques donnent toujours envie d'en savoir plus, donc de nous faire une idée en regardant le film. :)

    · Il y a 2 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Alors je suis content :o) Là, c'est mon film préféré exæquo avec l’odyssée de Pi. Curieusement, le sujet est le même. Le pouvoir de l'imagination. Merci.

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

    • J'ai adoré l'Odyssée de Pi. Je l'ai vu deux fois, avec la même émotion. C'est moi qui te remercie :)

      · Il y a 2 mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

    • Je l'ai vu deux fois aussi et je le reverrai encore :o)

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • Ton com donne envie de voir le film… je repasserai peut-être par là après l'avoir vu.

    · Il y a 2 mois ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Avec grand plaisir. Merci :o)

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • ça c'est sûr que je vais déguster ce film, ainsi que poo pou pidou...merci encore pour ces étranges visionnages qui me parlent d'entrée de jeu jusqu'à l'ouverture, pour un coup du berger qui offre mille ouvertures plutôt que l'échec...ça c'est fort! ;0)

    · Il y a 2 mois ·
    Facebook

    flodeau

    • Euh ... Merci :O)

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • Et en plus y a de belles gonzesses.

    · Il y a 2 mois ·
    Portrait cretin des alpes

    effect

    • et en minijupes en plus :o)

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • Merci pour avis et partage! :)

    · Il y a 2 mois ·
    00

    gone

    • C'est un plaisir :o)

      · Il y a 2 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • Ca a l'air vraiment bien!

    · Il y a 2 mois ·
    00

    gone

Signaler ce texte