VOLUPTES D'AGONIE

nalpas

 

 

 

 

SHOT LITTERAIRE … ?

 

Le premier état de VOLUPTES D’AGONIE, est déjà un « Shot littéraire » en soi, serait-il bref. Qu’il soit devenu, au hasard d’un concours, synopsis du texte VOLUPTES D’AGONIE II, à  lire à la suite, permet d’imaginer que, dans le même élan, il pourrait devenir synopsis d’un troisième état, pouvant aller jusqu’à 30.000 signes et au-delà.     

 

VOLUPTES  D’AGONIE

Le temps d’une cigarette. A la fenêtre d’une chambre. Saut.

Sensation de vol en spirales. Il plane au ralenti ou accélère. A son gré. S’autorise pauses et retours arrière…Septième étage : feu d’artifice de souvenirs d’enfance. Fulgurances et douleurs. Enrobées de miel de mémoire. Derniers loukoums. A savourer encore…Plongée au sixième. Goût plus âcre. Images kaléidoscopiques d’amours ratées. Tourbillonnantes. Ça submerge. Quelques étoiles quand même. Ultime tendresse de celle-là, premier sourire de celle-ci… Et vlouf, au cinquième. Doctement happé. Dans une nuée d’abstractions. Tasse de culture. Concentré létal. Myriades d’idées. Bouillon de contradictions sur tapis volant intellectuel. Avalé : gloups, gloups, gloups ! Tout en buvant, éjecté du tapis, vzzz… à l’étage d’en-dessous. Hors du labyrinthe éternel. Lâchée, la meute des philosophes de l’antiquité et des prix Nobel d’aujourd’hui. Références effacées…Au quatrième, extase. Cocktail érotique. Explosion ! Effervescence sensuelle. Impressions  anciennes et récentes mêlées. En prime, caresses des houris promises par Mahomet au paradis d’Allah. Toutes au rendez-vous. Penchée à la fenêtre, une dame. Curieuse. En dessous roses…Visions étourdissantes, au troisième. Musiques d’avenir. En films, mirages prémonitoires. Destins de plusieurs descendants. Arrières petits enfants, et même au delà. Vies de misère ou de poésie, se catapultant. Génie de l’un, déchéance de l’autre. Symphonies et cacophonies de leurs existences futures. Planète chamboulée…Pause au deuxième. Arrêt surprise. Tableau synoptique des guerres de ce monde, figé. Souffrance et agonie de tant de héros et de salauds que la perception du temps, au fil du compte des cadavres, s’y estompe complètement. Loisir, en pensée, de remonter tranquillement au septième pour finir la clope jetée un peu vite avant défenestration. Redescente en piqué… Au premier, le sol s’approchant, sensation anticipée de tête éclatée sur le béton. Sérénité pourtant. En compagnie, dans le vide, de Lao-Tseu lui-même. Contemplation. Evaluation du poids du corps dans l’accélération de la chute. Sourire et aphorisme définitif : « Le pesant est la racine du léger »… Geysers de flashes au niveau de la corniche séparant le premier étage du rez-de-chaussée. Ultimes vibrations de neurones devenant neutrinos. Perception anticipée de leurs danses dans l’espace cosmique. Aperçu de mille et une heureuses réincarnations possibles. Trou noir.

Vision du mégot qui tombe. Du septième au quatrième. Le décolleté rose. Hystérie à la fenêtre du quatrième. La dame fouille dans les profondeurs de son corsage. Se brûle les doigts. Lève les yeux. Jette le bout incandescent. Hurle à la mort. Glapissements. Echanges de  regards. Respectivement assassin et langoureux. Les fenêtres se ferment. Etait-ce bien le dernier voyage ?

 

 

VOLUPTES D’AGONIE II .

Il allume sa clope. La dernière c’est sûr. Comme toujours. Ouvre la fenêtre, puis les persiennes. Combien de temps a-t-il tergiversé, dans le noir, avant de se décider ? Inhale la fumée et le vide, si souvent contemplés du septième étage. Exhale voluptueusement le poison.  Vertige. En jouit un instant. Eprouve l’élasticité de ses baskets et de ses genoux. Ca va, il peut sauter.

Se balance. Eclairs d’enfance tourbillonnants. Kaléidoscope affolé. En bas, gazon et fleurs. Eden, devenu jardin des dents. Deux de devant, cassées. Il était tombé de la balançoire. Naissance d’un sourire singulier. Jamais perdu. Gamin insolent assénait la maîtresse. Tu me copieras cent fois : « Je ne dois plus ricaner à l’école ». Colette à l’enterrement du chat. Mi-oui, c’était son nom pour ne pas dire Minon. Tombe oubliée, derrière le massif de rosiers. Ça piquait fort. Blonde apparition. La fille du boulanger, en robe bleue. Elle ressemblait à la Sainte Vierge. Apportait des gâteaux pour le goûter. Puis cache-cache dans la cave. La fillette montrait sa culotte. Des fois plus. Branlettes avec Nicolas, devenu curé. Peur de l’enfer. Les souris couraient dans la pénombre. Grimpaient sur les étagères entre les pots de confiture de Maman et les bouteilles poussiéreuses de Papa. Odeur de pommes et de pommes de terre. Pour l’hiver.

Plonge. Houle dans la vitre du sixième. Lames de reflets acérés. Et larmes. Celles où se perdait corps et biens son premier amour. Avortement voulu mais pas vraiment. Celles qui l’envahissaient, jusqu’à noyade intime. Quand il surprenait Elodie,  alanguie dans le lit d’Alain. Si intelligent, musclé et sensuel. Elle en parlait comme ça. Perversement. Pour lui dire qu’il n’était qu’un idiot malingre et maladroit. Il coule dans son passé. Boit une tasse d’eau salée. Nage de chien. Ce qu’il était souvent, pense-t-il se débattant. Sans plus savoir s’il est dans l’air ou dans l’eau. Flotte. N’est plus porté que par la tendresse débordante de Frédérique. Autrefois dénigrée avec tant de hargne. Ce qu’il était con. Il avait compris trop tard. Marée amère et désert. Oasis enfin. Baigne dans le bonheur. Deux beaux bébés. Et larmes encore. Cancer foudroyant. Eloïse, un ange. Partie d’un coup d’ailes.  

Vole. Ivresse des hauteurs au cinquième. Plane, intérieur d’une bibliothèque. Saoulé de savoir. Les livres titubent sur les rayons. Mémoire transversale de ceux qu’il a lus. Bus jusqu’à plus soif. Mystère de ceux qu’il n’a pas ouvert. Le labeur insensé du sens le traverse un instant. De parts en parts. Arts, sciences, histoire, religions. Labyrinthes d’hypothèses et poésie. Borges n’est pas loin. Interminables méandres. Idées reçues et idées nouvelles. S'entremêlent et se dissolvent. Dans un coin un chat encore. Ou son seul sourire. Comme celui d’Alice. Non ce n’est pas le fantôme de Mi-oui. Sollers remue la queue en direction de la Pléiade. Injonction : « Tu as encore tout ça à lire ! ». Meute de philosophes de l’antiquité et de prix Nobel d’aujourd’hui. Murmure de sirènes. Il feuillette une BD égarée. Bouillon de culture, il est onze heures. Des onomatopées crépitent. Jaillissent de tous les ouvrages savants.  Souffle libérateur. Les références s’effacent. Nuage de poussière dans un rayon de soleil. La matinée sera belle.

Bande. Fusées de désirs. Penchée à la fenêtre du quatrième, une dame. Dessous roses. Curieuse. Il est soudain happé. Surgissent toutes les houris promises par Mahomet au paradis d’Allah. Cocktail érotique effervescent. Extase dès la première gorgée. Tous les pores de sa peau vibrent. D’impressions anciennes et récentes. Mêlées. Rappel des caresses reçues. Et nouvelles sensations. Le long doigt élégant et huilé qui le pénètre. Le nectar divin qui l’inonde. Ne sait plus où donner de la bouche. Son sexe virevolte affolé. Est-ce Sainte Thérèse qui lui susurre ces mots suaves ? Douceur d’une langue inconnue jusqu’alors. Marie-Madeleine l’effleure de ses cheveux. Une Zerline sublime chante Mozart dans son oreille : «  Vorrei e non vorrei … ». Elvire déchaînée lui fait des propositions canailles. Explosions à répétition. Rien n’indique que ça pourrait s’arrêter. A court de fantasmes il explore ceux des autres. Dont il riait parfois. Insatiable il les réalise tous. Instantanément. Houris, sainte, pute biblique ou fictions incarnées, elles en veulent encore. Encore et encore. La chute en valait la chandelle. Eros lui permettra de reposer en paix.

Fuse. Soudain, loin au-delà du troisième. Des pans d’avenir se dévoilent. Mirages prémonitoires. Enfants se disputant le maigre héritage qu’il leur laisse. Destins de quelques descendants en film accéléré. Il assiste à l’intronisation de son arrière petit-fils. Pape ! Puis à sa canonisation deux siècles plus tard. Entre temps sa belle-fille assassine trois de ses enfants. Elle est condamnée à mort au Texas. Encore quelques gros plans. Qui jaillissent, nets. Il écarquille les yeux. N’en revient pas. L’un de ses neveux reçoit en grande pompe une prestigieuse récompense internationale dans le domaine de la physique nucléaire. Le 2 décembre de l’an 2099. Un autre, clochard, meurt de froid en Guadeloupe. Son fils, peintre de talent, tague la Muraille de Chine. Beaucoup plus loin, le mémorial de Ground Zéro. Envahi par un végétal qui ronge le béton. La moitié de la planète terre connait une nouvelle glaciation. Exploration interstellaire. Quelques humains débarquent sur Mars. Flou. Les  révélations du futur s’estompent. Dans un brouillard infini.

S’égare. Arrêt image. Deuxième étage. Etat du monde qu’il quitte. Tableau synoptique. Figé en guerre. Guernica sans Picasso. Se revoit bidasse. Il a fait l’Afghanistan. Son père, Dien Bien Phu et l’Algérie. Ça dure toujours. Là, un camarade agonise. Sans illumination aucune. Juste la douleur. Garde-à-vous du Président de la république. Le grand Général ou le Nain ? Peu importe, même rictus. Crispés devant les cercueils. Bord d’une fosse au Rwanda. Exhumation. Sent l’odeur. Pince les narines. Syrie : salle de tortures. Imagine les cris. Se bouche les oreilles. Les chars Israéliens écrasent Ramallah. Des colons orthodoxes dansent. Un enfant saute sur une grenade. Défiguré. Impossible de savoir s’il est juif, palestinien ou afghan. Ferme les yeux. Peur que l’image ne s’anime. D’être emporté par le mouvement de l’horreur. Jeté dans l’enfer réel. Oublie toute notion du temps. Remonte au septième. En pensée. En pensée seulement. Finir en paix sa clope. Jetée trop vite avant défénestration. Il réfléchit. Halte incongrue. Epouvante statique en pleine chute. Retour en arrière et sensation que ça continue en avant. Simultanément. N’avait vécu ça qu’en rêve. C’est impossible, et pourtant ! S’y perd.

Se retrouve. Au premier étage. Sensation anticipée de tête éclatée sur le béton. Curieusement ça ne fait pas mal du tout. Au contraire. Les fragments de son crâne giclent comme des météorites. Glissent dans l’espace en accélération exponentielle. Avant de percuter, peut-être, une planète. Il éprouve l’euphorie du vide. Absolu, au centre de la roue de la vie. Tiens ! Lao-Tseu ! Salut ! Le sage est là. Dans un présent éternel. Relativise le drame apparent de sa mort. Contemple et commente sa culbute définitive. Evalue le poids croissant du corps qui descend en vrille. Lui parle, amène : « Le pesant est la racine du léger ». Détour cadeau, merci Lao. A tout à l’heure ! Il doit tenir jusqu’à l’arrivée. N’en n’est qu’à la corniche séparant le premier du sol. Plus que trois mètres … deux … un…

Ca fonce. Vitesse lumière. Et ça défonce. Champs-Elysées, rush et geyser de flashes. Tous ses amis sont là. Les vivants l’encouragent. Applaudissements. Un chien aboie trois fois. Les ombres de ceux qui ont déjà passé la ligne l’attendent. Leurs silhouettes fantômes agitent les bras, silencieusement. Sentiment indicible d’amour. Certitude de mille et une réincarnations possibles. Ses neurones explosent. Se démultiplient et s’éparpillent dans le cosmos. En milliards de particules. Dansent avec les neutrinos. Trou noir.

Il  regarde son mégot tomber. Tournoyant depuis le septième étage. Et toc ! En plein dans le décolleté de la dame du quatrième. Juste entre les deux seins. Elle hurle en y plongeant la main. Jette le bout incandescent. Etincelles au sol. Elle vocifère, s’est brûlé les doigts. Hargneuse, elle lève la tête. L’insulte tant qu’elle peut. De la pulpe des doigts il effleure ses lèvres. Lui envoie un baiser. Farfouille de l’œil dans la dentelle rose. Elle claque sa fenêtre rageusement. Au risque d’en casser les vitres. Il ferme la sienne avec une extrême douceur. Sûr que son dernier voyage sera somptueux. Qu’on lui permette seulement de prendre son temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

  

 

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Je suis passée voir s'il n'y avait rien de nouveau. Alors j'ai relu.

    · Ago almost 8 years ·
    Kitty 54

    meo

  • Voluptueuse écriture/lecture! Comme c'est bon de vous lire nalpas!
    Chloé merci

    · Ago over 8 years ·
    Kitty 54

    meo

  • Je vous envoie, de ce pas, pteden, notre amie commune.

    · Ago over 8 years ·
    Avatar chat orig

    Chloé. S

Report this text