Corps simples

thib

La parole est ouverte on entend

Aux portes fermées ce que l'enfance

A dit aux fenêtres,

Et c'est la part du feu

Qui prend la chair dans l'eau

Qui répare les ruines laissées par le feu,

C'est la part de l'ombre,

La part des roches et de la neige

La part du sang versé dans l'innocence éclatante du jour,

 

Ton corps cousu d'abeilles ton corps nu plein d'ors,

Ce sont les femmes d'où tu viens

Glanées aux miroirs qui nous cernent,

L'espace moins l'espace qui ne laisse pas de temps

Mais a fait aux ombres, aux formes,

A Chaque ressemblance chaque correspondance

Une statue claire et liquide où bat ton cœur

Comme la branche au bout du fruit,


Et le fracas du soleil après la pluie !

 

Toi toute seule rémanente

Couvée de paupières tremblantes dont ont faim les rêves,

Toi entre les rives de l'avenir

Saluant les pauvres les malades le temps retrouvé

Des feux clairs des moissons de feux bleus

Levés contre les cendres de la haine soutenant l'étoile

Des cris surgis des mers,

Toi toute seule et l'eau pure

De ton front offrant au cri de la souffrance un lit,

 

Haut rêve de vivre sans bâillon ni serrure

Debout dans le sang haut de la lumière.

  • superbes images ! et de la musicalité dans ces vers libres. Merci.

    · Ago almost 5 years ·
    120x140 image01 droides 92

    bleuterre

    • Il y a toujours un rythme quelque part, en train de donner un pouls, même et surtout dans ce qui est libre. Merci.

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

  • ah,, ça j'aime,, ;-)

    · Ago almost 5 years ·
    Img

    Patrick Gonzalez

    • Eh bien, moi, j'aime que tu aimes de cette façon là ! Merci !

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

  • Je reste sans voix face à tant de talent.

    · Ago almost 5 years ·
    Cocoteau

    feather

    • Quelqu'un mais j'ai vraiment mauvaise mémoire, a dit : "Le talent ça n'existe pas, le talent, c'est avoir suffisamment envie de faire quelque chose". Merci Feather pour ton passage et ton enthousiasme ça me touche beaucoup.

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

  • Pas très poésie le Wic d'habitude mais là... grandissime !

    · Ago almost 5 years ·
    332791 101838326611661 1951249170 o

    wic

    • Wow sacré compliment Wic ! Merci, j'apprécie énormément.

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

  • l'image qui m'est venue d'abord c'est comme quelque chose qui s'ouvre peu à peu et sans entraves. qui libère. Ca : "Toi toute seule et l'eau pure De ton front offrant au cri de la souffrance un lit,", ces vers-là me tremblent dedans. Et "Haut rêve de vivre sans bâillon ni serrure" Là il y a tout. Il n'y a plus rien à dire. Merci.

    · Ago almost 5 years ·
    248407193 78b215b423

    ellis

    • Tout s'ouvre à son rythme. Tout est libre et lié, tout est libre d'être lié, tout se transforme. Le temps fait. La vie vit. Tu ne dois pas lire avec tes yeux, tu sais, mais avec quelque chose d'autre qui voit par dessus, qui pénètre, qui sait déjà. Merci.

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

  • Superbe ! Merci pour ce poème aux images fiévreuses coulant comme un torrent de lave entre l'innocence et la vérité. J'y vois (entre autres interprétations possibles) une fidèle et profonde description du passage de l'enfance à l'âge adulte, lorsque les rêves se brisent sur la falaise du réel et que la vie apparaît, parfois, dans tout ce qu'elle a de plus menaçant.

    · Ago almost 5 years ·
    Teneris

    Florent Michel

    • L'interprétation n'est pas mon fort. Mais je ne crois pas aux rêves qui se brisent. Je crois, en fait non, j'ai longtemps cru, et maintenant je sais (sans prétention) qu'ils se fondent au réel. Qu'ils finissent par en faire partie. Et nous en témoignons. Chaque seconde. Dans chaque geste. Qui s'accomplit ou ne s'accomplit pas. Peut être, entre l'enfant et l'adulte, n'y a-t-il que cette différence de savoir et de comprendre la fertilité de ce qui nous entoure. Et sans doute y a t-il de ça dans ce texte. Merci pour la lecture attentive, et sentie.

      · Ago almost 5 years ·
      Vie1

      thib

Report this text