Effeuillage amoureux

Colette Bonnet Seigue

"Un puceau en écriture croisa une feuille vierge. Timidement, il l’effleura du doigt et sur le champ tomba raide dingue. - Ô comme votre trame est douce ! Me permettez-vous d’y coucher un mot ? "

Exercice d'écriture proposé par Pascal Perrat  dans son atelier :"Entre 2 lettres"


       « Ne vous froissez-pas ! » Murmura Félicien (jeune- puceau-écrivain-en- herbe) à la page vierge. Aujourd'hui, je crois que je suis prêt à vous dévoiler l'empreinte de mes sens. Voilà un moment que je voulais le dire, du bout de ma plume. Mais je ne pouvais pas affronter le velouté de votre peau. La lumière et la pureté virginale de votre trame délicate sont si tentatrices ! J'ai osé parfois, mais, sans réponse de votre part, j'ai préféré attendre. La page vierge ne broncha pas, tandis que Félicien continuait maladroitement ses approches espérant une tentative de sa part. Alors, il caressa du bout d'un mot solitaire le doux vélin.

     - C'est bon ! Soupira-t-elle. J'aime cette caresse inattendue ! Un soupir de papier s'envola vers la plume interrogative.

     - Comment vais-je m'y prendre ? Songea le puceau. C'est que je manque d'expérience ! Mon père Gilbert Cesbran, grand écrivain de son état avait défloré tant de feuilles vierges, qu'on ne pouvait compter toutes ses conquêtes ! Lui, au moins, il savait faire ! Un jour, il m'a dit : « Mon fils, pour devenir un grand séducteur de page blanche, il faut que je t'initie. Tu sais, les pages virginales sont les plus dures à appréhender. Il te faut de l'imagination, un doigté de maître pour câliner tous ces mots de peau. Surtout, surtout pour une première fois, savoir attendre… L'attente est la lave du désir. »

     A ce moment-là, pensant au conseil de son père, il sentit monter ce flux de feu brûlant sous ses doigts impatients, ça allait déborder !

     Le puceau effleura la page une nouvelle fois, en évalua la brillance et la teinte nacrée de sa robe. Il prit son plus beau stylo trempé de bleu et d'une envolée angélique laissa glisser ses premiers mots maladroits.

     - Continue ! Oui ! Comme ça !! Invita la page qui en voulait plus. Alors, à hue et dia, de long en large, d'autres mots se bousculèrent tellement que la page osa de la trame, facilitant ainsi le glissé de doigt sur le stylo voyeur, elle s'arque bouta, tandis que la plume se fit amoureusement plus assurée.

     - Tu dois attendre ! se disait le jeune puceau - Pourquoi attendre ? Questionna la page devinant soudain le transport.

     - C'est que… Je me sens maladroit !

     - Ose donc ! Dit-elle, je n'attends que ça ! Je suis toute à toi en majuscule, en italique, en interlignes, en alinéas, comme tu le sens !!! Sauf, en points d'interrogations, j'en ai horreur, ils me laissent sur ma faim. Je n'y puis répondre. J'ai aussi une aversion pour les points de suspension. Je n'aime pas le doute. J'adore les points d'exclamation admiratifs ! Ce qui me rassure, ce sont les mots à virgules amoureuses. Elles n'en finissent pas les virgules sur mon corps alangui. Elles effeuillent ma peau langoureuse pour un prélude de mots en sensuelles respirations, en bémols vibratoires.

     Alors, le puceau ne se fit pas attendre. Il aligna un paragraphe à virgules et la page se laissa effeuiller.

       -Encore ! Encore ! C'est si bon ! Soupira-t-elle avec délectation.

     Soudain Félicien commença à détendre ses doigts pour honorer sa trame.   

     - Tu deviens expert ! Encore ! Encore !

      Une psalmodie de doigté de mots prit corps sur toute la page qui perdît sa virginité. Le jeune puceau sans expérience posa en interlignes et alinéas les phonèmes les plus savoureux, allégoriques, élévateurs !

     Un orgasme fou s'imposa, faisant éclater guillemets et parenthèses avec dextérité et une telle passion qu'une lettre d'amour s'imprima sur le corps frémissant de sa page.

     Elle commençait ainsi :

Mon amour,

Je te veux toute entière,

Muse de mes mots

Consacrée à mon âme,

Salvatrice de maux,

A l'écoute de tes soupirs

Reçois mes désirs

Imprègne mes silences

En point de suspension

Pour prolonger

Le mystère du phrasé

De ma nouvelle vie Avec toi…


     De rendez-vous en rendez-vous, de virgules en points-virgules, de points en doubles points la page inspiratrice accoucha en points d'exclamations de jeunes feuillets multiples et beaux.

     Or, le jeune écrivain libéré enfin de son pucelage reçoit ce jour le Prix Goncourt…

  • Superbe trouvaille

    · Ago over 1 year ·
    Cavalier

    menestrel75

  • Je découvre ton sublime texte que j'ai vu sur la page Facebook de Roselyne ! Quel talent et quel écrit jouissif et jubilatoire (c'est le cas de le dire) ! Un véritable ode aux mots ! CANOTIER A RAS DE TERRE Colette et merci pour ce moment durant lequel le temps a suspendu son vol ! bisous et douce journée à l'ombre !! Quelle maestria !!

    · Ago over 1 year ·
    Epo avatar

    Christine Millot Conte

  • Il avait surement trouvé le point G...Bisous Colette

    · Ago over 1 year ·
    Image 30 150

    Joël Martineau

  • C'est plaisant à lire. Ceci dit, il est indéniable que plusieurs sont inspirés par les idées de Pascal Perrat. J'ai retrouvé plusieurs débuts d'exercice sur son blog Entre 2 lettres. Dans notre monde, il est habituel de citer les sources !

    · Ago almost 4 years ·
    Default user

    mamidoux

    • Merci pour votre commentaire. Si j'ai mis le thème de l'exercice en italique c'est pour dire que l'idée n'est pas de moi. Je ne manquerai pas de citer Pascal Perrat pour qui j'ai une grande admiration. J'ai été sur votre page, mais n'ai rien trouvé, dommage!!!

      · Ago almost 4 years ·
       20160514 112546 (2)

      Colette Bonnet Seigue

  • Que c'est joliment écrit !

    · Ago over 4 years ·
    Mouette des iles lavezzi orig

    valjean

  • Soigneusement écrit et bien guidé Colette ! ça donne "en vie" ;)

    · Ago almost 5 years ·
    Photo0486

    Apolline

Report this text