Emotionnellement nue

enzogrimaldi7

 Elle avance dans la ville la boule au ventre. La chaleur l'incommode, la foule l'effraie. La peur l'assaille, la lumière l'aveugle. A l'aveuglette, elle tâtonne dans un monde qui n'est pas le sien. Sculpté à coups de décisions arbitraires liées à une seule logique, celle d'un illusoire profit.


Les cafés ne sont plus que des lieux exsangues, les rues principales n'arborent plus que des enseignes absurdes où l'artisanat a laissé place à l'arnaquat. Des tours sans fins symboles phalliques d'une société atrophiée barrent l'horizon et les oiseaux meurent par millions.


Le pouls à 180 elle se fraye un chemin d'ombres en ombres jusqu'à l'édifice promis. La transaction, cruciale, sera brève et primordiale. Puis c'est le retour en sens inverse. Le pouls est meilleur. La mission, accomplie. Le soleil, moins envahissant. Les sensations, plus soft: le parking n'est plus très loin.


L'automate a fait son travail. Le chèque est encaissé. Le total avoirs est équilibré. La voix métallique a déblatéré son flot d'inepties. La clim, seul réconfort polluant, a investi les bronches. Les portes glissières et les codes ont été à l'unisson. La lumière artificielle a englouti les âmes.


Non sans mal elle atteint le sous-sol. Entre deux odeurs acres. Mélange de dioxyde de carbone et d'urine jaunâtre. La clim la sauve. Deux fois déjà . Deux fois de trop pour la planète. Elle s'engouffre dans son véhicule. Piètre refuge de ferraille.


Mercedes conduit une BM. Comme un pied de nez. L'embouteillage bat son plein. Son pouls remonte. Les scooters dézinguent, frôlent, disparaissent. Le feu est au vert mais la file est inerte. L'hélico fredonne sa ritournelle. Le paquebot dégaze. Le platane se meurt.


Mercedes est hypersensible. Elle ressent tout. Puissance dix. Ses sens sont hypertrophiés. Rien n'est à l'échelle des hsp. Si ce n'est l'art. Si ce n'est le cinéma. La littérature. La nature. Sans filtre.


Cent pour cent Stimuli. Tout le temps. Une overdose des sens. Sensations aqueuses. Acquisitions sentimentales. Oblation continue. Sauf que la souffrance est à vif. Alors elle s'extrait du tambour. De la transe en permanence. Oeillères vitales.


Mercedes est en confinement quasi constant. Dans la ouate. Avant de ressortir. Pour affronter leur monde. Aphone mais assourdissant. Morne mais aveuglant. Vide mais vertigineux. Sans arôme mais malodorant.


Emotive, elle s'oublie dans ses émotions. Se perd dans Rimbaud. S'arrime à ses vers libres. Suis les pas du poète invincible. S'arroge son accent, déroge à son aimant. S'échappe dans ses rêves. S'abime dans ses rimes.


Seule elle s'épanche. Se retranche dans son habitacle étanche. Se déshabille dans sa bulle. S'éparpille, part en vrille. Déchire sa dentelle. Lascive, elle l'appelle. Soumise ou rebelle. Peu importe, il faut qu'on la prenne.


Minuit quinze. L'heure de l'abandon. Des frasques en jupons. Des sérénades écarlates. Du saut de l'ange. Des copulations diaboliques. Du chant des corps emmêlés. Des aurores boréales. Mercedes se cambre enfin. Il l'allume. La fouille de ses puissances. La renverse. La retourne. Elle le chevauche, l'enfourche, s'en entiche, Se l'arrache. Se détache.


L'aube est là, elle s'en va. Le soleil se lève. Le calme règne. Silence. Moteur.

                                                                                    2021

Illustration: Miss Scott on the phone (in Doctor Strangelove).    https://www.youtube.com/watch?v=moa5pVCXeyk 

Musique: Bryan Ferry, Johnny and Mary.

  • Toutes ces sensations en effervescence... puis quelle délivrance !

    Merci pour ce texte.

    · Ago 8 days ·
    Artem rhads

    azraelys

    • Disons que je me suis appuyé sur quelques souvenirs de jeunesse pour conceptualiser la scène finale; merci à vous.

      · Ago 7 days ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Bravo pour ce beau texte

    · Ago 8 days ·
    20190203 114839

    cheramy500

    • Merci cheramy. Et bravo pour votre avatar. Soutine et la bande à Modigliani: grandiose.

      · Ago 8 days ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Vous avez l'heure? :-)

    · Ago 8 days ·
    Kalvmxlw

    minuitxv

    • Disons qu'â ce moment là du texte, vous en conviendrez, ça s'imposait, comme une évidence...

      · Ago 8 days ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Un rythme, une constance, les sens affolés d'une hypersensible au quotidien, dans lequel je me retrouve beaucoup. Merci

    · Ago 13 days ·
    280px fullmoon2010

    Rythm & Poetry

  • Récit d'un hypersensible qui raconte celui d'une hypersensible dans un monde moderne qui se perd ! :o) C’est très bien écrit et prenant. J'ai pensé à un moment donné à Blade runner, mais je ne sais pas pourquoi.

    · Ago 13 days ·
    Gaston

    daniel-m

    • Bonsoir Daniel. Heureux de vous retrouver. Hypersensible et Blade Runner, vous tapez juste. On a le droit d'être insensible et préférer camping paradis. Mais, vous en conviendrez, ça ne serait pas tout à fait la même histoire.

      · Ago 13 days ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Wouaw! Un texte puissant, rythmé, percutant et très bien écrit!

    · Ago 14 days ·
    29834 4556469907617 1123252137 n

    Maureen G

    • Bonjour. Merci beaucoup. Heureux que vous l'aimiez.

      · Ago 13 days ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

Report this text