Fragment d'un discours érotique

jd0

Fragments d’un discours érotique

Je t’aime du bout des mots, pas plus, pas plus loin, pas au-delà de la limite, juste du bout des mots que je t’envoie. Ne crois pas que je te désire, que quand tu passes là, je te regarde plus que de raison, que mon regard s’arrête sur ta nuque, sur tes reins. Moi je ne fais que te caresser de mon langage, baisers biaisés de mes mots, étreintes prononcées, effleurement du discours, à toi rendu. Je dénude toute mon âme à ton écoute, je te renverse sur mon lit d’incertitudes, je te prends, je te vole, j’inscris en toi mon verbe, jusqu’au bouleversement. Pupilles dilatées tu te découvres aussi, dans ce texte sans nom, tes mains s’agrippent et suivent bientôt le rythme cadencé de la phrase, le balancement de mes propositions indécentes, leur va et vient déstructuré, heurté, haché, précipité  jusqu’à l’acmée. Abandon de soi dans le langage de l’autre, happé par le texte tu reprends ton souffle ma liseuse, mon lecteur, tu reviens à toi, lentement tu t’extirpes du corps brulant du langage qui t’a un instant emporté. Tu respires et reprends tes esprits, souriant, la cigarette aux lèvres, en te disant après coup « ce n’était pas si mal".

Report this text