Gainsbourg VS Lana Del Rey

Loxias

    Une rencontre comme celle-ci ne peut avoir lieu que dans le Middlesex, au rayon spiritueux d'un vulgaire supermarket :

    - Lana, ce n'est pas un nom mais une belle anagramme.

    - Vieux hibou, tu n'es qu'un fantôme...

    - Ca met la main au cul les fantômes ?

    - Mmm... Poète ?

    - Muse. J'ai retourné ma veste.

    - Je reconnais un mac à dix miles.

    - C'est le lot des garces !

    - Qu'est-ce qu'elles t-ont fait les femmes ?

    - Elles ont chanté pour moi.

    - Ca je sais faire.

    - Tu ne chantes qu'avec ta bouche.

    A peine le temps de savourer sa réplique, Gainsbourg amortit l'impact d'une Bud sur sa tempe. La bière est intacte, lui s'écroule.

    Comme dans une chorégraphie bien minutée, Lana décapsule son arme et inonde sa proie d'une mousse évocatrice tout en chantant : « I was like : No please, stay here... »

   - OK girl, tu mettras ça sur ma note. Tu m'aides à me relever ? Hey, colle pas ta bouche sur ma tronche ! P...Putain mais qu'est-ce que tu fous ? Aïe !

    Comme une lionne soigne son lionceau, Lana lèche la plaie de sa victime.

    - Ca va, c'est bon. Je suis peut-être pas un fantôme mais je reconnais un vampire. J'ai lu les classiques.

    - Ca réfléchit les vampires ?

    Effectivement, en reflet, sur la vitre sans teint derrière laquelle observent, médusés, les gars de la sécurité, on distingue très bien le corps de cette déesse moderne onduler. Dans ses bras, un esseulé expire ses derniers mots :

    - Pas dégueu...

    Et puis, l'évaporation...

 Bien sûr, ce n'était qu'un fantôme. Mais elle, vampire circonspect, se le demande encore.

   Au fond, elle n'est pas un vampire, juste une très vieille âme.

Report this text