La chemise

Choupette

    J’ouvre la boîte aux lettres et le colis est là, enfin, une grande enveloppe que j’attrape vivement. Je monte rapidement à la maison. Je suis impatiente d’ouvrir ton envoi, bien que je sache déjà ce qu’il renferme. Je décolle, sans précipitation, pourtant, et sort, l’objet de mes désirs…oui, oui…tu as tenu ta promesse, tu m’as envoyé une de tes chemises ! Je la colle sous mon nez, sens ton odeur, respire encore et encore…Je la remets dans l’enveloppe, vite, pour ne pas que les effluves se perdent dans l’appartement.

   Je m’imagine déjà…

   Le soir, après ma douche, je me glisse dans ce tissu doux qui me semble magique : il me donne la sensation que tu m’entoure de tes bras protecteur, de tes mains douces, que tout ton corps m’enveloppe de sa chaleur. Je m’assois devant l’écran de l’ordinateur et te regarde : tu es là, assis sur un rocher, à la Rhune…je retourne quelques jours en arrière…

   Je me pelotonne un peu plus dans la chemise remplie de toi, de nos souvenirs d’ébats, de câlins, de caresses…Mon corps frissonne à ces pensées intimes… Nue sous l’étoffe soyeuse, je me love dans le col, respire encore…Une main se glisse entre mes cuisses, oui, je suis mouillée de désir…et tu n’es pas là. Alors, pour la première fois depuis ton départ, j’ai envie de me laisser aller, et mes doigts caresses doucement mon mont de Vénus, glissent entre mes lèvres intimes, effleure mon clitoris déjà gonflé, chaud. Je ferme les yeux et t’imagine là, tout près à me regarder.

Ce regard que je connais si bien à présent, cette petite moue de tes lèvres quand tu me désires…Deux doigts s’introduisent dans mon sexe affamé. Ils vont, viennent, pendant que mon pouce presse, tourne autour de mon clitoris bien dressé, comme un sexe d’homme…Je m’interdis de faire monter mon plaisir trop vite…Je veux penser à toi, à tes mains sur moi, à ton corps chaud qui se collerait contre le mien. Ces pensées de plus en plus vivantes en moi, augmente cette envie de toi, de me sentir…pénétrée par autre chose que mes doigts…

   Alors je vais dans ma chambre, allongée sur mon lit, j’attrape mes jouets, qui ne peuvent pas te remplacer mais qui en fermant les yeux peuvent, l’espace de quelques secondes de plaisir faire illusion. Doucement, je le fais pénétrer dans ma chatte brûlante, en m’imaginant que c’est toi qui est là et me donne ce plaisir. De l’autre main, je frotte un pan de chemise sur mes seins excités par toutes ces sensations et pensées… mon désir est de plus en plus fort, augmenté par les allées et venues du sex toy dans mon sexe trempé. Mes doigts sur mon bouton d’amour fait exploser ce plaisir et c’est en prononçant ton prénom que je jouis …longuement, intensément.

   Encore lovée dans la chemise, dans la position du fœtus, recroquevillée sur moi  même, je rêve que tu es là, que tu me regarde en souriant. Je me suis endormie dans ta chemise…Dormi comme un bébé…

   Au matin, j’ai laissé celle-ci dans le lit, juste sous l’oreiller, comme si je te laissais Toi, dormir encore un peu…

   Merci…

* dessin perso

Report this text