La flamme bleue de l'Enfer

grabuge

Alors que je rentrais chez moi après une nuit arrosée avec des amis – une de ces nuits où on regrette encore d’avoir trop bu – j’aperçus une chose étrange bouger dans le noir ; une sorte de chose dansante, du coin de l’oeil. Dès que je me suis retourné, elle avait disparu, laissant place à un buisson bougeant au gré du vent. La route était sombre et mal éclairée avec les lampadaires, ces Lampades d’acier sans torches, immobiles, avec pour seule compagnie l’allumeur de réverbères qui passait par là tous les soirs au coucher du soleil. La flamme dansait en son sein, vacillait, créant ainsi une sorte d’atmosphère étrange. Mon ombre quand je passais devant eux grandissait, faisant de moi un géant terrifiant, pire, une de ces créatures qui fait trembler les enfants dans les contes qu’on leur raconte avant d’aller dormir : un vampire. J’en avais tout l’air avec mon long manteau s’arrêtant à mes genoux. Je m’amusais à faire des mouvements terrifiants, comme pour me prouver que j’étais supérieur aux autres.

Soudain, je ressentis un coup de vent glacial, quelque chose d’assez violent pour tuer les Lampades. Dans le noir total, je pouvais observer ma respiration s’accélérer. Je pouvais pressentir quelque chose approcher, quelque chose de terrifiant. Je faisais beaucoup moins le malin. J’aurais eu envie de me terrer dans un trou et d’attendre, et d’analyser la situation comme un moine vigilant. « Mon diaphragme monte, j’inspire, mon diaphragme descend, j’expire, je respire vite, je suis angoissé. Ce qui m’entoure n’est qu’une illusion, ces buissons qui bougent ce n’est que le vent. », cet évènement mettait clairement ma sagacité à l’épreuve. « Ces lampadaires se sont éteints parce que le vent s’est engouffré dans une fente, et ce coup de vent soudain est sûrement dû à une dépression atmosphérique ; rien de bien inquiétant en somme », mais je n’en étais pas sûr moi-même. Comment savoir si ce coup de vent terrifiant venait de nulle part ou si c’était déjà prévu ? Je n’en savais rien, mais je tentais de raisonner.

Le vent se lève de nouveau. Une brise froide en cette nuit d’été où normalement les vents du sud sont chauds, mais ici c’était plutôt un Sirocco glacial, un froid sec, mordant la peau comme de petites fourmis rouges, un Barber, ce vent glacial d’est / sud-est. Quelque chose m’échappait. Au loin je pouvais voir ce qui pouvait s’apparenter à une lueur, un feu follet, cet esprit de feu réputé pour n’apparaître que dans les forêts désertes, les cimetières et les marécages. Je ne croyais pas à ce genre de superstitions, pour moi la sagacité c’était de se protéger de ces croyances vaseuses, mais qu’en est-il quand nous n’arrivons pas à expliquer ce qu’il nous arrive ? Quand nous voyons des choses sur le moment que d’autres personnes n’ont pas pu voir  ? La folie. Oui, je crois que c’est le bon mot. Les gens vous traitent de fou.

J’ai décidé de suivre cette flamme, cet unique guide dans ce sentier forestier désert. J’essayais de rationaliser, j’essayais de trouver l’endroit où je pouvais être en essayant de dessiner mentalement le plan du sentier pour trouver où j’étais, mais la boisson m’en empêchait, je ne pouvais plus réfléchir correctement. J’eus l’impression de marcher des heures, je ne quittais pas la flamme des yeux, de peur qu’elle disparaisse, elle qui était si frêle, si vacillante, j’avais peur qu’une bourrasque l’éteigne et que je me retrouve perdu en plein milieu de cette forêt que je ne connaissais pas. Je voulais rentrer chez moi.

La lune n’était pas pleine, je ne pouvais rien voir, si ce n’était les silhouettes des arbres. J’essayais encore de ne pas perdre la flamme de vue à travers les arbres, quand soudain j’aperçus ce qui s’apparentait à une grande porte métallique, une porte de fer forgé usée dont l’un des battants était cassé, couchée à demi vers l’arrière. Un seul gond tenait encore le battant debout. La flamme rentrait dans l’édifice où je pouvais apercevoir une croix. C’était un cimetière. Je voulais repartir en arrière, je voulais rentrer chez moi, mais dans les ténèbres je ne voyais rien. Une fois rentré, après avoir enjambé la porte à demi gondée, la flamme disparut. Je ne la retrouvais pas. « Ce n’était qu’une illusion, un produit de ton imagination, ou alors pour avoir été là si longtemps c’était une vraie flamme se tenant d’elle-même dans les airs, mais par quel procédé ? », je doutais. Plus je doutais, plus je sentais la peur m’envahir. Je ne connaissais pas ce cimetière, personne ne le connaissait. Je pouvais entrevoir des cryptes, mais une des plus grosses bâtisses était en plein milieu du cimetière, toutes les autres tombes semblaient graviter autour. C’était un spectacle effroyable.

Plus je m’approchais de la crypte centrale et plus les autres bâtiments semblaient ridicules et celle-là plus grosse. J’avançais, comme attiré inexorablement par une force mystérieuse, mais en même temps terrifié. Je suppose que dans ma témérité il y avait aussi une sorte de défi contre le paranormal, je voulais me prouver que je pouvais le faire, que j’avais le courage de braver quelque chose pour découvrir une vérité scientifique. Le feu follet réapparut dans la crypte, derrière une grille imposante qui empêchait à quiconque de rentrer. Je pouvais voir les marches aller en descendant, le feu follet illuminant sur son chemin le passage qui s’enfonçait profond sous la terre, puis il bifurqua à droite, disparaissant subitement.

Je voulais absolument savoir, savoir le pourquoi du comment, attiré par ma soif de savoir perpétuelle. Je cherchais comment ouvrir cette grille, loitrant dans le cimetière comme un revenant, cherchant sans chercher vraiment, absorbé dans mes pensées. Je trébuchais sur une chose qui se révéla être un tuyau de cuivre ou de plomb, je ne savais trop. Je décidais de suivre ce conduit et il m’emmena vers un coin reculé du cimetière. Le tuyau menait à la cabane du fossoyeur et par chance elle était ouverte. À l’intérieur je ne pouvais rien voir, mais le vent soufflait et je pouvais deviner aux cliquetis métalliques qu’il se trouvait en cet endroit quelque chose pour scier, scies à métaux, scies à bois, marteaux, quelque chose d’utile pour ouvrir la grille. Je tâtais précautionneusement pour ne pas me blesser, caressant ce qui semblait être des poignées de cercueils, des boîtes de clous… Je trouvais aussi un étau où reposait une pièce ouvragée, mais non terminée et par chance à côté se trouvait une scie à métaux. Cet endroit avait l’air d’avoir été abandonné rapidement, comme si quelque chose avait fait fuir le fossoyeur. Peut-être des voleurs, mais à ce moment-là pourquoi ne pas avoir pris les outils pour les revendre ? Ou même les poignées de cercueils ?

Je sentais une odeur de rat crevé envahir la cabane. Une odeur qui n’était pas là avant. Je décidais de sortir, mais une fois dehors je sentais que quelque chose avait changé. La scie dans la main, je me tenais prêt à agir, prêt à n’importe quoi. Je sentais du mouvement dans le cimetière : « Ce n’est que le bruissement des feuilles, le vent souffle sur les feuilles, les font bouger et se rencontrer les unes les autres, c’est tout. Mon diaphragme monte, j’inspire, mon diaphragme descend, j’expire. Je respire vite, je suis angoissé. J’ai une arme, je peux me défendre. Cette présence est juste dans ma tête, je rêve, mon imagination me joue des tours », me dis-je intérieurement, comme pour me prouver que rien n’arriverait. Silencieusement, prudemment, j’avançais jusqu’à la crypte centrale, alerte à tout ce qui pouvait se passer autour de moi. Le froid mordant faisait se dresser les poils sur mes bras et j’empêchais mes dents de claquer.

Plus je m’approchais de la crypte et plus je sentais les autres bâtiments grandir, comme si la crypte centrale n’était plus qu’une chose ridicule en son milieu, comme si je m’acharnais à essayer de trouver quelque chose d’inutile. J’avais peur, si je sciais cette grille j’allais faire du bruit, casser le lourd silence qui régnait – mis à part le vent sur les feuilles d’arbre -. Je finis par me demander si c’était vraiment une bonne idée de faire ce que j’étais en train de faire – profaner une crypte –, peut-être ce cimetière n’était-il pas abandonné, peut-être que le lendemain quelqu’un me retrouvera pour me faire la peau ou me faire rembourser les dégâts ! Cette crypte était tellement gigantesque… La grille aussi. Si je faisais tomber la grille, elle allait réveiller les morts. Au sens figuré, il était évident que les morts ne se réveilleraient pas. Logique, puisqu’ils sont morts, enterrés, que la masse au-dessus de leur corps même s’ils étaient vivants ne pourrait pas être déplacée, ils auraient six pieds de terre à gratter pour remonter à la surface puis à déplacer la dalle de marbre au-dessus d’eux.

Je décidais donc, vu que je ne craignais rien, de scier les barreaux de la porte de façon à ce que les gonds ne cèdent pas, ce qui ferait s’effondrer la porte dans un fracas strident et résonnerait de partout dans le cimetière dans un écho qui me paraîtrait sans fin. Je ne sciais pas vite, sans bruit, mais j’eus l’impression de découper les barreaux pendant des heures, terrifié à l’idée que quelqu’un m’entende.

Finalement, je réussis à m’engouffrer à l’intérieur. Il faisait très noir, je n’y voyais vraiment rien. Je tâtais les murs, j’avais peur, j’aurais pu tomber dans un trou, me casser une jambe, cogner un genou contre un bord de tombe… Il faisait très froid, je pouvais sentir ma respiration s’accélérer et je respirais par la bouche, les yeux grands ouverts même si je ne voyais rien, dans l’espoir de revoir cette lumière. Je ne savais pas où j’allais. La pierre glacée et humide me faisait rappeler que moi aussi un jour j’allais mourir. Il me vint à l’idée que je pourrais ne pas retrouver mon chemin dans ce qui semblait être un labyrinthe. Je voulais retourner en arrière, mais je me suis rendu compte que j’étais bel et bien perdu.

Le feu follet réapparu, une faible lueur au loin. Je décidais de le suivre encore une fois, n’ayant plus rien à perdre. Je découvrais que la crypte était immense et nous descendions de plus en plus profond. Grâce à la lueur de la flamme, j’ai pu entrevoir que certaines tombes étaient vides et que certains couvercles en pierre étaient cassés par terre. J’étais terrifié à l’idée que quelqu’un de mort aie pu soulever le couvercle pour s’évader, mais je me faisais une raison on me disant que cette tombe avait toujours été vide. Le fossoyeur avait peut-être voulu nettoyer les tombes, je n’en savais rien, je supposais dans le vide, je crois que je devenais fou.

La lueur s’arrêta au milieu d’une pièce immense. Il faisait un froid terrible, j’étais parcouru de frissons et n’arrêtait pas de trembler, les yeux écarquillés. Je n’en croyais pas mes yeux : la flamme se distordait, comme pour créer une image, et dans une faible lueur – puisque la lumière se faisant s’était étalée – je pouvais apercevoir ce qui pouvait ressembler à une humaine. Je ne pouvais pas bien voir à quoi elle ressemblait, mais plus je m’approchais et plus sa beauté me glaçait le sang. Je ne pouvais pas croire à ce que je voyais, je ne pouvais pas l’expliquer, je ne trouvais pas les mots. C’était un fantôme, quelque chose d’éthéré, irréel, séraphique et vaporeux, quelque chose de fragile et de léger. J’avais peur de la faire disparaître en m’approchant trop près. Elle murmurait quelque chose que je ne pouvais pas entendre, sa bouche était composée d’une sorte de gaz, tout ce que je pouvais entendre était un vacillement de flamme léger, comme lorsqu’on souffle sur une flamme. Mais ici, ce n’était pas un son grave, mais un son aigu.

« Appro… Homme… Peux… France… Mal… », c’était tout ce que je pouvais comprendre de ce qu’elle disait. Elle remarqua que je ne comprenais pas, et je me demandais comment elle pouvait réfléchir vu qu’elle était constituée de gaz, mais je décidai de la suivre. Son visage ne me quittait pas et son corps vacillait comme une flamme, bleu, trouble. Elle me menait vers une tombe au fond de la pièce. Je pouvais lire avec la lumière qu’elle produisait : « Ci-gît Éléonore de La Bruyère, épouse Lagarde, décédée de la céphalée de Horton. ». Je connaissais cette maladie, moi-même étant médecin. On l’appelle aussi la céphalée suicidaire ou l’algie vasculaire de la face. Elle a dû souffrir atrocement, l’algie vasculaire de la face provoque une douleur très importante près d’un oeil, du nez ou de la tempe. La douleur est si insupportable que le malade cherche par tous les moyens de s’en débarrasser. Certains se suicident pour arrêter définitivement la douleur.

Elle se tenait là, à côté de moi, elle s’était rapprochée pendant que je lisais. « Aide-moi. » avais-je clairement entendu, mais je ne savais comment l’aider ! J’entendais des bruits de pas résonner dans la crypte, comme si une armée dévalait les marches. J’entendais des grognements, comme si ce qui parlait n’avait plus de mâchoire. Elle me désigna un seau du doigt puis mima doucement un mouvement : vider le seau d’eau sur la tombe. Je fis ce qu’elle m’ordonna. Mes bras étaient raides comme la mort, j’avais tellement peur !

« Henri ! Henri ! Enfin tu te réveilles ! Nous avions bien cru que tu étais mort ! », je voyais des visages au-dessus de moi. Je reconnaissais quelques-uns de mes amis, mais je ne pouvais que difficilement les voir, encore hébété, de l’eau sur le visage. Jocelyne se tenait à genoux, un seau d’eau en bois à côté d’elle. J’étais toujours sur le chemin en terre, il faisait nuit et les lampadaires étaient éteints, seule nous éclairait la lanterne d’un ami. J’étais content qu’ils m’eussent sauvé. Je voulais leur raconter mon aventure, mais je crois qu’ils m’auraient pris pour un fou.

  • Stylisé d'ombres et de ténèbres, j'aime beaucoup !

    · Ago almost 7 years ·
    Pp2

    aeden

  • J'ose confirmer les deux premier commentaires en affirmant que c'est très bien écrit !
    La chute est bien faite et votre façon de conter est très bien également !

    · Ago over 7 years ·
    The dark colors by dholl 465

    syon-raydam

  • On est rapidement absorbé (je suis du même avis que Mathieu)et j'ai bien aimé la chute de l'histoire. Et belle aisance rédactionnelle !

    · Ago almost 8 years ·
    Ciel %c3%a9toiles2

    bella-leff

  • Très bien écrit je trouve. On est happé par le récit dès les premières lignes.

    · Ago almost 8 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

Report this text