La princesse au p’tit caillou.

Christophe Paris

Dur...


On l'appelle princesse, pourtant c'est pas la vie d'château. Elle était belle avant, avec ses cheveux noirs et sa peau mate. Maintenant c'est autre chose, à force de marcher en allers sans vraiment de retours toujours au même endroit, elle a fini par s'user. Petite bête fragile piégée par les braconniers d'âmes en peine. De femme elle est devenue chose. Ses cailloux avec lesquels on ne joue pas, elle en a fait ses repas quotidiens. Nourriture de l'oubli, pourriture de l'esprit, décrépitude du corps. Petits morceaux d'une fuite à l'odeur sucrée dont on connaît l'issue sans secours. Je la voyais souvent allongée sur un amoncellement de matelas infesté d'autres comme elle. Chacun s'abandonnant sans gêne dans sa solitude au bord du monde.

Quand elle se réveille c'est l'heure d'y aller.

 Elle se maquille dans une flaque d'eau en guise de miroir, lave son sexe. Se redonner une apparence humaine. Farder la bête pour faire taxer ces prédateurs en grosses bagnoles, seuls endroits où elle à chaud mais pour quelques minutes seulement. On la touche, on l'étreint, on la prend, on l'insulte, on la pourfend, on la macule, dans cette rue sans issue comme sa vie. De ces autres elle n'entend que les râles qui l'écœurent, mais le caillou est plus fort. Elle y pense quand ils lui font mal, à ce mal qui lui fait du bien. Ce caillou, ce crack qui fait d'elle un spectre vivant. Et puis un jour alors que j'en étais à mon troisième café, j'entends de mon deuxième étage sur rue, des cris stridents, effrayants. Je m'approche de la fenêtre avec une forte appréhension. En bas dans la rue j'aperçois un taxi, porte arrière droite ouverte. Un homme se tient à l'extérieur vociférant «Espèce de chiennasse t'es encore allé te faire enculer toute la nuit ! ». Le type taillé comme un menhir s'évertuait à sortir princesse du taxi en la tirant par les cheveux avec une rare violence. On sentait qu'elle s'accrochait à tout ce qu'elle pouvait malgré sa douleur capillaire. La force eût finalement raison de la fragilité. Il l'a sorti si brutalement qu'elle chuta lourdement sur le sol. Le taxi, bien lâche, ne demanda pas son reste et démarra en trombe porte ouverte. Moi, j'étais paralysé d'effroi. A peine dégagée du taxi, l'homme l'empoigna par les revers de sa veste en cuir, la décolla du sol pour la projeter sur une camionnette garée là. L'impact fût rude, à tel point que ses jambes ne pouvaient plus la soutenir, elle s'affaissait lentement dos au véhicule. Pendant sa descente aux enfers j'aperçu ce sale type sortir une chaîne à maillons d'acier, celle qu'on utilise pour attacher les scoots. Il la déroula puis d'un geste l'enroula autour de sa main. Ainsi ganté, le cavalier de l'apocalypse la remis debout et la frappa sèchement, durement, au ventre à plusieurs reprises. Elle s'écroula sous les coups d'assommoir devant les badauds assis à la terrasse du café d'à côté, hilares. Fumiers. Quelle horreur, j'avais envie de vomir, je n'arrivais pas à y croire. Dans un  bref instant de lucidité je phonais aux flics. Réponse métal, adresse ? Nombre de personnes dans la rixe ? Description de l'agresseur. Mais pendant ce temps de parlotte à la con, princesse se faisait toujours refaire le portrait. Sonnée, allongée par terre, le type la reprend par sa crinière et la traîne sur l'asphalte rugueux qui lui déchire la peau laissant une traînée de sang sur la chaussée. Dans un ultime réflexe de survie, princesse se relève et tente de s'échapper mais se fait aussitôt happée par son bourreau qui la reprend encore par sa tignasse pour l'emmener dans son antre, et finir le boulot en toute discrétion. Je la vois encore s'accrocher au volet qui jouxte la porte d'entrée, son corps plié à angle droit, le buste à l'intérieur, le reste à l'extérieur. Je revois ses bras qui ne voulaient lâcher prise, ses veines tétanisées, et aussi ses cris. Ces cris que je n'oublierai jamais. Jamais. Un effroi comme je n'avais encore jamais entendu.

Les keufs sont toujours pas là, je flippe. Elle disparaît avalé par cette porte aux enfers, les cris continuant puis faiblissant jusqu'à plus rien. C'est à ce moment que la maréchaussée ramena ses pompes. J'étais soulagé, je me disais qu'ils allaient la protéger et boucler l'autre ordure. Mais rien, ils entrèrent et restèrent plus d'une heure avant d'entendre le pimpon d'une ambulance.

Je me dis que la fille est gravement blessée et qu'heureusement ils vont l'emmener ailleurs. Je ne vis qu'une civière recouverte d'un drap qui laissait deviner la silhouette de la belle. Elle était morte. Le type lui, avait disparu avant que les flics le choppent. Je me suis mis à pleurer à chaudes larmes sur cette femme que je ne connaissais pas. Je pensais à mes gosses, en me demandant comment une si jolie fille était tombée si bas.

Alors j'ai déménagé, vite. J'entoure mes enfants d'amour et d'attention pour que jamais ils ne se trompent, pour que jamais ils n'y tombent. Depuis j'ai peur tout le temps pour eux.

Saleté de dope.

 

Christophe Paris.

  • waw... j'ai pas de mots.... c'est hard sans que ce soit de trop pour mon p'tit cœur d'enfant, mais ça fait mal quand même, et j'sais pas.... waw quoi!

    · Ago about 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

    • Voui voui ça nique la journée à tout le monde ce texte je me suis fait pourrir par tous mes potes :), mais ça m'arrive d'écrire des trucs durs (le plus souvent en anglais d'ailleurs) j'aime bien secouer les ressentis même si je ne sais pas s'il s'agit toujours d'un plaisr de lecture. thanks for coming and reading. moi être à la bourre mais moi courageux, pas peur bientot repredrendre lecture quand petits d'hommes seront chez grands parents d'homme bijes à peluche et merci pour ton com qui montre que ce texte à touché son but marci bôcou d'avoir tenu till the end !

      · Ago about 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • Non, mais c'est bien. Il en faut des textes comme ça. On ne vit pas dans le monde des bisounours!
      You're welcome & see you!

      · Ago about 5 years ·
      Cat

      dreamcatcher

    • à peluche donc :)

      · Ago about 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Dénoncer la vie, le mauvais côté de cette manière... J'ai ADORE ! Triste, fort, rapide, facile, poignant. MERCI!

    · Ago over 5 years ·
    13936765 320060985050469 540605077 n

    mglow

    • merci beaucoup de ton com, c'est marrant je pensais à toi et je me disais que t'avvais pas publié ces temps-ci, petite chronique musicale peut-être en vue?

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • Oui, énormément de choses à gérer ces derniers temps mais j'essaye de passer de temps en temps par ici :) !

      · Ago over 5 years ·
      13936765 320060985050469 540605077 n

      mglow

    • :)

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • C'est un texte tres poignant que tu nous présentes ici, parfois ca fait du bien un petit rappel de ce qui se passe dans le monde, dans la vie des petites gens. Merci

    · Ago over 5 years ·
    318986 10151296736193829 1321128920 n

    jasy-santo

    • Merci pour ton com qui va dans le sens de certains de mes textes que j'écris dans ce but, des piqûres de rappel à l'empathie...Merci

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • Le meme esprit que Les Misérables, ou d'autres grands artistes. keep it up!

      · Ago over 5 years ·
      318986 10151296736193829 1321128920 n

      jasy-santo

    • :) oup oup oup c'est gentil mais j'ai encore beaucoup de chemin à faire...!

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • prendre le chemin, c'est déja etre un artiste!

      · Ago over 5 years ·
      318986 10151296736193829 1321128920 n

      jasy-santo

    • :); Trop cool tu es !!

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Je viens de sortir d'une lecture d'un roman très choquant, alors je ne trouve pas ce texte trop provoquant, mais comme d'habitude je respecte ta manière de dénoncer les cruautés de la vie.

    · Ago over 5 years ·
    Nature was here

    sautumn

    • merci tu es gentille d'être passée par là !!

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • j'pensais à un truc madâme si t'as le blues mieux vaut éviter les textes à bobo, prendre sa guitare et chanter au bord du st laurent...

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • J'joue pas de guitare, que du piano et c'est plus complexe à emmener sur le bord du fleuve, donc je vais rester avec les textes à bobo ;) De toute façon, j'ai pas d'si gros blues que ça

      · Ago over 5 years ·
      Nature was here

      sautumn

  • horrible je te félicité pas trop

    · Ago over 5 years ·
    Laure cassus 012

    Laure Cassus

  • ça prend aux tripes...c'est flippant et révoltant. Bien écrit avec la cadence qui t'est propre. Bravo encore !

    · Ago over 5 years ·
    Fullsizeoutput 53f4

    Sylvie Loy

    • merci sylvie j'au eu du mal à le publier et je flippe un peu sur l'impact qui fout un pey la nausée (je cite une pote) je crois que je vais y ajouter une mise en garde.
      Bijes et big merci

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • merci de l'avoir lu ça reste une fiction mais je pense que ça a déjà dû se passer plus d'une fois, hélas...

    · Ago over 5 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

    • Oui, en fait, j'étais revenue pour te dire exactement ce que tu viens d'écrire.... en tout cas, ton texte de princesse remue dans bp de domaines réels....

      · Ago over 5 years ·
      Photo0486

      apolline

    • :) maintenant take care , mojito et soleil faut quand même que tu passes un bon W.E :)
      Merci pour tes coms..

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Ce qui est dur dur surtout, c'est que personne n'a pu se bouger les pompes pour la sauver... saleté de peur aussi...

    · Ago over 5 years ·
    Photo0486

    apolline

Report this text