MA DAME D'HIER

franek

MA  DAME  D’HIER

 

                                                                                                                                                                                                                                                                          Au détour d’un bal villageois et champêtre

                              J’ai vu des reins  que j’aime de tout mon être,

                              Eros passant par-là, son arc me foudroya.

                              Les heures passent vite, Madame, dix ans déjà.

                              De son corps musicien m’a appris à jouer

                              Pour elle, moi je ne suis qu’un simple jouet.

                              De sa bouche charnue et de ses seins d’airain,

                              De ses mains si menues et même de ses reins

                              Elle m’a fait découvrir la sensualité

                              Et à l’eau de son puits je me suis abreuvé.

 

                              J’eusse aimé, Madame, que pour moi vous fûtes

                              L’espace d’un jour, la plus belle des putes.

 

                              Non, vous pensiez m’aimer, cela a perduré,

                              Moi, moi je croyais enfin à l’éternité.

                              Passent les nuits blanches et les rêves tout bleus,

                              Il y avait quand même de l’amour dans vos yeux.

                              Lorsque je m’endormais au creux de votre corps

                              Après avoir conjugué aimer très, très fort,

                              Parfois las, épuisé du sexe la rosée

                              Avec joie, je lapais pour me régénérer,

                              Ainsi qu’au lait doré de vos puissants seins

                              Avant que ma source s’écoule  dans vos reins.

 

                              J’eusse aimé, Madame, que pour moi vous fûtes

                              L’espace d’une heure, la plus belle des putes.

 

                              Mais vous saviez déjà que vers d’autres cieux

                              Un jour plus que prochain se porteraient vos yeux,

                              C’est pourquoi, Madame, vous me fermiez l’huis

                              De votre anatomie où la lumière jaillit.

                              Moi je reste seul à tricoter des mots

                              Et ai cessé depuis, hélas de me trouver beau.

                              Vous assurez m’aimer mais l’ardeur n’y est pas,

                              Vous ne voyez en moi comme enfant que papa.

                              Madame quand vos reins, de plaisir je laboure

                              J’y cherche à trouver aussi un grand champ d’amour.

 

                              J’eusse aimé, Madame, que pour moi vous fûtes

                              L’espace d’un rêve, la plus belle des putes.

 

                              Mais je sais, je crois toujours, encore et encor

                              Qu’un jour, demain je retrouverai votre corps.

                              Si je doute de vos amours passagères,

                              Je suis confiant vous me reviendrez entière

                              Avec, je l’espère aucun remord lointain.

                              Quant à l’aube du jour vous me tendiez vos reins

                              Et que mes mains avides caressaient votre dos,

                              C’est vous qui, enfin me trouverez beau.

                              Un jour peut-être vous rirez de vos bêtises

                              Moi je vous croquerai comme une cerise.

 

                              J’eusse aimé, Madame, que pour moi vous fûtes

                              L’espace d’une vie, la plus belle des putes.

 

                              J’aimerai, Madame, que pour moi vous restiez

                              L’espace d’une vie, l’éternelle fiancée.

                             

 

  • il est vrai que parfois je me laisse trop influencer par Brassens mais qu'il me le pardonne ou non, bon dieu que c'est bon!!!

    · Ago about 7 years ·
    Mariage marie   laudin  585  orig

    franek

  • Un très beau poème écrit comme une chanson de Brassens ! Bravo !
    Coup de coeur.
    Merci à toi.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    · Ago about 7 years ·
    Icone avatar

    Paul Stendhal

  • CDC,
    on n'oublie jamais un premier amour, et il inspirera toujours bien des poètes !
    Bravo et merci pour ce texte.

    · Ago about 7 years ·
    Img 7811

    Michele Hardenne

  • Coup de cœur !

    · Ago about 7 years ·
    Yin   yang   2016

    Patrice Merelle

  • Je préfère au son de sa guitare, Brassens, chanter ses mots si sensuels. Magnifique paroles, abreuvons nous de ces rimes.CDC

    · Ago about 7 years ·
    Moi

    Yvette Dujardin

  • Magnifique...! Je pense que Reggiani pourrait mettre le poème en chanson...

    · Ago about 7 years ·
    10922201 10205502677102091 1480983158 n

    phil-29

Report this text