monologue²

Manou Damaye


-Lui-Elle m’a dit qu’elle passerait dans l’après midi. J’ai dit oui. Quel con ! A 38 ans il faut encore que je me prouve que j’ai grandi. Tu sais... Enfin c’est mieux qu’elle ne sache pas. Pas encore du moins, pas déjà. Quand Maman avait 5mn de retard, je croyais qu’elle était morte. J’étais orphelin. Enfin tu comprends, je croyais que j’étais orphelin. Alors, elle se débrouillait pour arriver en avance, peut être 5mn ou plus d’ailleurs, va savoir. Ca lui coutait moins cher que les séances chez le Dr Zimmermann. Toi, si je te raconte mon état, le nom des cachets que tu ne peux avoir que sur ordonnance, après avoir vu le pote à Zimmermann, tu vas fuir. Tu vas devenir championne du monde de triathlon, même avec ta petite robe noire, celle que tu portais l’autre soir. Tu vas me laisser mourir en enfer pour des siècles et des siècles plutôt que de voir les dégâts fait par les acides de mon estomac mêlés à la bile parce qu’il est 14h30 et que tu m’as dit après midi. Pardon chérie. Tu sais, je sais que tu n’es pas coupable, c’est de ma faute j’aurai du te dire…

-Elle-Il m’a dit OUI ! Mais il n’a pas dit l’heure. Quelle conne ! Pourquoi ai-je dit dans l’après midi ! Ce n’est pas une heure ça. Ça fait quelle heure ! Entre midi et deux, c’est l’heure du repas. L’après midi commence à 14h donc, maintenant à 14h30 c’est le début de l’après midi. A moins que… brun comme il est, s’il est d’origine espagnole ou Italienne, tu rajoutes la sieste et ça doit faire du 15h, 15h30.

-Lui- Le flou, ça me rend dingue, le flou ça me rend fou. Tu vois mon amour, il faut que je t’explique, après midi c’est midi passé d’une minute. Une minute c’est 60 secondes. En temps normal, mon pouls bat une fois par seconde. Ca fait 60 pulsations à la minute. Après deux heure et demi d’attente, soit 60 multiplié par 150, sans compter qu’avec le stress mon pouls il bat à, à …va savoir au moins 95 voir 100 pulsations/minute. Ca fait ! Je préfère ne pas compter. Est-ce que tu imagines seulement le nombre de fois ou mon cœur bat pour toi. Et encore il vaut mieux que je ne laisse pas mon imagination s’emballer. Elle, je la connais ! Elle t’aurait déjà propulsée dans les bras d’un autre, tu lui sourirais béatement. Et moi ! Mon cœur, mon pauvre cœur frôlerait les 220. Respire mon vieux, respire ! C’est bien pour ça que tu fais du yoga. Tu dois penser à quelque chose qui te fait du bien. Je vais penser à ta petite robe noire, celle que tu avais l’autre soir. C’est comme même beaucoup plus constructif. Surtout que si tu déboules chez moi maintenant, à 14h45, je t’écrase contre le mur. Pardon mon amour, tu vois il vaut mieux que je reste un peu seul pour me calmer.

-Elle- N’appelle pas Maman, tu sais ce qu’elle va te dire : « Ma chérie, un homme, il faut savoir le faire attendre. Au théâtre, il y a le quart d’heure de retard traditionnel, un homme si tu le veux à tes pieds c’est un bon trois quart d’heure ! »Donc si je calcule, repas + sieste =15h30, je rajoute 45mn ça fait 16h15. A 16h15 je lui envoie un texto pour le prévenir que j’aurai un peu de retard. En attendant je prends un bain et je passe chez H&M voir ce qu’ils font en lingerie pour les fêtes.

-Lui-« Une robe de cuir comme un oubli …. La la la pam pam pa la la…
Et sous le voile à peine clos
Cette touffe de noir jésus, c’est extra… »

Cette touffe de noir Jésus ! Fallait le trouver. Antigone! Mon Antigone, elle était plate comme une limande, avec des mamelons qui devenaient gros comme mon index, ils transperçaient son pull quand elle avait envie. Ca me faisait bander. Antigone, ce n’était pas mon style de fille mais qu’est ce qu’elle m’excitait avec  sa forêt noire,  sa touffe de noir jésus. Elle fumait des gauloises, on écoutait Iggy Pop, je lui mangeais les herbes folles, elle s’envolait en l’air avec sa voix de soprano. Je n’étais pas amoureux, c’étaient ses mamelons le déclencheur...15h30, merci Antigone, tu as toujours su me calmer. Après tout, l’après midi ce n’est pas après midi. L’après midi est une vision subjective et élargie du temps. Comme dit mon professeur de Yoga : « le temps est … », je ne sais plus au juste ...

-Elle-15h30 ! Eh bien voila ! Plus que trois quart d’heure de shopping et le compte est bon ! Je me demande s’il est coton-bio, satin-bourgeoise ou pute-panthère ? Alors, coton-bio. Pas la peine de faire dans le string. Tient, le pack de cinq culottes, 3 euros ! Vu l’inflammation après épilation, Betty Boops, je te confie mon pubis ! Voyons voir, satin. Satin rose, rouge sang,… violine ? Non, la bourgeoise qui s’encanaille, ça ne m’excite pas. Lui, à la façon dont il me regardait dans ma robe noire, je pense qu’il ne restera pas indifférent à la pute-panthère. Je vais faire dans le string ficèle, tout devant, rien derrière. Oh ! Celui là, il est pour moi quoi qu’il en soit. Je veux aussi le soutient gorge ! Zut, il y a la queue aux cabines d’essayages. 16h !  Je prends le temps, il est craquant ce combiné. Je n’aurai jamais le courage de venir le changer si ce n’est pas la bonne taille.

-Lui-16h10 ! Là chérie, franchement tu dépasses la ligne Maginot. On était en temps de paix… L’après midi, d’accord…16h10 et pas de nouvelle ! Pas d’accord ! Le temps n’existe pas ? Comment ça le temps n’existe pas ! Foutaise ! Tu multiples le nombre de pulsations cardiaque par minute par le nombre de minutes à t’attendre et le tout au carré parce que ….parce que …16h30 ! Non mais qu’est ce qu’elle fout !

-Elle-16h30 ! Déjà, j’avais dit un texto au quart. A vu de nez, un quart d’heure de queue pour payer, un autre pour aller chez lui. 17h !  C’est l’heure du thé. Oh ! Je sais, je vais passer prendre une bouteille de champagne chez l’épicier de la rue de l’Horloge.

-Lui-Enfin, mon téléphone! C’est toi, c’est toi ma belle qui vient me délivrer des enfers, ça ne peut être que toi ! Tu arrives dans une demi-heure ! Du champagne….Mes verres, la vaisselle dans l’évier ! Je ne me suis pas rasé ce matin… Oh mes draps, je n’ai pas changé les draps depuis …Tu arrives dans une demi-heure ! Je n’y arriverai jamais !

Report this text