Par amour

christinej

Concours Meurtre Mysterieux a Manhattan

La neige recouvre la ville de silence.

J’attends mon rendez-vous au 11 west 53 street. Il est 3 heures du matin, on est en décembre et je me demande, si c’est une bonne idée.

Je vois une silhouette qui s’approche, je reconnaitrais sa doudoune rouge n’importe où.

- c’est pas trop tôt, ça fait une plombe que je t’attends.

- je suis là non?

- bonjour l’humeur!!

- mais non, te fâche pas, mais il fait froid, beaucoup trop froid. Et tu vois je suis venue, quand même.

Elle me regarde avec ses grands yeux noisettes, ils sont vraiment incroyables. Je me penche et l’embrasse avec autant de passion que ce froid me le permet. Au contact de ses lèvres la chaleur monte instantanément. J’essaie de glisser une main sous ses vêtements, mais elle recule.

- tout doux cowboy, avec le froid qu’il fait, oublie.

Je ne peux pas m’empêcher de la dévorer des yeux, je la désire tant, elle est si belle.

- oui tu as raison, en plus, on nous attend.

- t’es sûr de ton coup au moins?

- mais oui je te dis, c’est un pote, pas de blême.

Je la prends par la main et on se dirige vers  l’entrée de service du bâtiment.

Une fois a l’intérieur, mon pote Bobby nous attend.

- ok vous avez une heure, pas plus, parce que moi après, je vais avoir des problèmes.

- t’inquiètes Bobby, tu me connais.

- ouais. Enfilez ces tenues, si vous croisez d’autres gardiens, bien que ça m’étonnerais, ce n’est pas l’heure où ils  font leur ronde. Bref, comme ça, ils ne vous poseront pas de questions.

- non! mais je porte pas ça, moi, jamais de la vie, on dirait une tenue de prisonnier, dans tes rêves.

- Ecoute Lysa  c’est le seul moyen. Juste pour cette fois. Ok?

- bon ok.

- quoi! il faut emmener ce chariot aussi, non mais, ca va pas, je joue pas aux éboueurs moi.

- tu veux le voir ou pas.

- tu le sais bien. Mais bon…

- Lysa ma chérie, je fais ça pour toi, pour te faire plaisir et c’est le seul moyen.

- vous devez vous dépêcher maintenant. Et n’oubliez pas une heure pas plus.

- on n’oubliera pas. Merci Bobby.

Je la regarde, elle boude encore. Je ne sais pas comment elle fait, fâcher, boudeuse, heureuse, elle est toujours magnifique, même dans cette tenue. Je la sens mal-à-l’aise et en même temps, très excitée.

On y est.

The Menaced Assassin de Magritte.

Son regard s’est plongé dedans instantanément, entièrement. Moi, le musée MoMA, Manhattan et tout le monde extérieur, nous avons disparu de sa réalité. Ses yeux frôlent chaque détail, ils s’émerveillent du moindre coup de pinceau, du choix des couleurs, de l’expression des personnages. Du tueur que l’on voit, trop décontracté, je sais qu’elle a envie de leur crier, il est la, attrapez le et faites lui payer son crime, qu‘est-ce que vous attendez. Et au milieu, la victime, nue, offerte à tout les regards et pourtant ils l’ignorent, ils n’ont d’yeux que pour lui et cela lui fait de la peine. L‘assassin, lui, semble, heureux, apaisé, écoutant un morceau de musique pendant qu’elle meurt dans l’indifférence. Elle ne trouve pas ça juste. Ce tableau l’a toujours intrigué, elle voulait le voir. Mais pas comme une touriste, non, elle voulait une audience privée avec cette œuvre. Et je lui ai offert.

Je l’admire, admirer.

Je crois que je suis vraiment accro a cette fille….

 

- Ahh ma tête, mais c’est quoi ce délire. Lysa? Lysa t’es où? Si c’est une blague elle est pas bonne. Ly…..

Je ne suis pas sûr de comprendre ce que je regarde.

Je ne veux pas….non….

Son manteau rouge est étendu sur le sol et elle repose dessus. Son corps est dénudé, ses cheveux on été peigné. Un foulard blanc autour du cou, du sang qui lui coule au coin de la bouche. Je reste là sans bouger, sans crier, sans hurler. Je devrais courir vers elle, la couvrir, peut être qu’elle est encore vivante, appeler les secours…je devrais faire tout cela, alors pourquoi je ne fais rien.

Elle est si belle comme ça.

Je délire.

J’entends de la musique, qui rebondit sur les murs du musée.

Je pleure.

Je l’aime.

Je bouge enfin, mais mon corps est violement poussé vers le sol. Une, deux, trois, personnes me tombent dessus, m’hurlent des instructions, aboient des ordres. Mes pensées ne suivent plus, je veux être près d’elle, je veux être avec elle. Je me débats encore plus fort. J’aperçois du sang sur mes mains.

Des images décousues heurtent mon esprit.

Je veux être près d’elle, la voir, l’aimer encore.

Ils m’empêchent de bouger, je lutte, je résiste.

Je ressens le coup violent qu’on me porte a la tête, je dérive vers l’inconscience, vers le noir, loin d’elle.

Mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait?

  • oulah ! Haletant et je ne l'ai pas vu venir ! bonne chance pour le concours. ;)

    · Ago almost 6 years ·
    C elle 195

    c-elle

  • J'ai toujours du mal à juger les dialogues mais c'était agréable à lire. C'est fait exprès l'ellipse sans réponse ou c'est moi qui ai mal compris? Parce que si c'est le premier cas, j'aime beaucoup la démarche. ça force l'imagination et j'aime ça! :)

    · Ago almost 6 years ·
    544813 416184855145011 490152810 n 465

    bis

    • je voulais laisser une grande part d'imagination au lecteur. pour qu'il se fasse sa propre opinion, pour qu'il puisse avoir son mot a dire.
      merci

      · Ago almost 6 years ·
      521754 611151695579056 1514444333 n

      christinej

Report this text