Proust lui, avait sa madeleine

Elodie Delluca

Imagine...

L'espace d'un instant - parce qu'un instant ce n'est pas quantifié, c'est plus qu'une seconde et moins que des minutes, ça peut durer des heures ou n'être que fugace - imagine donc, l'espace d'un instant... 

Imagine...

Pioche au hasard des moments écoulés de ta vie une odeur. Elle est de lavande, de vanille, de canelle, de lessive ou de savon de marseille... 

Imagine...

Retrouve au hasard de tes goûters d'enfant une saveur. Elle est de fraise, de chocolat, de café, de miel ou de sirop d'érable... 

Imagine...

Cherche au hasard de tes souvenirs de môme un jeu. Il est de victoire, d'aventure, d'adresse, d'endurance ou de stratégie...

Imagine enfin...

Regarde au hasard de tes saisons d'innocence une couleur. Elle est de brouillard, de ciel bleu, de brise printanière, de lourd orage d'été, de plaine enneignée ou de soleil couchant...

 

Maintenant ressens... l'espace d'un instant parce qu'un instant ce n'est pas quantifié...

Ressens...

Ouvre à l'intérieur de ton ventre précisément entre l'âme et le coeur, un espace aussi doux et précieux qu'un écrin... 

Ressens...

Tamise la lumière à l'intérieur de cet écrin et dépose sur les parois des lambeaux de chaleur, une chaleur aussi douce et protectrice que l'enceinte d'une mère... 

Ressens...

Dans cet espace désormais exclusif, tout à toi et où personne ne pourra mettre un pied, installe cette odeur, cette saveur, ce jeu d'enfant, cette couleur... Dispose-les tout au fond et plaque-les contre ton coeur, fais en sorte qu'ils soient confortables et maintenant écoute... 

 

L'espace d'un instant tout à l'heure, un instant qui n'était pas quantifié, un instant qui a duré quelques chansons de Joe Dassin, j'ai repris la route. J'ai fermé les yeux pour être plus à même d'imprégner tout mon écrin de ces milliers d'odeurs, de saveurs, de bruits et de couleurs. J'ai voyagé... pourtant je n'ai pas bougé !

 

L'espace d'un instant parce qu'un instant c'est fugace, j'ai repris la route. J'ai posé la voix de Joe sur les murs de mon écrin et chaque odeur, chaque saveur, chaque moment de route est venu tour à tour se poser sous mes paupières.

 

L'espace d'un instant parce qu'un instant n'appartient plus à l'espace-temps, j'étais tout à la fois ici et dans tous ces là-bas, j'étais tout à la fois aujourd'hui et dans tous ces hiers.

 

La ressens-tu alors cette chaleur paisible aussi sereine qu'un tendre moment d'enfance ? Aussi délicate qu'un délicieux sommeil ? Aussi transportante que la douceur d'un rêve ?

 

Je veux partager le livre d'images qui s'effeuille à l'arrière de mes yeux. Je veux t'en donner chaque frisson, chaque sourire et chaque larme parce qu'aucun instant ne vaut d'être vécu s'il ne l'est dans la profondeur de ton âme... Et parce que les mots sont bien trop en-deça de chaque frisson, de chaque sourire et de chaque larme, je veux que tu dessines cet écrin près de ton coeur pour que derrière ton regard le paysage soit aussi délicat, délicieux et habitable que celui que j'ai peint avec les couleurs de ma vie..

Report this text