Revue de Fresque

auteurdevues

Les amantes religieuses

Notre fresque débute au Vème siècle par le règne de Clovis, qui embrassa le culte de sa femme et établit dès lors Manaudou militari, une domination d'ordre moyen nageuse des Francs sur la Gaule. 

Le temps passa, le condor aussi et de nombreuses générations de Rois Fainéants se succédèrent - une sorte d’omelette Mérovingienne - jusqu’à ce que le bon roi Dagobert remette sa culotte, envers et contre tous, à l’endroit devant !

A cette époque, il fallait se tenir à Caro’lingien.

Plus tard, Charlemagne, le fils de Pépin Le Bref, pour éviter une nouvelle foire du Trône, rédigea un capitulaire de rien, ordonnant au Clergé d’ouvrir des écoles à tous, pour tous et à Ramis... (Oui, il avait déjà compris que pierre qui roulait n’amassait pas plus Mousse que terre). "Sacré Charlemagne, I Laïque it" aurait déclaré Jules Ferry bien des années plus tard à Brian, de l’autre côté de la Manche. Entre les 2 bords d’eau de Channel, ils n’avaient vraiment pas les mêmes valeurs…

François 1er de la dynastie Capétienne, fut quant à lui désigné "Bâtisseur des Châteaux de La Loire" où sera tournée au XXème siècle, la série-fleuve culte : Amour, Loire & Beauté. Homme d’esprit et de l’être avec beaucoup d’avoirs, il fut couronné en 1515. Retenez juste qu’il fut un mari gnangnan contrastant avec le théâtre de maris honnêtes faisant les Guignols à la Cour.

Rappelons que les rois de France, se mariaient en général si vilement que le seul moyen d’entrer vraiment dans la reine était de s’unir par un contrat de draps communs.

Ayant tous ou presque des mœurs dissolues (on dit soutes seulement lorsqu’il s’agit d’un avion mais à cette époque, ils n’existaient pas encore), ces despotes lights, qui n'étaient pas tous des lumières, entretenaient des liaisons d’anges heureuses à ne plus savoir qu’enfer.

Au 1er Janvier 1790, le peuple exigea de ses souverains qu’ils prennent enfin de bonnes Révolutions. Cela marqua le début de l’an pire pour toutes les amantes religieuses des rois de France et d’Elodie Navarre!

Les dames de bonne Compagnie, telles que la Pompadour (eh oui, mieux Voltaire que jamais), la Montespan (aussi à l’aise qu’un poison dans l’eau), la du Barry (couche-toi là !) ou encore Louise de La Fayette (celle qui voulait toujours épater les Galeries…) ont exercé une grande influence à la Cour royale, à la cour des comtes aussi on l’imagine.

Ces femmes de méninges, leur faisaient tourner la tête, avec des manèges intrigants pour briser leurs ménages. Ce fut le cas par exemple de Gabrielle d’Estrées qu’on surnomma "la Poule au pot" car elle passait régulièrement à la casserole sous Henri IV. On Henri encore aujourd’hui!

Le statut de Maîtresse Royale ou d’égérie (j’aurais bien voulu leur décerner l’auréole, parce qu’elles l’avalaient bien… et j’ai ri), ce statut donc, fut longtemps l’objet de disputes - et quand je dis 10, on est loin du conte!

Il fallait qu’elles se donnent du mâle, en particulier à partir du règne de Louis XIV, qui honorait toutes ses conquêtes, non pas de Balzac, mais de terres, de demeures ou de rentes à vie… aux amatrices!

Louis XIV exigea même qu’on l’appela de son vivant "le Roi Soleil". Il était ainsi, Dieu! Il épousa secrètement l'une de ses maîtresses car il n’avait Dieu que pour elle. Visionnaire, celle-ci aurait déclaré "Le changement, c’est Maintenon" après avoir réussi à faire révoquer Lady de Nantes et chasser toutes les rivales qui protestaient… Elle ne les aimait vraiment pas les Protestants!

Mais ce sont Henri IV et Louis XV qui n’étaient pas des saints non plus, qui ont réussi à décrocher les plus gros lolos… Ils étaient tous deux de vrais Eros pour décocher leurs flèches de Monarques sur toutes les nouvelles Vénus du Royaume.

Saint-Louis fit pourtant figure d’exception et n’afficha aucune maîtresse à son tableau de chasse à courtisanes : Ce n’était pas sa tasse de thé! Et puis il n’aurait fait que les Croisés sans pouvoir guerre leur faire l’amour...

N’oublions pas enfin, Louis XIII le fin stratège, que ses gens d’armes de Saint-Tropez à Versailles avaient surnommé Louis de Finesse… C’est sûrement ce sot briquet qui a fini par mettre le feu aux poudres : Un Louis XIII étroit, ca valait un Louis XVI !

Et pour en finir avec Louis XVI, si un doute a longtemps plané sur la profondeur de ses relations avec sa jeune Marie en toilette, c'est parcequ' on l’a injustement jugé puceau qu’il n’était… alors qu’elle-même n’était pucelle qu’on croyait!

Louis XVI a fini par apporter la preuve de leur intime building, aux pieux, avec force amour et délicatesse envers son épouse bien nommée : Parce que c'était Louis, parce que c'était Elle...

Même si le peuple s'entête encore à les condamner, pour ces amants-là, la Bastille fut dure à avaler...

L'échafaud pas des chiens...  Ils sont entrés dans l'Histoire avec 1 grand' hache… 


  • C'est un cadavre exquis de savantes références qui se lancent dans tous les sens. J'en ai la tête tourneboulée.

    · Ago about 7 years ·
    Mehdi montage

    neutrinos

  • Bon je vais jouer les curieuses mais quand on a autant de talent, il faut bien se dévoiler un peu. Comment arrives-tu à écrire ça ? Tu travailles des heures ou ça vient comme ça ? Et tu es passionnée d'histoire ? En tous cas tu ne peux laisser personne indifférent, je n'ai jamais lu d'écriture de ce type, tu es une vraie artiste et je pense que tu iras très loin. Bravo

    · Ago about 7 years ·
    1

    blonde-thinking-on-sundays

  • Merci Sweety!

    · Ago about 7 years ·
    Prise de vue sans titre 6194

    auteurdevues

  • Merci Sweety!

    · Ago about 7 years ·
    Prise de vue sans titre 6194

    auteurdevues

  • Quelle éloquence!un vrai plaisir a lire!

    · Ago about 7 years ·
    Suicideblonde dita von teese l 1 195

    Sweety

  • Pffiouuuu... J'ai le droit d'être épuisé après la lecture d'un tel texte ?
    Et dire qu'il va falloir que je le relise au moins 3 ou 4 fois pour découvrir encore d'autres pirouettes vocabulistiques (quoi ? ça ne se dit pas ?) à chaque lecture.
    Un seul mot donc. Bravo.

    · Ago about 7 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

    • C'est encore un peu lourd, je l'avoue… il faut que je l'allège. Mais l'allégeance, ça n'a jamais été mon truc, j'en fais le serment (-; Merci pour ton feedback constructif, pour ton soutien, tes encouragements et le partage de mes "saillies drôlatiques".
      A très vite,
      Speedy La Gonzess

      · Ago about 7 years ·
      Prise de vue sans titre 6194

      auteurdevues

  • Excellent, quel talent! j'adore!

    · Ago about 7 years ·
    Autoportrait etretait

    bathilda

  • eh Lyse c'est quoi ça ? tu m'es passée devant ! Alors là je dis Chapeau té ! Une merveille j'en ai les neurones encore tous emperlificotés ! Ca part dans tous l'essence et ça m'explose ! Le seul problème c'est que ça n'est réservé qu'aux gens qui ont de l'humour ! Comptez vous les zamis !
    Saint Coeurs priez pour elle !

    · Ago about 7 years ·
    Img 5684

    woody

  • Merci beaucoup… Le sujet, le verbe & le compliment, je suis gatée! A bientôt!

    · Ago about 7 years ·
    Prise de vue sans titre 6194

    auteurdevues

  • L'histoire, sous ta plume, j'aime : c'est drôle, instructif et instructif et drôle ! Halala ! que je regrette d'avoir usé mes fonds de culottes en cours d'histoire pour n'en rien retenir. Alors que là !! j'ai ri, en plus.

    · Ago about 7 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

Report this text