Son Cubain

enzogrimaldi7

https://www.youtube.com/watch?v=fBjUGO-v8pk&t=1511s
     Raimu est le plus grand acteur de tous les temps.              Orson Welles


  En 1996, afin d'apporter une nouvelle couleur à ses créations, Ry Cooder, guitariste de jazz américain, décide d'aller enregistrer son nouvel album à Cuba. Hélas, la plupart des  professionnels qu'il avait convoqués lui font défaut. Ne s'avouant pas battu, il se rend dans les clubs de chant et de danses populaires de la Havane, à la recherche de musicos locaux.


Ce parcours initiatique va l'immerger au plus profond de la musique cubaine. Il lui donne aussi et surtout l'occasion de rencontrer les plus grands chanteurs et musiciens de la région, inconnus, oubliés ou retraités mais tous bien vivants et suffisamment alertes pour ressortir des placards et mettre le feu.


Intrigué, Wim Wenders, le cinéaste du déchirant "Paris-Texas" et du nom moins épique "Les Ailes Du Désir" le suit pas à pas dans sa quête. Il filme un documentaire exceptionnel, plein de chaleur humaine et du Son Cubain: le "Buena Vista Social Club" qui est aussi et surtout le nom  d'un célèbre club de la Havane.


Le coup d'essai est un coup de maître: Ry Cooder et la lentille de Wim Wenders vont ressusciter, dépoussiérer ou tout bonnement révéler des musiciens de grande classe, à la base cireur de chaussures ou fabricants de cigares. Des enfants du cru, aux aspirations simples et authentiques, issus de la rue, au delà du cliché éculé car porteurs d'une vérité insupportable pour les imposteurs.


Tour à tour nous découvrons Ibrahim Ferrer chanteur hors-pair, Barbarito Torres, singulier joueur de luth, Compay Segundo, qu'on ne présente plus, le charme de la chanteuse Omara Portuondo, Eliades Ochoa guitariste exceptionnel, Cachaito Lopez à la contrebasse, Amadito Valdés aux percus et le plus doué d'entre tous: le pianiste Ruben González.


Cette formation inespérée se lance alors, sous la conduite du discret Ry Cooder, dans l'enregistrement de l'album du siècle en matière de musique cubaine. On y retrouve des morceaux récurrents du répertoire local ''Chan Chan'', ''El Cuarto de Tula'', ainsi que quelques trésors retrouvés, ''Dos Gardenias para Ti'' et ''Candela''.


Ce concentré merveilleux de 150 ans d'évolution musicale est le véritable Son Cubain, c'est à dire un savant alliage, dans un rythme à quatre temps, d'histoires, de mélodies, d'instruments originaux (percussions, luth) et de fumée de Havane, interprété par de fabuleux artistes.


Poussés par l'irréductible bonne humeur cubaine, ils entament une tournée magistrale qui se termine en point d'orgue au Carnegie Hall de New York. Cette virée fait même découvrir à certains membres l'existence, entre autres, de Marylin Monroe, Elvis Presley ou John Wayne, ce qui confirme que l'isolement cubain n'est pas une légende.


Quant au film, il restera deux ans à l'affiche dans certains cinémas, témoin d'un retentissant et véritable succès, à l'heure où les artistes sont fabriqués de toute pièce par des entreprises. Des soupes infâmes que certains ignorants appellent musique, bafouant les préceptes de l'art, pour le prétexte sidérant de devenir célèbre.


C'était une époque où les films demeuraient encore longtemps à l'écran, avant que l'industrie cinématographique ne propage plus que des produits éphémères. C'était avant le cataclysme internet. Qui se souvient que "La Femme Du Boulanger" était resté sept ans dans un cinéma de New York?


Ce clin d'oeil original en forme de miracle fut une preuve que le monde entier désormais ne pouvait plus ignorer le Son Cubain, lui qui ne connaissait que la Salsa. Des artistes injustement méconnus ont enfin surgi à la lumière. Puisse la troupe du Buena Vista Social Club inspirer des vocations!

                                                                                           2003


https://www.youtube.com/watch?v=1FSg5fJ7ilU                                                                         

  • J'ai vu et aimé, même si ce n'est pas mon univers du tout. Mais c'est là toute la magie d'un cinéaste, faire plonger le quidam dans son univers. En fait, sans jamais apprécier à sa juste valeur, j'ai été captivé. (Je suis plutôt rock et blues, mais là n'est pas le sujet :o) )

    · Il y a 9 mois ·
    Gaston

    daniel-m

    • Votre éclectisme vous honore mon cher Daniel. Merci d'essayer.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Je suis ouvert à tout, c'est le secret d'une culture générale, mais je ne maitrise pas mes vibrations :o)

      · Il y a 9 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • Jeu du hasard : j'ai vu l'affiche du Printemps des poètes 2015.

    · Il y a 9 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Le hasard fait bien les choses....

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Que du beau monde! Merci pour la musique cubaine!

    · Il y a 9 mois ·
    Coucou plage 300

    aile68

    • Tout le plaisir est pour moi. Très heureux de vous revoir par ici.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Une fois de plus vos lignes nous invitent autant à réfléchir, qu'à découvrir. En plus aujourd'hui elles me font danser, merci de tant de générosité.

    · Il y a 9 mois ·
    43220b67 8c2e 4e8d a4fd f153ebf17a4c

    sandrine-p

    • Peut être une maigre consolation pour vous en ce jour funeste. Mais nos défunts ne nous veulent pas malheureux. Alors, oui, malgré tout, dansons, et pour ma part, plutôt, chantons...

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

Signaler ce texte