Colby Keller

Matthias Claeys

Un film porno, un acteur, Baltimore, une course au fantasme.

Jeudi, plein milieu d'après-midi, le soleil par la fenêtre, je m'installe devant Pornhub, je passe de vidéos en vidéos sans réussir à m'exciter vraiment jusqu'à ce que je tombe sur lui. Torse massif, quasi-roux, tronche de gentil bûcheron, je lui dis : prends moi dans tes bras Colby Keller, j'ai envie d'y être bien et que tu m'embrasses, et ça me surprend, parce que c'est rare que je me dise ce genre de chose quand je me branche sur Pornhub. Puis l'action prend de la vitesse, le jeune homme finement musclé, joliment tatoué et au torse parfaitement imberbe qu'il va se taper se met à le sucer goulûment, et là je me dis : dingue, ce mec ne joue pas, il prend son pied, je veux qu'il prenne son pied comme ça et qu'il me dise le même fuck fuck fuck quand je me mettrai à genoux devant lui. J'avance rapidement dans la vidéo, le type imberbe se fait prendre par Colby avec une puissance et une délicatesse qui frisent la poésie la plus... je ne sais pas, en tout cas je me dis : ok, c'est décidé, je veux faire pareil. Je veux que Colby Keller me prenne. Je veux qu'il me regarde comme il regarde le jeune tatoué, je veux qu'il m'attrape le corps et le cul de cette façon là, et je veux qu'il me dise fuck fuck fuck. Je me dépêche de jouir et de me nettoyer parce que j'ai des choses à faire, d'abord une capture d'écran d'un plan de Colby qui jouit, qui me servira d'arrière-plan sur le bureau de mon ordi tant que Colby ne m'aura pas baisé, après je prendrai une photo de lui post-coït pour la remplacer, et je fouille l'internet à la recherche d'informations. Colby Keller est un pseudo, apparemment à côté du porno il touche à l'artistique, je ne m'y attarde pas, le Colby qui m'intéresse c'est celui de la vidéo, avec sa barbe et sa blancheur de Canadien. Et ses mains épaisses...

Pan ! Baltimore ! Il vit à Baltimore ! Nickel, sites de voyages, j'appelle mon boss, et je lui dis : « salut gars, moi je prends deux semaines, chiale pas c'est la période creuse et sûrement que je reviens après », et mon boss chiale un peu pour la forme mais dans le fond, il s'en contrefout, c'est effectivement la période creuse et j'ai un paquet de jours à prendre avant la fin du trimestre.

Je regarde les vols, et clac, ni une ni deux, j'en trouve un qui part le vendredi à 22h à Charles de Gaulle, je serai le lendemain à 17h à Baltimore, c'est un vol de nuit, nickel, j'ai des somnifères, tout se goupille à merveille.

Il est 19h maintenant, j'ai 24 heures à attendre. D'abord, je prends mon vélo, je file au sauna, je me tape un mec dans une cabine, je l'appelle Colby et lui me corrige sans arrêt : non moi c'est Martial. Connard d'inculte. Le vendredi, je me lève aux aurores, je suis excité comme un mioche, je fais les magasins toute la journée, j'embarque dans l'avion le soir avec des fringues neuves sur lesquelles flottent encore les étiquettes. Somnifère, je n'arrive pas à m'endormir, demi-somnifère en plus, je m'écroule.

Samedi, 17h, Baltimore, grand soleil et air de la mer, je chope un taxi, lui demande où vit Colby Keller, il me répond : « who ? », moi je lui dis :  « a fucking gayporn actor », il me regarde presque effrayé, je me rends compte juste à ce moment-là qu'il porte un turban, il me dit grosso modo : tu me files une adresse et je t'y conduis, mais tu ne me parles pas. DON'T EVEN LOOK AT ME. Je sors du taxi, l'insulte en français, parce qu'il faut pas qu'il s'énerve et qu'il m'amoche, je sais pas si ça exciterait Colby de se taper un mec amoché, je prends pas le risque je suis allé trop loin pour tout gâcher à cause d'une mauvaise appréciation de ma part. Je sors mon Iphone, lui va m'aider, il m'aide toujours. Paf, il me dégotte une adresse d'hôtel dans le centre, dans un endroit à peu près central, je monte dans un autre taxi, c'est un black qui écoute du Beethoven, il sourit quand je croise son regard dans le rétro, moi je l'ouvre pas histoire de pas faire de bourde et lui il doit croire que je l'ouvre pas parce qu'il est noir, alors en sortant du taxi je bredouille dans mon anglais approximatif un : « je vous ai pas parlé parce que je voulais pas dire de connerie, mais pas parce que je suis raciste », et lui il éclate de rire et me lance en acadien : « là tu viens de dire une grosse connerie, mais t'es cute », alors je me sens stupide et démuni, lui il se casse, et je rentre dans l'hôtel. L'hôtel est charmant, la jeune fille de l'accueil est adorable, elle veut prendre le temps de me renseigner sur les visites à faire à Baltimore, moi je lui dis poliment que je m'en fous je suis là pour trouver Colby Keller. Elle le connait pas, elle non plus. Je monte dans ma chambre par l'ascenseur, et surprise, quand j'en sors il y a une grosse dame toute essoufflée qui m'attend. Je me dis : tiens, qu'est-ce qu'elle fait là cette grosse dame et pourquoi elle est toute essoufflée ? Et elle, comme si elle m'avait entendu, elle me répond : j'ai monté les marches le plus vite possible pour vous choper avant que vous n'entriez dans votre chambre, parce que j'ai surpris votre conversation avec la jeune fille de l'accueil et que je pourrais peut-être vous aider, mais avant je dois savoir pourquoi vous voulez trouver Colby Keller. Alors forcément je lui fais mon plus beau sourire, et lui dis avec toute la jovialité dont je suis capable : je veux me le taper. Elle éclate de rire, je l'invite à prendre un verre dans ma chambre, elle est ok alors on y va. Elle s'assoit sur le lit, je ne sais pas où me mettre, je reste debout, on prend chacun une bière et on boit en silence.

« Vous êtes pas le premier vous savez ? » Moi je pensais que si, alors je lui dis que je savais pas. Elle rigole encore, me dit qu'elle s'appelle Annah et qu'elle va s'occuper de moi. Je lui dis : « comment ça se fait que vous connaissez Colby Keller, vous êtes pas homo ? » Puis je réalise que c'est peut-être une transsexuelle, MTF, et que ce que j'ai dit est limite vexant, alors je rougis, et encore une fois comme si elle avait entendu mes pensées elle me lance : non je suis pas une trans, Colby Keller je le connais parce que je le connais et que t'as pas besoin de savoir pourquoi, mais ce que t'as le droit de savoir, c'est qu'on est plusieurs de ses connaissances à trainer dans les hôtels à touristes des fois que quelqu'un veuille le rencontrer. » La réponse me paraît très satisfaisante, je suis curieux du nombre de touristes qui viennent à Baltimore pour ça, elle me dit que c'est quand même pas négligeable, que Colby Keller c'est pas n'importe qui, je lui avoue que mercredi je ne le connaissais pas et elle bénit mon ignorance et la joie qui a dû être la mienne de le découvrir, un peu comme on envie quelqu'un qui lit Proust pour la première fois.

Deux heures plus tard on est dans sa bagnole, à Annah, on traverse Baltimore, on retraverse Baltimore, puis on coupe et on recoupe et je me rends compte qu'elle me balade et qu'on est déjà passé plusieurs fois à l'endroit où on vient de passer, je lui demande si elle me prend pour un con et elle joue la femme outrée qu'on ait pu penser ça d'elle et me dit : c'est pour la sécurité de Colby Keller, personne ne doit savoir où il vit. Je luis réponds que c'est pas Brad Pitt non plus et elle me dit : Colby Keller vaut largement dix Brad Pitt, tu n'as jamais pensé à faire ce que tu viens de faire pour Brad Pitt, et elle a sacrément raison. Si je me tape Colby Keller, ça vaudra pour dix Brad Pitt, et ça c'est pas banal.

Pour lui faciliter le travail, je lui propose de me bander les yeux, elle est très heureuse que je le fasse et que je prenne son rôle au sérieux, parce que c'est rare, il y a même une fois où un Russe venu pour Colby l'avait traitée de grosse fille à pédé, et je trouve ça injuste, d'autant que je devine à sa voix que la blessure n'est pas cicatrisée, elle sanglote la pauvre Annah. Maladroitement, mais avec beaucoup de sincérité, je lui prends la main qui ne tient pas le volant, et elle me serre gentiment les doigts. « On y est presque » qu'elle balance nonchalamment comme ma mère m'annonçait qu'on arrivait à la maison de mon grand-père quand j'étais mioche, et d'un coup, pour la première fois depuis que j'ai découvert Colby, le stress m'envahit. Et si il ne m'aime pas ? Et s'il y a une sélection ? Et si on est nombreux ? Et si ? Et si ? Et si ? Et si ?

Et on s'arrête, elle sort, elle m'aide à sortir, et m'accompagne en me tenant le bras, comme si c'était mon anniversaire et qu'une surprise m'attendait. Le vent est frais, il fait très nuit maintenant. On entre dans une maison, je n'en ai pas vu l'extérieur, mais l'intérieur est ordonné et chaleureux, je le vois parce qu'elle me débande les yeux, j'ai l'estomac noué comme le jour d'un grand oral. Elle m'indique le salon, et me dit d'attendre ici. Je m'exécute, bien évidemment, je ne vais pas faire de frasques si près du but. Je m'étonne tout de même de la rapidité avec laquelle les choses se font, dans le taxi avant d'arriver à l'hôtel j'étais persuadé que les deux semaines que je m'accordais ne sauraient jamais suffire. Maintenant je me demande ce que je vais faire après. Peut-être que j'irai à... Oh putain c'est lui. Je me rends compte que j'ai mon Iphone dans la main, et que sans y penser j'étais en train de m'amuser à me situer avec GoogleMaps, je le range précipitamment avant qu'il le voit. Il sort de la douche, faut croire, il a une serviette éponge autour de la taille et les cheveux mi-longs encore mouillés. Je le regarde, bouche bée, comme un mioche devant Mickey. J'imagine que c'est mignon parce qu'il sourit comme si ça l'était. Il me demande d'où je viens, alors je lui réponds et il a l'air surpris. Il me dit que c'est la première fois qu'un Français se ramène, qu'il aurait jamais cru qu'un Français serait assez dégourdi pour faire le voyage jusqu'à lui, alors je lui dis que je l'emmerde et que peut-être je ne suis pas un Français comme les autres. Il rit, et m'invite à manger un bout, alors je dis : oui, faisons ça, mangeons un bout, alors que ce n'est pas du tout ce que j'ai en tête, mais il le sait bien et il en joue. Pendant qu'on s'empiffre de gaufres dans un silence quasi religieux, je lui demande où est Annah, il me répond qu'elle est pudique et ne reste jamais une fois la rencontre établie, puis je m'aventure : tu fais ça souvent ? Dès que je peux, qu'il me répond, j'aime baiser et j'aime qu'on me désire ; alors je baise avec les gens qui me désirent, il y a quelque chose de très pur là-dedans. Moi je m'aventure un peu plus loin, parce que je suis incorrigible : quelle que soit la personne ? Regard interrogatif... Quelque soit le physique de la personne ? Il s'arrête de manger, plante son regard dans le mien, entre le frère plus âgé en colère et le cousin plus âgé et diablement sexy qui va te dire un secret, et chuchote : je ne couche pas avec les gens qui ne respectent pas leur corps. Est-ce que tu respectes ton corps ? Je lui dis « bien sûr ! » à grand renfort de hochement de tête, il me dit qu'il ne me croit qu'à moitié mais que je l'excite bien, et pour preuve, il se lève et laisse tomber sa serviette, dévoilant sa queue tant convoitée. Je me rue dessus comme un animal, le suce goûluement en le regardant, et effectivement, il fait cette tête là, et au bout d'un moment, alors que je lui lèche les boules avec la plus grande délicatesse, il me caresse les cheveux et murmure fuck fuck fuck fuck. Je suis aux anges. Il me relève, me déshabille, je bande comme un taureau, il me suce un peu, me retourne, fait valser les gaufres et les assiettes, m'allonge sur la table, me lèche et me crache dessus, je gémis comme un fou, il enfile une capote et me pénètre, avec une vigueur et une délicatesse qui dépassent de loin la poésie et toute émotion littéraire. J'adore ma vie. Quand vient le moment de jouir, il me demande, joueur : « where », je ne lui réponds pas mais sourit, il comprend très bien mon langage corporel et me jouit au visage, puis me lèche et m'embrasse. On se détache l'un de l'autre, il me fait jouir avec sa main, lèche mon sperme aussi, il est aussi gourmand qu'en vidéo, j'attrape mon pantalon, sors mon Iphone et alors que je veux le prendre en photo il me dit : « tu sais, ce que tu prends en photo, tu t'en souviens moins bien. »

et m'embrasse sur le front, ce qui m'aurait excité un peu plus tôt mais que je trouve presque déplacé maintenant que j'ai éjaculé. Il s'en va dans une autre pièce, Annah entre par une autre porte, rougit de me voir encore nu, se retourne pendant que je me rhabille, et me reconduit à l'hôtel.

Elle me demande si ça m'a plu, mais elle connait déjà la réponse. Puis, comme un secret, elle me murmure : il ne faut pas lui en vouloir si il ne reste jamais après avoir baisé, c'est un grand timide, et il aurait peur de s'attacher.

Je lui souris, sors de la bagnole. J'ai encore quatorze jours devant moi à Baltimore. Quatorze jours pour faire en sorte que Colby Keller s'attache à moi. Et grâce à mon Iphone qui m'aide toujours quelles que soient les circonstances, j'ai son adresse maintenant.

Report this text