Deux jours à tuer

daniel-m

...

Deux jours à tuer

 

 

Je suis fan d'Albert Dupontel (Philipe Guillaume de son vrai nom) et ce depuis ses tout débuts en tant qu'humoriste. Une affaire qui remonte donc à presque 25 ans. Après avoir vu le film « La proie » (2011) que j'avais beaucoup aimé, j'ai emprunté par pure curiosité, le film « Deux jours à tuer » (2008) de Jean Becker. Le titre fait automatiquement penser à un film d'action et de courses poursuites à l'américaine genre avec Bruce Willis, mais il n'en est rien en réalité. ‘Deux jours à tuer', est adapté du roman éponyme de François D'Epenoux, paru en 2001. Dupontel y est comme à son habitude, impliqué jusqu'à la moelle. Merveilleux, parfois détestable, … souvent jouissif !

 

Synopsis...

 

Antoine Méliot, la quarantaine, a tout pour être heureux : une belle épouse, deux enfants adorables, des amis sur lesquels il peut compter à tout instant, une jolie demeure dans les Yvelines et de l'argent. Mais un jour, il décide de tout saboter en un week-end : son bonheur, sa famille, ses amis. Que s'est-il passé chez cet homme pour qu'il change si étrangement de comportement ?

 

 

Le film est surprenant, voire confus au départ. On ne saisit pas ce qui se passe dans la tête d'Antoine. Et puis Antoine s'en va, fuit sa vie tracée et écrite. Comme le disait Eddie Mitchell dans « Il ne rentre pas ce soir » mais ce n'est pas là pour les mêmes raisons. Antoine entame un long périple en bagnole pour aller rejoindre son père, avec lequel il est fâché depuis longtemps …

 

Bien sur, aucun intérêt ici de vous en dire plus. Deux jours à tuer est un merveilleux film sur la vie, sur sa vie. Carpe Diem, comme disait l'autre … Un film rare, surtout en France, une réflexion profonde sur nos existences, les raisons de notre présence sur terre. Loin des tourmentes artificielles actuelles, « Deux jours à tuer » est une parenthèse, un point de suspension sur les futilités de nos existences. « Les hommes vivent comme s'ils étaient éternels » (disait Jean Jacques Goldmann).

 

Dupontel est ici probablement dans un de ses meilleurs rôles, tout aussi surprenant que conventionnel. Même si le sujet n'est pas franchement original et maintes fois exploité au cinéma et ailleurs aussi, « Deux jours à tuer » est tout aussi surprenant de par son titre que de par la profondeur de son sujet. On ne pourra d'ailleurs s'empêcher de s'émouvoir de la présence de Pierre Vaneck dans le rôle du père absent qui sera aussi son dernier rôle, puisque l'acteur disparaitra en 2010 à l'âge de 78 ans.

 

J'ai du mal à en dire plus et à philosopher. « Deux jours à tuer » un film de Jean Becker, est certainement cette superbe exception qui confirme la règle d'un cinoche à la française un peu plan plan qui a du mal à émouvoir. Je ne peux que vous le recommander … Moi ça m'a tué !

 

Je vous laisse un lien vers la chanson de Serge Reggiani qui clos ce long métrage sur son générique de fin et qui lui est étroitement lié …

 

https://www.youtube.com/watch?v=8mQiRFgOiWQ

 

 

Combien de temps …

 

Vivre ! Une seconde encore

Boire un dernier verre

Et sentir une fraction de seconde encore, l'ivresse de l'existence.

Fumer une dernière cigarette

Et ressentir une seule fois encore, la vie juste à côté de son cœur.

Revoir une dernière fois ses proches

Pour pouvoir leur dire combien on les aime.

Sentir encore mon corps contre ton corps

Pour juste se dire que l'on existe …

Regarder une dernière fois la beauté de la terre

Toute cette vie qui s'exprime magnifique

De l'infiniment petit à l'infini grand de l'univers,

Avec autant de beauté que de fragilité

En se disant juste … que c'était bien d'être là

Pour l'instant, … pour le présent.

 

Insulter une dernière fois les empêcheurs de tourner en rond,

En leur disant que l'ivresse de la vie n'est pas d'essayer de la prolonger

Mais de se tuer à la vivre coute que coute

A gros coups de cuillères à soupe dans un bac de glace à la vanille.

De la sucer jusqu'à la moelle pour ne laisser que les os !

Comprendre que donner un sens à la vie, n'est simplement,

Que de la vivre !

 

 

 

Albert Dupontel est Antoine Méliot

 

Marie-Josée Croze est Cécile

 

Pierre Vaneck est le père d'Antoine

 

Alessandra Martines est Marion

 

François Marthouret est Paul

 

Mathias Mlekuz est Eric

 

Cristiana Réali est Virginie

 

Claire Nebout est Clara

 

 

  • Oui, émouvant, pour l'avoir rencontré à Toulouse lors d'une avant-première où il avait signé sur ma carte d'étudiant, il a tourné un film en tant que généraliste, comme l'est son père, et comme il en a fait les études.

    Évidemment, c'est son plus réaliste, chez cet original.

    · Ago 4 months ·
    49135320 802378970097420 3032857006785429504 o

    Aurélien Loste

    • Oui, une pointure aussi géniale que discrète !

      · Ago 4 months ·
      Gaston

      daniel-m

  • Je clame toujours que Dupontel est mon juneau... allez savoir pourquoi ! :)

    · Ago 6 months ·
    Maternit  orig

    fragon

  • Merci pour cette chronique.Jean Becker est un excellent réalisateur, et Dupontel acteur discret et très bon a déclaré un jour qu'il préférait vendre des produits du terroir dans un parking plutôt qu'avoir sa place dans un supermarché. Bonne mentalité! Réggiani bouleversant, est excellent comme d'habitude!

    · Ago 6 months ·
    Coucou plage 300

    aile68

    • Merci à toi :o)

      · Ago 6 months ·
      Gaston

      daniel-m

  • Excellent Dupontel qui réussit toujours à déranger sans déplaire.le dernier en date : Au revoir là-haut est un bijou.
    Ta rubrique est intéressante et j'avais oublié cette chanson de Reggiani.
    Merci donc pour cet article :)

    · Ago 6 months ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Merci à toi. j'ai vu "au revoir là haut" très récemment. Magnifique en effet :o)

      · Ago 6 months ·
      Gaston

      daniel-m

  • Déchirante cette chanson de Serge Reggiani. Elle accompagnerait certainement bien ce film que tu nous fais découvrir. L'histoire d'un homme tourmenté...

    · Ago 6 months ·
    Louve blanche

    Louve

  • Il y a en Dupontel la volonté de montrer le côté monstrueux de l'être humain sans complaisance. Et cette initiative m'avait conduit à tenter de le contacter. Et j'avais trouvé sur le net, accessible à tous, une adresse mail pour le joindre. Il avait pris la peine à répondre à mon message. Je vous l'envoie en pm il se peut que l'email soit toujours valide. Bien à vous.

    · Ago 6 months ·
    Img 20190210 205453

    enzogrimaldi7

    • Merci pour le partage !

      · Ago 6 months ·
      Gaston

      daniel-m

Report this text