Echappée belle (2)

Susanne Dereve

Une barque à remonter le temps

     flots       essaim des jours

et posée sur l'eau   la lumière comme

     un reflet du ciel   si  ténu

un souffle peignant le silence à peine

   un nuage    l'embellie

d'un léger coup de pinceau

 

 

Doux bruissement de l'étrave

   une chanson

Heurts       bois contre l'eau             

quelques gouttes arrachées par la rame en surface

sitôt perdues

-  le léger fil des larmes -    juste

une  trace humide   évanouie 

sur la peau  nue  

 

 

Peut-être

faut-il à ce moment laisser virer la barque

à sa guise

ne pas s'arcbouter  épouser  le courant

s'adosser au bordage

aussi confortablement qu'il est possible

et pour peu que le ciel ait gardé ne serait-ce

que l'empreinte du sillage

la laisser dériver et la suivre

comme une impalpable voltige

délivrée de l'instant


 

Osciller         sans but

En arabesques brutes entre l'eau et le vent

Et ne se résoudre à rentrer qu'à la renverse

du courant

quand la rive au couchant s'enfonce dans la brume

et que la nuit s'empresse

Tremble déjà vers l'Est  un fin quartier de lune

plus doux qu'une promesse




Illustration: Braque: Les Barques. 1951  

 

Signaler ce texte