La nouvelle femme de ma vie

Marc Menu

Les commencements ont des charmes inexprimables (Molière, Dom Juan)

Elle n'en finit pas de m'effleurer, aguicheuse malgré elle. Chacun de ses gestes est doux, mesuré. Doux aussi, bien que préoccupés, les regards qu'elle pose sur moi.

J'ai tout le temps de l'envisager, de la ressentir. Tout en elle respire l'harmonie, inspire l'apaisement.

Elle vient encore de me frôler, mine de rien. Ses mains sont fraîches, fines, légères. Son visage, enclin à sourire, reste cependant sage, et même sérieux.

Il est pourtant bien agréable, encadré de cheveux châtains, gentiment en bataille... Ses yeux verts se mariant merveilleusement à sa tenue blanche.

Je vais l'aborder. Dès que je sortirai du coma.

Report this text