Les flammes et les barreaux

bis

« Souris » m’a-t-on prescrit.  « Souris, j’ai envie de te voir heureuse ». Alors j’ai souri.

Muette puis tétraplégique. Suites d’un accident tragique… J’ai forcé après la conséquence sur mes membres inertes. J’ai crié dans un élan mutique : « je vous hais ! » tout en feignant un espoir vrai. « Souris, souris ». Alors j’ai souri. J’ai vomi mes sourires. Esclave de mes membres statiques puis de mes zygomatiques. J’ai souri à en crever d’amertume. J’ai souri à en crever de colère. J’ai souri contre vents et marées. J’ai souri d’une haine enfiévrée.

Pourtant avant. Même muette, je parlais avec les mains. Je parlais bien, je parlais même de sentiments. A présent, je souris et ploie sous ma haine latente. J’éclate en monceaux de mépris amers, j’explose sous les couches d’un dégout quasi-fou. Vu que je n’y parviens pas : à faire un sourire vrai. Même à grand coup de pied dans le cul, je ne pourrai plus.

Le pays des femmes qui rient n’est accessible qu’à celles qui s’expriment. Et moi je ne parle pas. Je ne bouge pas. Je hurle juste. Dans un silence figé.

Mes larmes synonymes de plaies, elles gémissent dans mon désamour croissant. Elles flétrissent lentement ma peau. Mes oripeaux, ma chanson de l’aversion sans bruit déferle et crame tout  à coup de fouet : surtout leur indigence d’être ignorant. Mépris dans un écrin de silence, je déraisonne de haine quand sonnent les flammes atones. Je suis une putain vendue au chagrin d’un désespoir infini. Contrainte et forcée. Prisonnière sans futur. Ma cellule est sans serrure. Pourtant les gens continuent de me présenter leurs clés…  

Et je vois les yeux pseudos-compatissants. Pardonnons-leur, ils sont malentendants à mes douleurs, à mon malheur. Je suis une âme et j’ai des geôlières. Une bouche, des jambes et tous mes membres. Je suis une femme et je ne dis rien. Je suis un cri qui souffre du rien. Du rien à faire, du rien à dire.

Puis de l’attente d’enfin mourir.    

  • Très beau! Et j'adore le style, concis et claquant :)

    · Ago almost 7 years ·
    Img 0483

    mark-olantern

  • Moi qui considérais que le sourire était tout, qu'il pouvait tout... j'en reste décontenancé.
    Je vais revoir ma copie ;-)
    il n'en reste pas moins que ce texte est bien dans le ton du défi. la grande classe, quoi !

    · Ago almost 7 years ·
    936full the mask artwork 150

    (Ex Ghost Of) Napoléon Zér0

  • Merci beaucoup à tous.

    Au plaisir de m'améliorer encore et encore sur vos compliments comme sur vos diatribes :)

    · Ago almost 7 years ·
    544813 416184855145011 490152810 n 465

    bis

  • C'est juste magistral, ton texte. Waow. Vraiment.

    · Ago almost 7 years ·
    20130820 153607 20130820153847362 (2)

    rafistoleuse

  • J'aime ce cri muet qui hurle son silence ! Bravo

    · Ago almost 7 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • C'est très fort, tes phrases courtes en disent long de silence ! Bravo !

    · Ago almost 7 years ·
    120x140 image01 droides 92

    bleuterre

  • magnifique c'est le premier mot qui me vient la lecture de ton texte, il est fort, dur, il donne envie de crier pour elle, tres beau bravo cdc

    · Ago almost 7 years ·
    521754 611151695579056 1514444333 n

    christinej

  • Il y a de la force, de la rage exprimées par les phrases courtes.
    Moi je retiens la fin :
    "Je suis un cri qui souffre du rien. Du rien à faire, du rien à dire." Et j'aurais presque conclu comme ça.
    Bravo.

    · Ago almost 7 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

  • Ouahou ! C'est sublime ! Je pourrais tout te citer tellement j'ai trouvé chacune de tes phrases forte et magnifiquement écrite ! Bravo !

    · Ago almost 7 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

Report this text