Michelangelo di Buonarroti

Patrick Gonzalez

La sueur coule au front et lui brûle les yeux,

le marteau devient lourd, ce soir il se sent vieux.

Le marbre blanc éclate, frémit sous le burin

et ses doigts engourdis, se tordent de douleur,

cherchent à dégager de sa gangue de pierre,

cette femme parfaite, en robe de poussière.

 

Il caresse, il effleure, la forme originelle.

Il frappe comme un fou, le fer contre la roche,

il cherche l'éternel au rocher de Carare.

C'est la pointe d'un sein, puis la cambrure des reins,

qui montent vers le ciel, émergent de la pierre.

Quand les cuisses apparaissent, 

c'est presque une promesse.


 

Encore un verre de vin et le jour disparait.

Lorsque le corps meurtri il regagne son antre,

Il rêve à son visage puis s'endort comme un ange.


Dieu que le ciel est beau, dans la nuit de Florence.

Report this text