A l'Etta brut

chloe-n

Rappelez-vous de la publicité d'une célèbre marque de soda où l'on voit un homme torse nu tondre la pelouse, ça vous dit probablement quelque chose ?!

La voix que vous entendez, c'est celle de Jamesetta Hawkins. Mais pour le grand public, c'est Etta James. Un petit bout de femme, aux yeux de biche, ni blanche, ni vraiment noire et une blondeur à faire rougir de jalousie Marilyn.

Considérée comme l'une des plus grandes chanteuses de tous les temps, Etta James avait «du coffre». Une puissance qui lui venait des tripes, une voix rauque et sensuelle qui chantait la vie, l'amour et ses peines. Etta James passait d'une tonalité à une autre, juste pour donner plus de force et de profondeur à ces textes. Et l'émotion était présente.

Pour cette grande dame du rhythm and blues et du jazz, l'état de grâce n'a jamais fait partie de ces qualités : danses très suggestives (pour l'époque), abus en tout genre : troubles alimentaires, drogue, alcool, tout comme bien des années plus tard, un autre petit bout de femme connue sous le nom d'Amy Winehouse.

60 années de carrière et un franc-parler légendaire. Etta James n'avait pas hésité à affirmer vouloir botter le c.. de Beyoncé pour avoir repris son célébrissime At Last !, lors de l'investiture du président Obama.

At Last !, slow langoureux mais aussi le nom d'un album dans la plus pure tradition du rhythm and blues. S'il n'en fallait qu'un pour (re)découvrir le talent d'Etta James, ce serait celui-là.


Etta James At Last ! – 1961

  • J'écoutais l'autre jour son album de 2011, The Dreamer. Je te le conseille si tu ne connais pas déjà. Que des reprises, ça va de Ray Charles à Gun's & Roses en passant par Otis Redding. Très très bon.

    · Ago almost 5 years ·
    La sc%c3%a8ne rock

    Philippe Cuxac

    • Effectivement, très bon album. Merci pour l'info.

      · Ago about 4 years ·
      Au rayon des livres

      chloe-n

Report this text