A mon frère

fionavanessa

Si j'ai mille sœurs, de frère, je n'en ai qu'un.

Cette année, il a eu mon âge d'il y a quatre ans.

Si j'ai mes cicatrices,

de son côté, la balafre est belle.

C'est toi le colosse vers qui je lève les yeux. Tu as l'immensité du chêne qu'on devine dans le jeune plant. Car tu es aussi ondulation fragile au gré du vent, roseau pensant.

Je sais tant de tes pensées que tu ne partages pas, je sens ta larme invisible couler.

Et je ne peux que te prendre par le bras, deviser avec toi, faire quelques pas, ici et là,

T'aider à digérer la noirceur qui s'est installée sans qu'on l'invite, sous le pansement, sous la peau, dans l'âme, cherchant à l'infecter

De sa disgrâce,

cherchant à entraîner toute âme qui vive

Dans sa chute.

Frère,

bras dessus bras dessous ton pas sera plus sûr

Appuie-toi

car il est épuisant d'être colosse

contre vents et marées

viens

laisse ta sœur te bercer

de ses contes

te reposer

là où la vie t'avait laissé

tu n'as pas failli

c'est elle qui t'a manqué

ouvre seulement l'oeil

respire

n'aie pas peur

la bête noire dort

dort en chacun de nous

mais un seul coup d'oeil

un seul rai de lumière

et elle sera pétrifiée par sa propre puanteur

prends garde seulement à toi

oublie tout ce que tu peux

tout l'accessoire qui nous fait trembler sous son poids;

et puis souviens-toi

sans toi mon frère je serai murée dans ma tour d'ivoire enfant solitaire

sans toi je n'aurais pas appris à rompre le pain pour deux

sans toi m'aurait manqué

la tendresse partagée

deux places pour un cerisier

l'un sans l'autre à qui nous serions-nous mesurés ?

pour qui aurions nous distribué les cartes, qu'aurions-nous misé ?

tendre bagarre pour grandir et respirer

plouf plouf ce ne sera pas moi c'est toi

à toi maintenant !

Je me croyais fauve féroce puisque j'étais l'aînée

Mais pas assez

Il te resta de la place pour trébucher

Je me croyais bouclier

Mais qui boucle quoi pour qui et comment on la boucle dans un sauve qui peut général ?

Il en faut du temps pour que la boucle se boucle

Petit frère au cœur si grand

Si je porte le monde comme un enfant sur les bras

Tu le portes sur ton dos Atlas de misère et ça ne me rend pas plus légère

Comment t'entraîner dans la course patiente

Eveiller ton odorat aux fragrances subtiles et aux miracles

Quand tu respires encore les dernières vapeurs vitriolées d'une liqueur sans vie

Je ne sais

Je ne sais que te prendre le bras

Te dire la main sur l'épaule, je suis là,

Et n'être que foudre pour qui te perdit

sur ce sentier-là

Mon frère

Ton cœur et le mien se sont serrés aux mêmes endroits

Ta quarantaine prend vie

Mords dedans à pleines dents et ne lâche plus rien

Qui ne soit liquide et poison

Mon frère d'armes

Il est grand temps

Désarme

Je te sais doux, sois doux comme un frère avec mon propre frère,

Je te sais sensible à tout, à l'eau, à l'air, aux gens,

Cher Samson à la tresse coupée,

Cher poisson mal à l'aise dans ce drôle de bocal

Cher géant qui se cogne au coin des meubles

Ne fais pas ta mine de papier

Toi le maître des saveurs

Toi qui sais tout cuisiner

Allie-toi à ta nouvelle mouture

Et pour ta quarantaine

mon frère puise dans ces inépuisables ressources

ces ingrédients secrets

Et régale-nous de tout ton charme

Sois ton propre second

Pour que s'exerce ton talent

Et que l'exquis en toi se révèle

Au menu de ta nouvelle saison.


  • Magnifique !

    · Ago over 3 years ·
    Default user

    Lilou M

  • Frère et sœur... frère ou sœur... voilà des relations affectives qui comptent lorsque l'entente règne. Elles ont une importance particulière, même si ce ne sont pas les seules...

    · Ago over 3 years ·
    The fisherman 295007 640 (1)

    frederik

  • Toute ta douceur et ta force dans cette ode à ton frère. C'est juste beau.

    · Ago over 3 years ·
    479860267

    erge

    • Merci Erge. Je suis justement chez lui. A poser ma main sur son épaule.

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

    • Take care of yourselves .

      · Ago over 3 years ·
      479860267

      erge

    • Thank you sweetie. You too.

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

  • oh je suis contente d'être venue, et lire cela. C'est divinement écrit, infiniment sensible, et tendrement murmuré.

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • Merci ma douce, contente de te lire.

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

  • Bravo ! Un grand moment d'émotion pour un petit frère qui te lira je l'espère

    · Ago over 3 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

    • Je l'espère aussi, je lui ai envoyé. Merci pour l'encouragement !

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

  • Tu écris magnifiquement bien Fiona. Quel rythme, sans rimes poussives à 2 balles. Chapeau bas !

    · Ago over 3 years ·
    Cp

    petisaintleu

    • C'est trop gentil, merci, je t'en prie, remets ton chapeau.

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

  • Une belle ode à la tendresse et à l'amour…

    · Ago over 3 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Merci beaucoup de l' accueil que vous faites à cette petite supplique

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

  • Coup de cœur absolu pour ton texte ! C'est magnifique !

    · Ago over 3 years ·
    Couv2

    veroniquethery

  • Il est magnifique ce lien, seulement dans ces moments là quelque soit la force que l'on essaie de transmettre, celui qui souffre n'est hélas pas en état de l'entendre ... Malgré tout, il faut être là ... un texte très émouvant en tout cas

    · Ago over 3 years ·
    W

    marielesmots

    • Oui Marie, tu l'as si exactement dit, on ne peut que ça, être là, même si ce n'est pas rien, cela paraît peu parfois. Merci.

      · Ago over 3 years ·
      Mai2017 223

      fionavanessa

Report this text