A un poil près

Clara Crochemore

- Je ne sais pas. J'hésite.

- Vous avez tort, elles vous vont à ravir.

- Vous ne trouvez pas que ça me grossit un peu ?

- Mais nooooon, pas du tout, on dirait que vous êtes née pour ces moustaches.


La Femme les reposa délicatement dans leur écrin et prit celles en hermine que Le Vendeur lui tendait.


- Celles-là sont magnifiques. Mais un peu petites. Si j'achète des moustaches c'est pour qu'elles se voient, non ?

- Sinon, vous avez toujours celles en poil de bison, elles sont plus fournies… mais elles démangent, c'est le risque.


La Femme se regarda plus attentivement dans le miroir. Elle se recula pour mieux apprécier la vue d'ensemble. C'est vrai que l'hermine n'était pas mal du tout. Mais il faudra qu'elle y adapte ses vêtements…


La voyant hésiter, le vendeur tenta sa chance :

 

- Pour la moustache que vous portez, une barbe est offerte.

- Oh vous savez, les barbes ne sont plus tellement à la mode.

 

Le visage du Vendeur s'assombrit. Cliente difficile.

 

- Bon… je la prends, c'est d'accord. Vous pourrez me la faire sur mesure par contre ? Elle est très jolie mais un peu lâche et ça ne met pas bien en valeur mes lèvres.

 

Ravi, le vendeur prit ses aiguilles pour la retouche et les planta joyeusement dans la chair de sa cliente.

 

- Votre mari sera RA-VI ! Comment va-t-il d'ailleurs ? 

- Oh pas très fort vous savez, il a perdu ses cheveux hier.

- Mais c'est plutôt bon signe, ça veut dire qu'il se sent adulte !

- Il était mannequin pour une grande marque de shampoing… 

- Oh… il pourra toujours se reconvertir dans la restauration. 

- Ils n'acceptent plus les chauves.

- C'est vrai que nous vivons une période difficile…Très difficile…

- C'est la crise… Dites- moi, comment faîtes vous pour être toujours aussi chevelu ?

- C'est simple, je suis un vrai gamin. Dit-il en appuyant sur la fausse rose de son veston qui arrosa l'enfant de la Dame. Il rit.

" …Mais aucune femme ne veut de moi. C'est le risque. "

- C'est vrai que les cheveux plaisent rarement.

 

Une fois la retouche faite, la femme remit son maillot de bain et s'apprêta à partir.

 

- Vos moustaches seront prêtes d'ici deux semaines. Au revoir madame !

 

La dame sortit tandis qu'une autre cliente rentrait pour s'acheter de nouveaux poils.


Photo : JOE VAN http://www.flickr.com/photos/glowjangles/
Report this text