Coquin Bizarre

ko0

J'avais écrit cette histoire pour mon fils, en brodant autour de ses mots d'enfant

qui sont en gras italique

Fleur de riz vient d'Asie, mais peu importe d'où elle vient.

Elle n'a pas de racines, la planète est son pays.

Elle voyage sur un nuage, un vrai petit nuage floconneux et nacré,

confortable et moelleux.

Elle navigue ainsi sur la houle du vent, accrochée à la crinière

de son drôle de mouton flottant.

Tous deux ont traversé beaucoup de ciel,

au dessus des montagnes

au dessus des maisons

au dessus des océans.

Fleur de Riz a souvent besoin de faire le plein d'eau

pour regonfler son cheval vapeur.

Il fait très chaud dans ce pays. Le soleil habite le ciel depuis des jours et des jours

et ne cesse de faire fondre le nuage.

   - Tu maigris, dit Fleur de Riz, il faut trouver la mer, un lac, une rivière!

Le nuage vole très bas pour mieux repérer la moindre mare.

Il est si bas que Fleur de Riz aperçoit un escargot grisâtre.

   - Les escargots, ça aime l'humidité, peut-être saura-t-il nous indiquer un point

   d'eau?

Mais l'escargot a si chaud qu'il se recroqueville dans sa coquille.

   - Toc toc,fait poliment la petite fille, il y a quelqu'un?

Une corne pointe, puis deux.

   - Je vais mourir de soif, dit l'escargot, toi qui es sur un nuage, donne moi un

peu de pluie je t'en supplie!

   - Bien sûr, dit Fleur de Riz.

De bon coeur elle presse un bout de son nuage comme une éponge.

La pluie fine ricoche TIC TIC sur l'escargot qui se décroqueville et retrouve toutes

ses couleurs.

Il en bave de bonheur!

   - Tu me sauves la vie, accepte ce présent.

Il fouille dans ses tiroirs et tend à Fleur de Riz du bout de ses cornes, une petite

graine blanche.

   - C'est une graine de schtroupoulkoum, elle te portera chance.

L'enfant tourne et retourne dans sa main ce mystérieux cadeau.

   - Merci escargot.

Mais celui-ci file déjà, tout coloré, tout revigoré.

Il a l'air de surfer en laissant derrière lui une pétillante écume.

   - Cet escargot, il fait des bulles sans malabar, dit une voix inconnue.

Fleur de Riz sursaute sur son nuage et se retourne. Elle voit un tout petit garçon

tout vert, en chaussettes. Des chaussettes vertes, un pantalon vert, une chemise

verte et même des cheveux verts!

« Quel drôle de petit bonhomme! » pense la petite fille.

   - Bonjour, je m'appelle Fleur de Riz, et toi?

   - Moi c'est Coquin Bizarre.

   - Mais pourquoi es-tu tout vert?

   - C'est pour rimer avec les plantes.

   - Je ne comprends pas.

   - Tu es trop grande pour comprendre...

Fleur de Riz est un peu vexée. Elle ne se sent pas si grande que ça!

Mais Coquin Bizarre ne s'occupe plus d'elle.

Il fait des grands pas dans tous les sens, il a l'air d'éparpiller quelque chose.

   - Qu'est-ce que tu fais?

   - Je sème.

   - Que sèmes-tu?

    - Des pépins de pommes, des noyaux de cerises, des graines de baobabs,

   de fleuriers, de sapins de Noël et de parasols.

   - Oh! Et ça pousse? J'aimerais bien voir ça!

Fleur de Riz est ravie. Coquin Bizarre sort mille graines de ses poches,

il les jette à tout vent par poignées.

Quand il a fini, il s'arrête et se met à pleurer.

Il est vraiment bizarre, ce Coquin Bizarre!

   - Pourquoi tu pleures?

    - Je pleure parce que j'ai des soucis.

   - Quels soucis?

   - C'est la sécheresse, tu ne vois pas? Tu as le seul nuage du monde

   et il est minuscule. Jamais ça ne poussera s'il ne pleut pas!

Le petit garçon est tout secoué de sanglots. Fleur de Riz, attendrie,

descend de son nuage pour le consoler.

    - Coquin Bizarre, ne pleure pas! Mon nuage n'a plus assez d'eau pour arroser

   toutes tes plantes mais il peut en arroser quelques unes.

   - Je les veux toutes. Je ne veux pas que mes graines meurent!

   - Ecoute, on va trouver la mer, mon nuage sera bien gros, il pourra tout arroser.

   Et puis tu sais, ce n'est pas le seul nuage au monde, il en arrivera d'autres,

   tu verras!

Coquin Bizarre fait un grand sourire à travers ses larmes.

    - On vas-y, alors, on va chercher la pluie?

Et les voilà partis tous les trois: le nuage un peu rabougri, portant sur son dos

Fleur de Riz et l'étrange petit bonhomme tout vert, en chaussettes.

Le vent les pousse vers la plage. Mais c'est une drôle de plage, il y pousse

des cactus...

Peu de chance de trouver de l'eau dans ce désert!

Le nuage vole ventre à terre, mais OUPS fait un grand bond en l'air pour éviter

de justesse un lion égaré.

La mâchoire du fauve claque dans le vide.

    - Oh mais lion, t'es voyons, hein!? Le gronde Coquin Bizarre.

   - A boire, s'il vous plait! Ayez pitié de moi!

   - Tu exagères, dit Fleur de Riz, tu as failli crever mon nuage!

    - Mais non, il n'est pas xagère, rétorque Coquin Bizarre, il meurt de soif,

   le pauvre! Presse un peu ton nuage.

   - Mais il va encore diminuer, il ne pourra plus nous porter.

   - Juste un tout petit peu, plaide le petit garçon.

   - J'ai mal au ventre, geint le lion.

    - Tu vois! Donne lui un peu de pluie pour lui faire passer le goût au ventre.

Alors Fleur de Riz presse les flancs amaigris de son nuage, et le lion happe

avec avidité cette petite pluie providentielle.

Il frissonne de plaisir, s'ébroue et ronronne comme un gros chat.

   - Ah ça va mieux! J'ai envie de manger, maintenant!

   - Mais c'est le désert, dit Fleur de Riz, il n'y a rien à manger ni à boire,

   il ne faut pas rester ici. Si tu promets de ne pas nous croquer, on peut

   t'emmener avec nous, on va vers la mer.

   - Honnêtement, répond le lion, je ne sais pas si je peux tenir une telle

    promesse... Quand j'ai soif je bois, quand j'ai bu j'ai faim, quand j'ai faim

   je mange et quand je mange j'ai soif. C'est ça, le cycle de la vie.

   - Tu nous mangerais et après? Tu seras toujours dans le désert et tu n'auras

   plus rien d'autre. Si tu te tiens tranquille, on peut te déposer dans un pays plein

    de mares et de bonnes choses à manger.

   - Des antilopes? dit le lion en se pourléchant les babines.

   - Quelle horreur! s'écrie Fleur de Riz, tu ne vas pas manger ces jolies bêtes!

   - Des gazelles? salive le fauve.

   - Oh non, voyons!

   - Des lapins, alors?

   - Pauvres petits lapins! Protestent les enfants.

   - Des grenouilles?

   - Ah non, ça non plus! Coupe Coquin Bizarre.

   - C'est un lion, soupire Fleur de Riz, on n'y peut rien, il ne mange que des

   animaux...

   - Et DES PETITES FILLES ET PETITS GARÇONS! rugit le fauve.

Le nuage a reculé de peur.

   - Tant pis pour toi, nous repartons!

Le lion saute alors sur le nuage, et renverse Coquin Bizarre.

Le petit garçon tombe et de sa poche, tombe une graine de parasol.

La graine tombe juste sur le sol arrosé par la pluie du nuage et POUF

un parasol géant surgit du sable mouillé et BONG cogne le menton du lion

qui se retrouve assis sur son derrière.

Fleur de Riz pousse un cri et se penche très en avant. Elle tend la main à son ami

pour l'aider à remonter sur le nuage.

En se penchant, elle perd de sa poche le mystérieux cadeau de l'escargot:

la graine de schtroupoulkoum.

Et cette graine atterrit à son tour sur le sol humide et POUF!

Une plante bizarre s'épanouit, étend ses gigantasques feuilles et pond mille fruits

gros et ronds comme des pastèques bleues.

    - Tiens, des schtroupoulkoums, constate Coquin Bizarre, ça c'est des

   régalations.

   - WAOO! Rugit le lion, c'est mon plat préféré!

Il se jette sur les fruits qu'il engloutit comme un cochon, le goinfre!

Les enfants le regardent se rassasier, juchés sur leur nuage.

   - Ca va? Demande Fleur de Riz, tu ne t'es pas fait mal en tombant?

   - J'ai mal à la chaussette mais ce n'est pas grave. Allons chercher la pluie.

Ils repartent, serrés l'un contre l'autre sur le nuage rétréci, laissant derrière eux

un lion heureux de se gaver de schtroupoulkoums à l'ombre d'un parasol.

Enfin ils approchent de la mer.

Il était temps, le nuage commençait à s'effilocher.

L'évaporation de l'eau GONFLE le nuage.

Il n'a jamais été aussi ballonné, aussi rebondi, aussi chamallow.

   - On a de quoi faire une vraie saison des pluies!

Lorsqu'ils arrivent au pays de Coquin Bizarre, ils se mettent à sauter tous les deux

à pieds joints sur leur beau nuage rond. Ils font des galipettes, du trampoline.

La pluie tombe et POUF POUF POUF, une forêt de pommiers, de cerisiers,

de baobabs, de fleurs, de sapins de Noël enguirlandés et de parasols multicolores

éclosent POUF POUF et POUF.

Enfin ils arrêtent la pluie, le soleil se lève sur un jardin merveilleux.

Coquin Bizarre pousse des cris de joie. Il court il court, il joue à cache-cache,

tout vert dans la verdure encore ruisselante.

Pour Fleur de Riz, c'est le moment de repartir.

Elle a encore beaucoup de paysages à survoler, beaucoup de fleurs oubliées

à arroser, d'escargots et d'enfants en détresse à aider, quelque part sur

la planète.

    - Dis, Fleur de Riz, tu reviendras me voir? Je ne serai plus qu'un. Un, c'est

   que tout seul par rapport à deux...

Fleur de Riz est très émue. Elle pose un gros bisou sur le nez de Coquin Bizarre.

    - Tu vas me manquer. C'est promis, je viendrai et on arrosera tes parasols.

Fleur de Riz s'en est allée sur son nuage.

Vus du ciel, les parasols ressemblent à des soleils.

Et les sapins clignotent quand il fait nuit.

Un escargot promène dans les allées de ce jardin sa coquille bariolée,

en faisant des bulles sans malabar.

Un petit bonhomme en chaussettes, vert de la tête aux pieds,

rime avec les plantes.

Report this text