Cryptique

Juliet

Maman la crypte ~se referme~ encore un peu plus chaque jour. Et à l'intérieur d'elle vois-la qui finit d'enfermer les échos sans fin des cris que je n'ai jamais poussés. Ils laissent planer dans ta profonde prison une atmosphère emplie de relents empoisonnés. Le savoir sans rien pouvoir faire que de continuer à étouffer mes incendies, c'est comme te laisser dormir dans des draps infestés de virus cauchemardesques.                                        Maman la crypte ~si elle s'ouvre~ emplira les moindres recoins de mon monde de toute son absence de lumière. Si je ne te vois plus à présent, c'est que j'ai voulu te cacher. Un jour si des morceaux de carapace d'acier se détachent de mon cœur, seront-ils assez tranchants pour couper le seul fil qui me relie à elle ? Maman la crypte ~si je la visite~ il y fait si sombre que je pourrais y trébucher sans plus jamais me redresser. Aux derniers confins de l'être que j'ai été, les yeux de mon fantôme ne peuvent voir nulle main à saisir.                                                              Maman la crypte ~elle est noire~ et reflète cette terreur d'enfant toujours latente en moi qui a fini par prendre vie ~ta vie~ devant mes yeux. Maman la crypte ~si je venais à l'ouvrir~ si longtemps après qu'elle soit apparue, j'aurais honte de pleurer.

(écrit le 16 janvier 2011 sur une impulsion)

Report this text