encore elle

la-louve

la assise dans ma chambre, tout défile et c'est encore ma memoire qui m'

accapare. Voilà qu' elle refait des siennes et me ballade, elle m'

emmène... Elle me fait traverser les antres de mon être, là ou se sont

abrités, mes peurs et mes désirs.

 Je suis seule face à elle, mon corps est figé, mes yeux grands ouverts

et mon esprit navigue dans ces eaux troubles, au grès de ma  chimère : ce

monstre fabuleux gardien de mes emotions.

Lors de ces voyages, mon corps et figé mais  mes sens sont en eveil, tout

me revient. Les odeurs, les visages s'entrelacent, certains me volent un

sourire, d'autres me perturbent. J'aime quelque fois accoster aux berges

de ce méandre y cueillir quelques instants. 

Malgrè moi je repars, mon corps n'est plus figé, mon ventre se soulève,

et je suffoque face a tous les travers que ma mémoire renferme.

Je me heurte à ses ressacs,. ou je me noie.

Report this text